Auteur Sujet: [Apprentie-héraut] Shandara  (Lu 2716 fois)

Héraut Shandara

  • Persos inactifs ou abandonnés
  • Héraut en probation
  • *
  • Messages: 214
    • Voir le profil
[Apprentie-héraut] Shandara
« le: 08 novembre 2012, 14:07:41 »
[center:j8wg0eni]RECENSEMENT DU ROYAUME
[Au choix :] Valdemar

[Photo]

Emily Van Camp[/center:j8wg0eni]


Nom :
Prénom : Shandara
Age : 16 ans (3e jour de la 8e décade d'hiver 1464)

Région d’origine : Un peu partout, mais elle est venue au monde dans le sud de Velgarth, à Acabarrin
Métier/Vocation: Élève Héraut de 4e année

Description physique :

Cheveux : Shan' a de longs cheveux châtain-blond, lui cascadant presque au bas du dos. En été, ils blondissent lorsqu'elle passe beaucoup de temps au soleil.
Yeux : Ses yeux sont noisette, lorsqu'il fait clair, et ils deviennent de plus en plus foncés jusqu'à devenir noirs quand la clarté disparait.
Teint : Son teint n'a rien d'exceptionnel, ou qui sorte de l'ordinaire. Sauf l'été, quand elle passe beaucoup de temps à l'extérieur, alors elle a tendance à attraper des coups de soleil, et donc, virer au rouge.
Taille : Plutôt grande, Shandara dépasse facilement la plupart des filles de son âge. De la tête aux pieds, elle atteint facilement 5''10' (environs 1m78).
Corpulence : D'une corpulence moyenne, elle est plutôt athlétique et discrètement musclée grâce à tout son entraînement.
Attitude : Très sérieuse, on la retrouve généralement plongée dans un travail ou une étude quelconque ou encore un entraînement. Toutefois, quand des gens viennent lui parler, elle reste agréable et polie, mais elle va rarement vers les autres d'elle-même. Lorsqu'elle parle, elle possède un accent particulier, un mélange de toutes les langues qu'elle a apprises, enfant, et perfectionner pour certaines, une fois au Collegium.
Habitude vestimentaire : Elle porte toujours ses uniformes gris, simplement parce qu'elle ne possède pas d'autres vêtements. Elle laisse ses cheveux détachés la plupart du temps, sauf quand elle doit effectuer un travail physique ou une tâche salissante, alors elle les attache en une queue de cheval ou une tresse.
Démarche : Shan possède une démarche souple et légère.

Description comportementale : (5 lignes minimum)

Shan' tient son caractère de son père, un caractère fort, tenace et déterminé. Depuis toute petite, elle côtoie tout un tas de gens différents, certains avec des idées farfelues, d'autres avec des idées dangereuses. Son père lui a appris à reconnaître les hommes dangereux, à leur comportement ou à leur façon de s'habiller. Il lui a aussi appris comment agir autour de ceux-ci. Heureusement, elle est d'une nature sérieuse et prend son père au mot quand il lui enseigne les choses de la vie.

Elle est quelque peu obstinée sur tout ce qui concerne ses idées et ses croyances et il est difficile de la raisonner lorsqu'elle a tort. Avec sa susceptibilité naturelle, tout ceci ne fait généralement pas bon ménage, mais elle reste tout de même raisonnable avec du temps et l'aide de son Compagnon ou des gens autour d'elle. Il faut toutefois faire attention de ne pas trop la contrarier, car elle peut être très rancunière. Si une personne s'attire sa rancune, il s'en prend généralement pour une année, au moins.

Si ces caractéristiques rendent parfois difficiles les relations avec Shan', son dévouement pour les gens qu'elle apprécie est aussi grand que celui qu'elle a pour Valdemar et elle est tout aussi obstinée en ce qui concerne l'un ou l'autre, ce qui compense ses traits parfois difficiles. De là aussi vient sa tendance à être si rancunière quand quelqu'un la provoque, car elle ne donne pas facilement sa confiance aux autres, mais lorsqu'elle le fait, elle le fait entièrement, sans retenue.

