Auteur Sujet: [Fleur/Jehanne] Charité mal ordonnée.  (Lu 2154 fois)

Fleur de Trevale

[Fleur/Jehanne] Charité mal ordonnée.
« le: 28 juin 2020, 21:52:37 »
Fin 6eme décade d'été 1485

On ne pouvait pas dire que Fleur atteignait l'excellence dans de prestigieux domaines.
En revanche, quand il s'agissait des idées farfelues et/ou dangereuses, là, difficile de faire mieux. Ou pire, question de point de vue.

Fleur De Trevale s'ennuyait.
Elle avait replongé avec délice dans la vie mondaine de Haven après des relevailles express, mais la frénésie des débuts s'était vite calmée. Pas vraiment par sa faute, mais il fallait bien dire que les mondanités se faisaient plutôt rares ces derniers temps, et que les gens avaient tendance à penser que Fleur préférait rester chez elle en famille. Ce qui était stupide. Fleur désirait justement tout le contraire.
Et puis quand bien même, aller faire visite à la nursery lui prenait à peine plus d'une heure. Ce n'était pas qu'elle n'aimaient pas ses enfants loin de là, mais déjà, ils avaient des nourrices bien plus qualifiées qu'elles pour s'en occuper, et puis il y avait Owen.
C'était difficile pour elle de le voir avec les enfants dans les bras, les deux avaient en fait du mal à coexister dans son esprit. Pourtant, il agissait en tout point comme un père avec eux, en faisant même tellement plus que n'importe quel homme de sa condition. Elle aurait du se sentir soulagée. Elle n'y arrivait pas et préférait fuir sa maison.

De ses décades passées à Trevale, Fleur avait renoué avec une habitude qu'elle avait apprise comme toute jeune fille de bonne famille, les visites de charité. Ca avait été d'autant plus important qu'il fallait montrer aux familles travaillant sur les terres des Trevale que l'avenir était assuré et serai donc prospère.
De retour à Haven, elle avait mis ça de côté, mais l'idée était revenue alors qu'elle cherchait comment occuper ses journées.
Le problème, c'est qu'Owen avait refusé qu'elle le fasse. Visiter des maisons de paysans dans les terres qu'ils administreraient un jour c'était une chose, visiter la misère de Haven en était une autre - oui, parfois Owen avait des accès de bon sens. Le problème, c"est que Fleur entendait difficilement raison quand elle s'était mis une idée dans la tête. Et cette idée là était bien ancrée.

Janee, sa camériste, complice de toujours, avait aussi refusé de jouer un rôle là-dedans, trop soucieuse de la sécurité de sa maîtresse. Mais le hasard avait joué en sa faveur, et lors d'une sortie en sa compagnie, Janee avait croisé son amoureux caché, un jeune bourgeois, qui l'avait convaincu de venir passer quelque heure chez lui, sa jeune épouse étant sortie. Fleur l'avait encouragé, et s'était retrouvé tout à fait seule. Elle avait alors acheté un panier, puis quelques victuailles, et, tout à fait ridicule s'était aventurée vers les bas-fond de Haven. Elle avait profité sans le vouloir d'un roulement de garde pour passer les portes la séparant des cercles les moins distingués de Haven.
C'était là un endroit où elle n'avait jamais vraiment mis les pieds; tout juste traversé en partant dans sa famille ou à Trevale.
Elle avait l'impression que l'air s'était épaissi. L'odeur y était probablement pour quelque chose. 
Elle regarda autour d'elle avec angoisse,sans vraiment savoir où aller.
Elle raffermi sa poigne autour de son panier et pris une grande respiration - erreur - pour se donner du courage.
« Modifié: 31 août 2020, 22:28:07 par Isabeau d'Armentières »

Conteur

  • Plume de scénario
  • Messages: 334
    • Voir le profil
Re : [Fleur/Jehanne] Charité mal ordonnée.
« Réponse #1 le: 29 juin 2020, 08:41:33 »
Alan n'avait pas réapparu depuis longtemps. On l'avait dit engagé dans une mission au sud, sans doute pour plusieurs décades. Aussi, quand il fit son apparition à la porte de l'Exil, il fut presque accueilli comme l'enfant prodigue. Presque. Alan n'était pas assez séduisant pour être accueilli comme tel. Il tenait davantage de la mauvaise herbe qui revenait, année après année, alors qu'on la pensait définitivement fanée. Ou arrachée.