Derniers traits, mais non les moindres, Shandara est une véritable bourreau du travail (workaholic en anglais). Elle n'aime pas être en retard et travaille toujours pour avoir une longueur d'avance sur ses cours. Elle s'acharne et s'échine au travail et prend rarement des pauses pour elle-même, c'est les autres qui doivent généralement l'obliger à s'arrêter un moment. Aussi très compétitive et orgueilleuse, elle n'accepte pas de terminer au bas de l'échelle, elle peut parfois tolérer de ne pas être la première ou la deuxième, mais ce sera à contrecœur.

Qualité principale : Dévouée
Défaut principal : Rancunière

Don ordinaire : Elle a besoin de très peu de sommeil. Quatre heures lui suffisent généralement pour avoir une nuit complète et se sentir complètement reposée, cinq si elle est très fatiguée.
Don Héraldique : Un don de vision à distance

Langues parlées : Shan' a difficilement une première langue maternelle, ayant été élevée dans un environnement où plusieurs langues étaient parlées, mais son père lui parlait le plus souvent dans la langue de l'empire de Treterine, elle connait alors quelques bribes, mais cela fait bien longtemps qu'elle ne l'a pas utilisé.

La langue qu'elle maîtrise le mieux est évidemment le valdemaran, elle la parle depuis ses douze ans. Shan' la maîtrise autant à l'oral qu'à l'écrit.

Puis elle parle assez bien le rethwellanais et le karsite, de son passage dans ses pays et des cours qu'elle a prise pendant son parcours comme apprentie-héraut. Elle arrive à les écrire et les parlers, mais elle peut avoir parfois des difficultés avec la syntaxe ou certaines pronociations.

Shandara arrive à baragouiner d'autres langues des pays du sud, mais rien de très concluant puisqu'elle se fit seulement sur le souvenir qu'elle a de ses langues. Celles-ci inclues le shin'a'in, les langues de  Jkatha et de Ruvan. Elle ne sait pas les écrire, ni les lire.

Shan' garde un vague souvenir des langues de Seejay et Velvar, des pays qu'elle a visité quand elle était très jeune, mais elle n'arriverait pas à en dire un mot et si elle entendait l'une ou l'autre de ses langues, elle ne pourrait identifier que deux ou trois mots dans une phrase et encore avec difficulté.

Elle parle toutes les langues avec un accent qui n'appartient pas tout à fait à aucune, certains mots sont dit sans accent, d'autres avec un de telle ou telle langue.

Compagnon : Abdias, un grand compagnon de trois ans plus vieux que son élue. Quoique très proches, ils ne peuvent pas communiquer par la pensée, mais ils se comprennent mutuellement lorsqu'ils se trouvent physiquement près l'un de l'autre, sans avoir besoin de mots.

Description Historique : (10 lignes minimum)

Dehors, le froid poignant de l'hiver contrastait avec l'atmosphère étouffante de la roulotte de bois. L'accouchement fut difficile. Long et difficile. Finalement, au bout de plusieurs heures, une petite fille finit par prendre ses premières respirations. Toutefois, sa mère avait perdu trop de sang et s'était battue trop longtemps, elle ferma les yeux pour la dernière fois. Fern, le père de la nouveau-née, se retrouva seul pour élever le bébé qu'il tenait désormais dans ses bras. Heureusement, l'entraide était de mise dans la troupe vagabonde dont il faisait partie et, comme les bébés étaient plutôt rares, les femmes se proposèrent toutes pour aider le père en deuil.

Shandara vint au monde dans un cirque ambulant. Le cirque avait été créé dans des terres loin au sud plusieurs années plus tôt par un groupe d'artistes de rue avides de découvertes. Le petit groupe grossissait rapidement pendant ses voyages. Il accueillait toutes sortes de gens, sans discrimination et sans questionnement. Avide de découvrir le monde — ou d'échapper aux autorités pour certains —, le cirque se déplaçait en convoi de ville en ville, de pays en pays. Les représentations étaient données pendant une semaine dans un même endroit avant que le groupe se remettre en route, généralement après avoir détroussé les spectateurs de quelques sous de plus que ce qu'ils pensaient avoir donné.

Dans la troupe, le père de Shandara était spécialiste dans les acrobaties, les tours d'adresse et de passe-passe pour gagner son pain dans la caravane. Il aimait jongler avec des objets dangereux, marcher sur un fil suspendu, faire disparaître et apparaître des objets et le lancer du couteau.