Alan revenait de son précédent engagement une nouvelle épée au côté. Il se l'était payée grâce à sa solde. Il comptait bien l'exhiber avant de la ranger bien précieusement dans ses affaires. En ville, il préférait porter des dagues. C'était plus discret, et bien plus adapté aux accrochages dans les ruelles étroites de la basse-ville. En général, on le laissait tranquille, mais il arrivait que des gens fraîchement arrivés le prennent pour une cible facile. Grossière erreur. Alan maîtrisait à la perfection le style de combat de la rue. Et si vraiment il se trouvait en difficulté, il ne rechignait pas, contrairement à d'autres, à appeler la Garde.

Pendant son absence, rien n'avait changé. Tout était pareil. Les mendiants occupaient les mêmes porches, bien en vue, les prostituées les mêmes allées, les nobles armées d'un panier les mêmes rues... Les nobles? Alan n'en croyait pas ses yeux! Qu'est-ce qu'une de ces godiches de nobles faisait dans son quartier? N'avait-elle pas conscience du danger? Certes, en journée, il ne risquait pas de lui arriver grand chose, mais on ne savait jamais. Elle représentait une belle cible, et certains auraient du mal à résister, même avec les patrouilles de gardes.

Alan savait où était son devoir. Mais il n'avait aucune envie d'aider la jeune femme. En tout cas pas gratuitement. Il hésitait encore sur la conduite à tenir quand il vit un tire-laine, le jeune Willy, s'approcher l'air de rien de la jeune noble pour lui voler sa bourse. Alan soupira longuement, et, maudissant son complexe du sauveur,  attrapa le jeune délinquant au collet. Il héla la jolie noble.

«Hela, M'dame! J'crois qu'vous avez égaré un truc...» Il secoua Willy qui se débattait. «Allez, gamin. Cette fois t'as raté ton coup. Rends-moi ça.

«'Tain, Alan, tu fais chier! En quoi ça t'concerne qu'je vole c'te dinde? Sérieux quoi!»

«Ça m'concerne que si tu voles celle-la, tu peux et'sûr qu'demain y aura plein d'gardes partout parc'qu'elle s'ra allé s'plaindre au roi. Et j'ai pas b'soin d'ça. J'ai envie d'pouvoir bosser peinard. Et toi aussi.»

Willy soupira et tendit la bourse durement gagnée. Alan savait qu'elle n'était pas la seule en sa possession. Mais il n'était pas garde. Ce n'était pas son travail de lui faire vider ses poches. Et le môme aussi devait manger. Il libéra Willy et celui-ci s'éloigna rapidement.

Alan se tourna vers la jeune noble et lui lança sa bourse.

«Faut faire gaffe à vos affaires, m'dame.» Il s'approcha en lui adressant un sourire canaille, largement rehaussé par son horrible cicatrice à la lèvre. «Vous faut p'têtre un guide, m'dame? J'suis plus tout jeune, mais on m'respecte ici. Ou c'est qu'vous voulez vous rendre? Contre une pièce ou deux, j'vous mène où vous voulez!»

« Modifié: 29 juin 2020, 18:25:44 par Conteur »

Fleur de Trevale

Re : [Fleur/Jehanne] Charité mal ordonnée.
« Réponse #2 le: 29 juin 2020, 17:44:53 »
Qui aller voir en premier ?
Qui privilégier ?
Le problème, quand on agissait sur un coup de tête, c'est qu'on ne savait absolument comment réagir face à l'imprévu. Et toute cette scène, ces gens, ces bâtiments lugubres en ruine, ces odeurs, cette détresse palpable, Fleur n'y était pas préparée.
Elle n'eut pas eu le temps de réfléchir plus encore qu'un illustre inconnu agita sous son nez un gamin braillard et pouilleux qui la fit reculer d'un pas. Plus si elle avait pu, mais un mur délabré lui barrait le chemin inverse.
Elle du du mal à comprendre de quoi il en retournait tant que les deux protagonistes avaient un accent populaire prononcé. Puis l'enfant disparu dans une envolée de juron.
Stupéfaite, Fleur attrapa sa bourse en manquant la rater et la laisser tomber. L'homme qui était venu à son secours lui inspira un dégoût immédiat. Pour rien au monde elle ne l'aurai choisi pour guide. Mais il lui avait rendu sa bourse. Qui était pleine d'argent. Un bel appât pour un tel énergumène. Se pouvait-il qu'il fut honnête ?
Elle balbutia :