Dès qu'elle fut assez vieille, Fern enseigna à sa fille divers tours et acrobaties, commençant par les plus simples et évoluant graduellement vers les plus compliqués et il l'utilisa souvent comme assistante pendant ses performances. Elle apprit aussi à alléger les bourses des spectateurs afin de grossir les profits du cirque.

La vie n'était pas facile, même souvent dangereuse, mais amusante aussi. Shandara grandit heureuse dans la troupe. Elle apprenait chaque jour de nouvelles choses et faisait sa part du travail. Shan' aidait dans la plupart des tâches qu'on lui demandait, à l'exception de celles impliquant les animaux après qu'elle ait eu une mésaventure avec un vieux cheval au mauvais caractère. Cet évènement lui laissa même une longue cicatrice sur la cuisse gauche. Elle rencontra toutes sortes de gens différents. Le cirque était composé d'une grande variété de personnes allant des jeunes incompris de la société aux criminels voulant échapper à la justice en passant par les personnes plus excentriques ou encore les magiciens un peu fous. Grâce à son père, Shan' apprit à différencier un « jeune ahuri », comme disait son père, d'un homme dangereux. Toutefois quand sa fille lui demandait comment il avait rejoint le cirque et d'où il venait, il évitait toujours soigneusement de répondre en détournant la conversation vers un autre sujet.

Presque toujours en déplacement, Shandara voyagea beaucoup pendant les douze années qu'elle passa avec le cirque. Elle naquit dans le sud de Velgarth, en Acabarrin et visita Rodina, Seejay, Velvar, Jkatha - où ils restèrent plus longtemps près de Kata'shin'a'in - , Ruvan, Karse, Rethwellan et le sud de Valdemar. Traverser un pays prenait en moyenne un an à un an et demi, selon leurs arrêts et leur train de marche. Ils arrivèrent à Haven alors que Shan' venait tout juste d'atteindre ses douze ans.

C'était une belle journée ensoleillée du printemps, l'air était frais et la troupe venait de s'installer aux portes de la cité. L'atmosphère était fébrile dans le cirque, les représentations près de grandes cités rapportaient toujours un cachet plus qu'intéressant et c'était toujours plus amusant de présenter les numéros devant de grandes foules. Bientôt, les habitants de la cité commencèrent à affluer et le spectacle commença. Shandara accompagna son père dans plusieurs numéros et put même en présenter quelques-uns elle-même. Alors que le soleil se couchait, Fern conclut la soirée avec son lancer du couteau dans des cibles et autour de Shan' qui se plaça devant une plaque de bois. Quand les spectateurs quittèrent la scène pour aller voir les autres attractions, un spectateur tout à fait unique s'approcha de la fillette.

:Bonjour Shandara: fit une voix grave et profonde.

L'interpellée se retourna pour voir qui lui parlait et son regard croisa celui bleu ciel du nouveau venu. Elle pourrait difficilement décrire l'évènement qui suivit. Soudainement, elle se sentit tomber, sans tomber, peut-être qu'elle flottait aussi... mais par-dessus tout, elle se sentit aimée et acceptée. Elle se sentit remplie, complète.

:Je suis Abdias et je te Choisie.: continua la voix remplie d'affection.

Le moment magique se prolongea, puis s'effaça, laissant Shandara revenir à la réalité. Hébétée, elle s'approcha du grand Compagnon et prit sa tête entre ses mains, un léger sourire sur les lèvres, elle se sentait si bien. Puis elle remarqua les quatre sabots, les oreilles pointues, le grand poitrail et la forme générale d'un équidé. Un cri retentit à travers le campement.

Un garde arriva au pas de course pour voir une fillette apeurée, sur le sol, devant un Compagnon à l'air surpris. Derrière elle, son père arrivait rapidement. Shan' se réfugia en vitesse derrière ce dernier quand le Compagnon essaya de l'approcher, baissant la tête pour avoir l'air moins menaçant pour la petite qui avait évidemment une phobie des chevaux. Comprenant rapidement la situation, le garde s'approcha du père et de la fillette et commença à expliquer la situation, quand un autre garde passa, il l'envoya quérir un héraut. Quelques instants plus tard, un héraut arriva pour prendre la situation en main. Au bout de maintes explications et d'encouragements de la part de son père, une fois que ce dernier eut saisi la situation. Shandara accepta d'approcher d'Abdias et de marcher près de lui, tenant même les reines du hackamore, mais elle refusa catégoriquement de monter sur son dos. Accompagnée de son père et du héraut, elle se rendit au Collegium où commencerait sa nouvelle vie.