"Je ne sais pas, je... je voulais, voudrais... aider."

Jehanne

  • Gardes et Mercenaires
  • Messages: 78
    • Voir le profil
  • Fiche: Fiche
  • Âge: 32 ans
  • Langues: Valdemaran
Re : [Fleur/Jehanne] Charité mal ordonnée.
« Réponse #3 le: 13 juillet 2020, 22:52:25 »
Tout à commencé à cause d'un type qui s'est mis à taper sur les filles de joies pour taper leur argent gagné à la sueur de leurs fesses. Pas une grande nouveauté en soit. Il y avait toujours un ou deux zozos pour se croire assez malin et penser que les filles n'aurait pas la force de se rebeller. Pour certaines cela signifiait parfois double peine, tabassée par le voleur et par leur souteneur. Pour le voleur cela signifiait que soit le guet réussissait à lui mettre la main dessus et à le coffrer suite à des plaintes d'indépendantes. Soit il finissait mort dans le ruisseau. quand quelque "protecteur" mécontent lui mettrait la main dessus. Je n'aime pas ramasser les cadavres au petit matin. Alors je m'arrange pour lui assurer une belle corde de chanvre ou une cellule avec paille en supplément. Et pour ça j'ai une technique imparable.

C'est donc ce que je fais dans les ruelles sordides qui sont mon quartier et ma vie. Vêtue d'une robe rouge cerise dont les pans sont remontées sur les côtés et attaché au niveau de ma taille pour dévoilé des jupons propres mais pas de premières mains. Des bottes parce que bon ici ça vaut mieux que des escarpins, on est pas au bal ma fille ! Un décolleté qui vous regarde dans les yeux, débordant de dentelle et un serre-taille de cuir. De longs cheveux blonds aux boucles soyeuses tombent librement sur les épaules dénudées. La bourse joyeusement remplie, assez pour dire que la journée fut bonne. C'est qu'elle est jolie et fraîche la demoiselle... et seule. Du moins c'est ce que croyais ma cible quand il a voulu jouer les gros bras, les gros durs, les débiles oui ! Bien peu aurait vu que les pans de la robe dissimulaient des ouvertures où plonger ma main et en récupérer matraque et glaive. Bien peu aurait vu se détacher de l’encoignure d'une porte le sergent Tienne que l'on aurait dit sortir du bois ou de la pierre. C'était éventuellement du ressort d'un rat comme Alan. Mais pas de celui de mon homme. Dûment et durement désarmée et menottée, ma proie va désormais prendre la direction du cachot.

Avec l'idée d'une matinée bien remplie je vais rejoindre le guet lorsque j'avise un visage connu. Un visage qui n'a rien à faire ici. J'avoue que mon sang ne fait qu'un tour. *Mais qu'est-ce qu'elle fout ici ? Ou tu vas ma cocotte !?* Fleur de Trevale dans mes rues c'est les ennuis assurés. Déjà que cette petite peste est une plaie au palais. Faut absolument que je lui fasse faire demi-tour. Une main sur la tempe je la masse, un geste qui me calme. Me donne le temps de réfléchir. De ralentir mon pas et du coup d'assister à la petite scène de rue touchante entre Alan et Willy, puis Alan et Fleur.