Shan' accepta difficilement de laisser partir son père et quitter le cirque, mais elle savait qu'elle n'arriverait pas à se séparer de son Compagnon - quoiqu'il lui fasse encore peur - et son père lui fit comprendre qu'elle aurait une meilleure vie à Valdemar. Il promit de lui envoyer des lettres quand il le pourrait.

Shandara s'intégra avec difficulté au Collegium. La nouvelle grise ne se sentait pas très à l'aise dans ce nouveau style de vie. Sa définition de "normalité" semblait différente de celle des gens du Palais et du Collegium, résultat d'avoir vécu pendant douze ans avec des gens plus excentriques les uns que les autres. Elle dut s'habituer au style de vie sédentaire et à un horaire beaucoup trop strict comparé à sa liberté passée. En plus, elle se révéla être plutôt en retard sur les autres élèves. Elle ne savait ni lire, ni écrire, ni compter, ne parlait pas très bien le valdemaran et le parlait avec un très fort accent, ne savait pas très bien agir en société, encore moins avec les nobles... Les cours d'équitation étaient les pires d'entre tous puisqu'il lui fallait combattre sa peur maladive des chevaux. Déjà très orgueilleuse et compétitive, elle refusa de rester en retard sur les autres et s'acharna à apprendre tout ce qu'il lui manquait. Au bout de deux années, Shandara avait rattrapé la plupart des élèves et même surpassé quelques-uns dans certains domaines. Elle vainquit également sa peur des Compagnons et réussit à devenir très habile à dos de Compagnons, mais resta craintive des chevaux ordinaires.

Sur une note plus positive, Shan' s'en tira bien dans les cours de maniement des armes et surprit même le maître avec sa précision au lancer du couteau, que son père lui avait enseigné, et au tir à l'arc, après qu'elle ait appris les bases. Elle savait bien bouger et bien tomber puisque son père le lui avait enseigné pour qu'elle puisse pratiquer des acrobaties sans se blesser. Elle s'en tira aussi très bien dans les corvées assignées aux élèves, à l'exception de la cuisine où elle se révéla être une catastrophe ambulante. Elle surprit aussi les professeurs avec la quantité de langues qu'elle avait apprises pendant les voyages, entre autres le rethwellan, karsite, la langue de Jkatha et Ruvan. Elle arrivait à les parler sans trop de difficultés, quoique qu'elle cherche souvent ses mots et elle pouvait comprendre un nombre encore plus grand de langues. C'était l'avantage de voyager et de vivre dans un endroit où les gens pouvaient venir des quatre coins du monde. Si on ne parlait pas la langue de l'autre, généralement on pouvait la comprendre.

Elle prenait rarement des pauses dans ses études, mais lorsqu'elle le faisait, c'était généralement pour pratiquer des tours comme elle faisait quand elle était au cirque. Elle continuait aussi à pratiquer pendant les vacances quand il n'y avait presque plus personne au Collegium.

Quelques mois après son arrivée au Collegium, alors qu'elle était en train d'étudier, d'étranges visions remplacèrent la vue de ses travaux. Des visions de campagnes et des rues de la ville, des gens inconnus, les visions étaient chaotiques et ne durèrent que quelques instants. Comme cet étrange événement semblait être terminé, elle le mit sur le compte de la fatigue et décida d'aller se coucher. L'étrange phénomène se répéta six semaines plus tard pendant une leçon d'équitation. Sa vision fut remplacée par des rues de la ville et des étals des marchands pendant un court instant. Abdias, sentant le malaise de son élue, se joignit à son esprit pour observer le phénomène. Par la suite, le Compagnon la mena au professeur qui fut mis au courant par son propre Compagnon. Shandara fut dirigée au bureau du doyen. Ce dernier prit son cas en charge.