Je suis juste dans le dos de Fleur lorsque j'entends sa pathétique justification. La moutarde me monte un instant au nez. J'ai envie de la secouer comme un prunier. C'est exactement le genre d'attitude qui me prend la moitié de mon temps. Les inconscients, les têtes en l'air, les doux rêveurs ! Vu qu'Alan a les choses en main, je devrais sûrement le laisser faire. Joli-coeur saura la guider au bon endroit. Ailleurs qu'ici. Non sans l'avoir délestée de quelques pièces en plus qui finiront dans un temple ou un orphelinat. Et puis non c'est plus fort que moi. Faut que j'intervienne. Mais en douceur. Ne froissons pas la délicate Fleur.

Je plaque un charmant sourire sur mon visage avant de me glisser du côté opposé d'Alan face à la noble perdue en territoire hostile.

"Dame de Trevale. En voilà une surprise. - Pour elle aussi cela doit en être une, je ressemble à une toute autre femme dans ces vêtements. Et encore ! La dernière fois j'étais en tenue de ville, pas en plastron. Et à l'inverse d'Alan, je suis reconnaissable avec un peu d'attention - S'il vous plaît oubliez la robe, la perruque et le tralala vous seriez gentille. C'est l'agent du guet qui vous parle. Je vais faire court et simple.
- Je joins les mains devant moi, les doigts bien écartés et paume face à face, jouant à tapoter juste le bout des doigts ou à rapprocher et éloigner mes paumes. - Vous n'avez rien à faire ici, sans escorte et dans cette tenue qui hurle votre statut social au moindre malandrin. Donc vous et moi, nous allons faire demi-tour et vous ramenez chez vous ou au palais, comme vous le souhaitez."

Et ce n'est pas du tout une invitation ou une incitation, malgré mon ton doux et calme c'est un ordre. Ceci étant dit je me tourne vers Alan. De Wylan je n'y reconnais que ses yeux gris. Mais c'est comme ça. Et on en rira plus tard.

"Tu es un amour, comme toujours, d'avoir prit soin de cette Dame, Alan. Tu peux nous accompagner sur le chemin si le cœur t'en dit mais tu n'y gagneras rien d'autre qu'un peu de reconnaissance cette fois."

Je reviens à Fleur tout sourire sauf mes yeux. Je lui désigne le chemin du retour de la main

"Ma Dame, s'il vous plaît."
« Modifié: 13 juillet 2020, 23:21:56 par Jehanne »

Conteur

  • Plume de scénario
  • Messages: 334
    • Voir le profil
Re : [Fleur/Jehanne] Charité mal ordonnée.
« Réponse #4 le: 05 août 2020, 08:25:01 »
La dame avait vraiment surprise qu'on puisse tenter de la détrousser. Mais où pensait-elle être? À un bal à la cour? Alan, bien qu'admiratif de la beauté de la noble, ne put s'empêcher de la mépriser un peu. Le défi n'était pas à la hauteur de ses talents. Quel intérêt y avait-il à profiter d'une greluche pareille? En même temps, il ne pouvait décemment pas la laisser errer sans protection dans le quartier. Il était loin d'être un parangon de vertus, mais la laisser seule reviendrait à fermer les yeux sur une possible agression, voire un meurtre. Et ça, c'était bien trop lourd pour la conscience d'Alan.

«Ah, mais c'est bien d'vouloir aider, ma p'tite dame! Très bien! Y a plein d'gens qu'ont bien b'soin d'aide, pour sûr.»

D'une certaine manière, Alan fut soulagé par l'arrivée de la lieutenante. Un peu déçu aussi. Il ne retirerait rien de cette affaire, c'était évident. À part le plaisir évident d'entendre la jeune noble se faire disputer vertement par la soldate. Jehanne avait toujours su se faire respecter, et en cet instant, même son statut social inférieur ne représentait qu'une handicap mineur.

«Hey, ma colombe! J'savais pas qu'tu pass'rais par là! C'est t'jours un plaisir de t'voir!» Il lui lança une œillade suggestive. «J'aidais juste la jeune dame à pas s'faire embêter. L'paraîtrait qu'elle veut faire la charité. J'me disais qu'j'pourrais l'emm'ner voir les filles. Les mioches sont parfois un peu crasseux, mais ils ont bon cœur et leurs mères auraient bien besoin d'un p'tit coup d'pouce... non? Faut pas décourager les bonnes volontés, ma colombe. Pis, qui sait, ptête que celle-là s'verra pousser une conscience!»