Son horaire fut modifié pour l'intégrer au cours de don. Dans un premier temps, ils identifièrent le don de Shan' qui s'avéra être la vision à distance. Puis elle apprit à élever des boucliers autour de son esprit. Toutefois, son don se développait lentement et de façon plutôt erratique. Elle eut beaucoup de difficultés et prit beaucoup plus de temps que les autres élèves pour apprendre à le contrôler. Ce retard sur les autres la frustra et cette frustration ne l'aida pas à maîtriser son don. Heureusement, après plusieurs mois, elle finit par atteindre un contrôle suffisant pour être déclarée apte et on la laissa passer à autre chose.

Quand la maladie des Compagnons frappa, elle fut tout de même attristée pour ceux qui en furent affectés et eut peur qu'Abdias ne la contracte, mais sans plus. Shandara aurait bien voulu aider, mais elle savait qu'elle ne pouvait rien faire pour eux et il y avait déjà beaucoup de gens penchés sur le problème, des esprits plus grands que le sien, alors elle se concentra sur ce qu'elle pouvait faire.

Shan' continua à suivre des cours pour apprendre à maîtriser son don, dont elle n'avait pas encore osé tester les limites, et les autres cours du Collegium. Autour d'elle, d'étranges évènements se passaient, parfois heureux, parfois tristes, parfois inquiétants, mais elle n'y fut pas incluse. Puis il y eut la mort du Roi. Au son du glas, elle se réunit avec les autres dans le champ des Compagnons. Lorsque les Compagnons commencèrent à s'agiter, elle se joignit au groupe qui s'occupait des non-élus présents pour aider à les mener en sécurité, quand Jalena dit à tous les apprentis de rejoindre le Collegium, elle obtempéra, bien qu'à contrecœur, comme tous les autres, elle aurait bien voulu aider.

De temps en temps, elle reçoit des lettres de son père, comme ce dernier avait promis, qui la garde au courant d'où il se trouve et ce que fait le cirque. Ces lettres sont écrites de la main d'une autre personne puisque son père ne sait pas écrire ou lire.

Maintenant, il ne lui reste plus qu'à voir où les évènements mèneront le reste de l'histoire pour elle....


Hors-jeu :
Que désirez vous faire de votre personnage ?
Bah! la faire devenir héraut éventuellement... Héraut-messager serait assez intéressant (je sais pas pourquoi, mais cette fonction me fascine). Sinon vous pouvez la maltraiter et la torturer comme bon vous semble. Juste prévenir avant qu'elle perdre un bras, une jambe ou un oeil, s.v.p.?
« Modifié: 22 février 2014, 00:04:33 par Héraut Shandara »

Héraut Shandara

  • Persos inactifs ou abandonnés
  • Héraut en probation
  • *
  • Messages: 214
    • Voir le profil
Re: [Apprentie-héraut] Shandara
« Réponse #1 le: 31 janvier 2014, 19:09:48 »
8ème décade d'été 1480

Terrain d'entrainement - RP d'intro avec Jalena, Vision de l'arrivée d'un groupe mystérieux et de deux héros, le groupe est gardé par un bouclier particulièrement puissant.

Le prince et son épée - Suite du rp d'intro, le groupe mystérieux était en fait les princes de Rethwellan qui ont fuit leur pays pour se cacher de l'Usurpateur.

Surveiller, espionner, aider? - Suite au 'Prince et son épée', Shan' a escorté deux des trois princes à leur suite et continue de s'occuper d'eux.


3ème décade d'hiver 1481

Héraut, héros? Magicien... Mage y tiens! - Rencontre avec un Manuchan enfiévré et déboussolé, une fillette et étrange et un chat de feu et où on parle de divinités.


8ème décade d'hiver 1481

Banal quotidien - Ouvert à tous, Shan' se change les idées avec un nouveau tour d'acrobatie


1ère décade de printemps 1481

On n'est pas sérieux, quand on a 17 ans - Une fête impromptue et des nouvelles amies imprévues


8e décade du printemps 1481[/b]

L'appréhension mène à l'entraînement - Shandara s'inquiète de devoir partir directement au front si elle reçoit son uniforme blanc bientôt, alors elle passe deux fois plus de temps à l'entraînement.


1ère décade d’été 1481[/b]

De but en blanc - Une convocation au bureau du doyen, c'est en présence du Héraut Joald et du Héraut Wylan qu'elle reçoit son uniforme blanc.
« Modifié: 01 janvier 1970, 01:00:00 par Guest »