Il n'y croyait guère, mais cela valait le coup d'essayer. Maintenant que la dame était entourée d'une garde et d'un vaurien, elle ne risquait plus rien.

Fleur de Trevale

Re : [Fleur/Jehanne] Charité mal ordonnée.
« Réponse #5 le: 17 août 2020, 21:54:17 »
Fleur de Trevale était une idiote. C'était un fait établi.
En avait-elle pleinement conscience ? Non, bien sûr, c'est même ce qui lui permettait de ne pas en souffrir.
Pour autant, elle n'aimait pas passer pour une idiote, et elle vit bien à quel point ce fut le cas pour le dénommé Alan, et pour le Lieutenant Jehanne.

Elle mit un peu de temps à reconnaître cette dernière. Ce n'était pas tant les cheveux que la tenue, d'une vulgarité sans nom. L'oublier ? Elle aurait du mal ! Sa surprise fut telle qu'elle ne put pas tellement placer un mot et dû subir le savon que lui passa Jehanne.
Celle qui n'était alors jusque-là, à ses yeux, qu'une gamine de l'armée ayant été promue seulement parce qu'elle partageait la couche de la bonne personne, lui remonta les bretelles comme rarement on lui avait fait. Aucun mot plus haut que l'autre, aucune insulte, non. Juste l'absolue certitude dans ce qu'elle disait, de sa place ici, et de celle de Fleur. Et la jeune femme ne pouvait pas vraiment la contredire tant il était clair qu'effectivement, sa place n'était pas ici. Oui mais...

"Si je n'ai rien à faire ici, qui aide ces gens?"

Sa question semblait naïve. Elle l'était. Fleur n'avait pas, disons, une grande profondeur de réflexion. Mais elle avait bon coeur.
Elle regarda avec plus d’intérêt Alan qui semblait abonder dans son sens. Même si sa remarque sur sa conscience lui fit froncer ses délicats sourcils blonds.
Et elle ne bougea pas d'un pouce.
« Modifié: 18 août 2020, 12:24:15 par Fleur de Trevale »

Jehanne

  • Gardes et Mercenaires
  • Messages: 78
    • Voir le profil
  • Fiche: Fiche
  • Âge: 32 ans
  • Langues: Valdemaran
Re : [Fleur/Jehanne] Charité mal ordonnée.
« Réponse #6 le: 18 août 2020, 18:52:28 »
Ma colombe ? Jehanne n'en montre rien mais entendre le petit nom que Wylan lui donne sortir de la bouche d’Alan lui fait bizarre. Tout en lui rappelant presque douloureusement que l'homme qui se tenait là était son amant. Et qu'elle ne pouvait même pas lui montrer combien elle appréciait son retour. Erreur inconsciente ou plaisir de jouer ? *Doucement mon amour.* Lui qui se plaisait à dire que ses personna étaient indépendantes de lui-même… Il ne faudrait pas que leur relation le perturbe ou elle-même. Peut-être et surtout elle-même. Les choses peuvent se jouer sur des détails.

Il n'en reste pas moins que la jeune femme répond par un sourire ironique, presque une grimace de mécontentement.

« Joli-cœur, tu sais combien j’apprécie tes visites dans le quartier mais là… Tu ne m'aides pas beaucoup. »

L'une des choses que Jehanne regrette parfois c'est de ne pas pouvoir protéger les gens contre eux-mêmes. Prenez Fleur de Trevalle. Il n'y avait aucun texte de lois, aucune coutume qui puisse lui permettre de la prendre par le bras, voir de la menotter si elle résistait, et de la ramener manu militari chez elle. Aucune pour faire rentrer dans sa caboche d’écureuil insouciant toute l’incongruité de sa présence en ces lieux. Et aucune contre un vaurien au grand cœur flairant la bonne affaire. Aucune contre un Héraut trop investit dans sa mission, son rôle. Avait-on jamais dit « non » à cette femme ? Avait-elle seulement été punie pour désobéissance ? Lui avait-on montrer les conséquences de ses actes ? Jehanne en doute fortement. Il est donc si peu étonnant qu'elle ne tourne pas les talons et n'obéisse pas à la soldate.

La question si ingénue de la noble est si inattendue en revanche qu'elle répond du tac au tac.

« Les gens comme moi. Les prêtres des Temples d'ici. Parfois les Hérauts. – Elle jette un coup d'œil vers Alan et ajoute dans un soupir en le désignant du doigt – Plus souvent qu'on ne le croit, ceux qui vivent à la lisière de la loi. Les gens s’entraident aussi. »

La garde pose les mains sur les hanches, son regard ne lâchant pas Fleur d'une semelle. Sa voix se fait moins froide même si elle garde ce ton sans concession.

« Écoutez, je ne suis absolument pas contre le fait que vous aidiez les gens du coin. En soi c'est une très bonne chose. Très généreuse. Et comme dit Alan, certaines femmes et certains enfants en auraient bien besoin. Vous avez juste choisie la pire des façons ici. Envoyez votre argent aux Temples, ils saurons s'en débrouiller. Et si votre cœur *de petit piaf* vous demande de donner de votre personne, la prochaine fois je détacherais un homme de patrouille pour vous escorter, plus probablement moi-même, à condition que vous m’envoyez un message avant et que vous vous habiller en conséquence. Je connais un guérisseur qui fait régulièrement ce qu'il appelle sa « tournée de souffrance » et qui sera plus que ravi de vous faire rencontrer les familles dans le besoin qu'il aide. »

Jehanne lisse inconsciemment le haut de son bustier. Si seulement elle pouvait mettre le doigt sur l'argument qui verrait fléchir la jeune noble. N'avait-elle pas un bébé à la maison ? Qui devait être sous la protection d'une gouvernante. Non, elle n'avait aucun moyen de savoir si cela ferait mouche ou pas.

« Pour aujourd'hui, je vous demande de reconsidérer la question. »

*… avant que je ne me vois obligée de vous suivre pour vous protéger alors que je n'en ai guère envie et bien d'autres choses à faire.*


Sans compter que s'il arrivait quoique se soit de fâcheux à Fleur sous SA protection, elle pourrait dire adieu à sa carrière dans l'armée. L'ambition ne l'étouffait pas mais son métier c’était toute sa vie.

Conteur

  • Plume de scénario
  • Messages: 334
    • Voir le profil
Re : [Fleur/Jehanne] Charité mal ordonnée.
« Réponse #7 le: 22 août 2020, 10:12:37 »
Alan offrit un sourire à la fois charmeur et contrit à la soldate. Il aimait bien Jehanne. Même s'ils ne naviguaient pas du même côté de la loi, elle était digne de son respect. Il réalisa enfin à quel point elle était désirable dans sa tenue d'entraîneuse. Son sourire s'élargit. Ah, quel joli petit lot! Il l'aurait bien mise dans son lit, mais, malgré ses tentatives répétées, jamais la jolie soldate n'avait accepté ses avances. Sans doute était-il trop crasseux!

[:Ça va la dédoublement de personnalité?:
:Silence, tu nuis à ma concentration!:
:Wylan, mon cher, tu m'arroses de pensées lubriques qui n'ont plus rien avoir avec ta persona...:
:Hum... désolé.:
]

Il se força à relever son regard pour croiser celui de Jehanne.

«Chuis désolée, si j't'aide pas. J'pensais qu'la d'moiselle voulait vraiment voir la vraie vie. Mais j'veux pas t'embêter, ma colombe. J'voulais juste aider.»

Comme prévu, il retira un certain plaisir à assister à l'engueulade de la jeune noble. Car ce n'était pas un spectacle si fréquent! Habituellement, quand un noble venait s'encanailler dans le coin, la garde le traitait avec les honneurs nécessaires pour s'éviter des emmerdements en haut lieu. C'était un autre bon point pour Jehanne. Elle se souciait juste assez de politique pour ne pas avoir d'ennuis, mais pas suffisamment pour finir par travailler à la solde des nobles. Une soldate idéale.

Bien conscient qu'il ne tirerait plus rien de la dame, Alan décida plutôt d'aider Jehanne. Après tout, il travaillait souvent "avec" elle, tandis que les chances de recroiser une fois la gourdasse étaient faibles. Autant soigner ses relations.

«L'a raison, vous savez. Z'êtes trop bien habillée pour aller voir les filles.» Il baissa le ton et s'adressa à Fleur d'un air complice. «Elles sont persuadées d'être les plus belles. Si elles vous voient débarquer 'vec c'te t'nue, elles vont être jalouses et voudront plus d'votre aide! Faut ménager un peu leur égo, nan?»
« Modifié: 22 août 2020, 10:12:50 par Conteur »

Fleur de Trevale

Re : [Fleur/Jehanne] Charité mal ordonnée.
« Réponse #8 le: 27 août 2020, 23:11:26 »
Fleur comprit rapidement qu'elle avait perdu la bataille. Le Lieutenat Jehanne était bien trop raisonnable et sûre qu'elle pour qu'elle puisse la faire fléchir. Elle avait l'habitude de jouer des ses charmes pour obtenir ce qu'elle voulait, et donc savait très bien quand la partie était perdue d'avance. Ce qui ne l'empêcha pas d'être déçue.
Elle répondit d'une voix contrite :

"Je donne déjà aux Temples. Chez les Trevale, nous avons toujours été généreux. Quand je suis sur les terres familiales, je vais à la rencontre des gens pour qu'ils sachent qui je suis."

Oui, oui, Fleur venait bien d'expliquer qu'elle voulait que les pauvres sachent qui il devaient remercier. En toute naïveté.
A la remarque d'Alan, elle ne répondit que par un demi-sourire poli. Il lui faisait trop peur pour que ses compliments la touche vraiment.

"Je vois bien que je n'ai pas le choix et doit repartir. Mais je vous prend au mot Lieutenant. Seulement s'il vous plait, ne répétez pas à mon époux que je suis venue ici. Il n'était pas très d'accord.... Je ne veux pas l'impliquer. Il ne comprend pas."

Elle fouilla dans une de ses poches et en sorti quelques pièces - et il y en avait pour une jolie somme - qu'elle tendit du bout des doigts à Alan. Elle préférait éviter qu'il ne la touche. Elle avait quand même ses limites. Finalement, elle tendit aussi son panier. Qu'en ferait-elle ?

"Vous trouverez sûrement à qui le donner ?"
« Modifié: 28 août 2020, 07:26:54 par Fleur de Trevale »

Jehanne

  • Gardes et Mercenaires
  • Messages: 78
    • Voir le profil
  • Fiche: Fiche
  • Âge: 32 ans
  • Langues: Valdemaran
Re : [Fleur/Jehanne] Charité mal ordonnée.
« Réponse #9 le: 29 août 2020, 14:21:05 »
La tentation est grande de dégeler un peu son attitude. Jehanne commence à bien cerner le personnage. La Trevalle ne vivait pas dans la réalité mais dans une sorte de rêve fantasmé et douçâtre. Et malheureusement avec son titre et son argent la plupart du temps la réalité se pliait à ses désirs. Sa naïveté n’était pas vraiment dangereuse. Mais cela expliquait les rumeurs qu'elle lançait. Pas par méchanceté mais parce qu'elle passait le monde par le filtre de son imagination et voulait en faire profiter son prochain.
Mais il était hors de question pour la garde de relâcher sa prise. Elle devait paraître inflexible. Ainsi si Fleur décidait d’accepter son offre elle saurait que c’était Jehanne qui posait les conditions ou il lui en cuirait.

Elle laisse dérouler la noble dans son argumentaire jusqu'au bout. Ne sourcillant même pas devant sa confession concernant son époux et ce qu'il savait de ses activités. Ben voyons ! Elle devait lui en faire voir de toutes les couleurs. Mais au moins elle a enfin comprit qu'il est plus que temps de rentrer chez elle.

Délaissant un instant la noble, elle se tourne vers Alan et le gratifie d'un hochement de tête approbateur pour son aide si… inestimable.

Le sourire est acide autant que la voix est raisonnable mais froide quand elle refait face à Fleur.

« Madame, les gens de Haven n’ont pas les mêmes valeurs et le même respect que les gens de votre domaine. – Une infime fraction de seconde, en bonne citadine, Jehanne avait faillit dire « campagne » ; un peu moins respectueux dans son esprit. - Faites comme vous voulez mais si vous ébruitez un peu trop votre générosité ce seront bientôt des hordes de miséreux et de profiteurs qui se presserons à vos portes. Je doute que cela vous plaise. D'autant qu'ils n’hésiteront pas non plus à aller importuner vos invités et vos amis. – Elle enfonça sans vergogne le clou – Votre mari ne risque pas de vous en remercier, croyez-moi. »

La lieutenante regarde sans sourciller l'argent – et le panier – changer de main. Alan n’était pas un mauvais messager de sa générosité après tout. Peu importe qu'il se paye au passage. La majorité finirait là où il en avait besoin et Wylan s’arrangera ensuite pour que le reste fasse de même. Elle fit même un sourire au ruffiant et retrouva un peu de son humour.

« C'est une mission qui te sied bien joli-cœur. »

Puis elle perdit le sourire mais adoucie le ton de sa voix.

« Puisque vous voilà raisonnable et que vous allez m’éviter des ennuis, je vais en faire de même pour vous. Je vous raccompagne jusqu'à ce que j'estime que votre personne ne coure plus de danger et prendrais mes distances petit à petit jusqu’à ce que vous arriviez chez vous. Ainsi personne ne pourra raconter que l'on vous a vu en compagnie d'une putain. Ce qui serait fort regrettable pour vous, je pense. »
« Modifié: 29 août 2020, 14:23:01 par Jehanne »

Conteur

  • Plume de scénario
  • Messages: 334
    • Voir le profil
Re : [Fleur/Jehanne] Charité mal ordonnée.
« Réponse #10 le: 29 août 2020, 15:38:00 »
Alan dût faire de gros efforts pour ne pas afficher une sourire cupide quand la noble lui tendit panier et argent. Il se sentait soudainement important et digne de confiance. Et il l'était, malgré son air de fouine et ses attitudes nerveuses. Arnaquer un noble ne lui posait aucun problème, mais voler l'argent destiné aux filles et à leurs mômes, c'était trop vil même pour lui.

Il adressa un sourire charmeur à la lieutenante avant d'esquisser une courbette plutôt ridicule à la noble.

«Sur ce, j'vous laisse, mes dames. J'vais aller donner ça aux filles. Elles s'ront contentes!»

Sur un dernier clin d'œil à Jehanne, il disparut sans bruit dans une ruelle latérale.

Fleur de Trevale

Re : [Fleur/Jehanne] Charité mal ordonnée.
« Réponse #11 le: 29 août 2020, 22:45:07 »
Une horde de miséreux à sa porte ? Diantre! Fleur n'avait pas pensé à cet aspect là ! Elle blanchit légèrement.

"Vous avez raison, vous êtes bien mieux au fait de ces choses-là."

C'était une sacré concession de sa part que d'admettre qu'elle avait eu tord sur toute la ligne. Jeune fille, ça ne lui arrivait déjà pas souvent, mais depuis son mariage, c'était presque impossible. La chute était rude. Cependant, elle se défendit un peu.

"Mon mari n'est pas une menace."

Non, il pouvait juste être très pénible. Et le convaincre de la laisser accompagner Jehanne visiter les pauvres allait lui demander des trésors d'ingéniosités.
Elle ressassait ses options en se laissanr raccompagner, gardant le silence. Il valait mieux. Elle s'était assez donné en spectacle pour aujourd'hui.
Quand Jehane-la-Prostituée lui dit qu'elle pouvait continuer seule, Fleur lui rappela;

"Faites-moi savoir quand vous pourrez m'escorter.  Je n'ai aucun risque à recevoir des missives de la Caserne."

Au loin, elle apercevait Janee, sa camériste, paniquée de ne pas retrouver sa maîtresse. Elle la rejoint d'un pas léger et fit taire ses angoisses en l’entraînant dans une boutique toute proche. Sa propre déception ne résista pas bien longtemps non plus face à une nouvelle robe.

[RP CLOS]