Auteur Sujet: Et la lumière fut...  (Lu 8013 fois)

Héraut Wylan

  • Hérauts
  • Héraut aux mille visages
  • Messages: 461
    • Voir le profil
  • Fiche: Masque et reflets...
  • Compagnon ou Familier: Kyra
  • Âge: 41 ans
  • Langues: Valdemaran, Rethwellan
Re : Et la lumière fut...
« Réponse #30 le: 23 avril 2020, 08:37:17 »
Enfin, Wylan pouvait reprendre la route vers Haven. Il avait rarement été aussi impatient de rentrer. Ou plutôt, habituellement, c'était parce qu'il souffrait d'une grave blessure ou qu'il n'avait rien mangé de correct depuis plus d'une dizaine. Là, ce qu'il se réjouissait de retrouver, c'était la solitude et sa liberté de mouvement. Il détestait jouer les garde-malades.

: Tu l'as fait avec Alemdar... deux fois. :
: C'était très différent. D'abord je n'avais pas à veiller à sa santé, ensuite je n'y passais pas toute ma journée. :
: Oui, mais par contre, personne ne te l'avait demandé. :
: Que veux-tu, moi aussi, parfois, je suis gentil. :


Wylan, cependant, s'inquiétait un peu de la capacité d'Enora à tenir en selle dans son état. Il était difficile de garder l'équilibre sans un point de repère visuel. C'était, après tout, quelque chose que tout voleur devait apprendre à maîtriser, et cela prenait du temps. Heureusement, les selles de Hérauts étaient prévues pour des cas comme celui-ci et il suffirait de sangler la demoiselle pour qu'elle n'ait même pas à se poser de question.

Au moment, du départ, Wylan l'aida à monter en selle, puis, sans même lui poser la question, il commença à fixer les différentes lanières. Et comme ça, elle pourrait profiter pour dormir un peu pendant le trajet. Car Wylan comptait s'arrêter le moins possible. Il avait déjà perdu assez de temps.

«Bon, en route.»

Une fois en selle, Wylan se détendit instantanément. Il connaissait par cœur l'allure de Kyra, le rythme particulier de ses sabots qui frappaient le sol. Il se pencha pour lui caresser l'encolure et lui murmurer quelques mots.


Enfin, Haven était en vue. La nuit commençait à tomber, mais il était hors de question qu'ils s'arrêtent si près du but. Kyra était fringante, et elle montrait plus d'impatience encore que son Élu à retrouver le Palais. Elle en avait marre des relais, des mauvaises écuries, de nuits à la belle étoile. Elle voulait son box, de la paille chaude, du bon avoine et un long brossage. Wylan n'en demandait pas tant. Il se contenterait d'un bon bain.

Quand ils arrivèrent à la porte Est, les gardes durent leur ouvrir. Wylan les remercia distraitement avant de s'engager dans la ville. À cette heure, les rues étaient bien plus calmes, et Kyra n'avait pas à ralentir son allure pour éviter d'éventuels passants. Très vite, les portes du palais furent en vues, et à nouveau, on dut leur ouvrir spécialement. Kyra mena Jorel jusqu'à la maison de Guérison – il était nécessaire que Charwin l'ausculte dès que possible.  Puis elle prit la direction des écuries, enfin seule avec Wylan.

«Enfin!»

[Je te laisse clore]

Héraut Enora

  • Hérauts
  • Mignonnette blanc sur blanc
  • Messages: 680
    • Voir le profil
  • Fiche: Dossier de Héraut
  • Compagnon ou Familier: Jorel
  • Âge: 23 ans, 1ere Déca automne
  • Langues: Valdemarien | Shin'a'in | Hardonien | (oral) Karsite | (oral) Tayledras
Re : Et la lumière fut...
« Réponse #31 le: 23 avril 2020, 09:01:42 »
Enora s'était fait réveiller par le bruit de pas à côté d'elle. Elle eu un moment de désorientation, car elle n'y voyait toujours rien, et elle avait encore passablement mal à la tête. Elle se rappela où elle était, et avec qui, quand Wylan mit la main sur son épaule et lui dit qu'il était temps de se lever. Elle attendit quelques secondes qu'il s'éloigne pour s'assoire à tâtons, elle bu et mangea un peu pendant qu'il préparait leur départ.

Elle commençait presque à s'y faire, de marcher doucement, sentir le sol sous ses pas pour ne pas trébucher. Wylan était aussi une grande aide, sa sollicitude et sa manière d'anticiper les choses autours d'elle lui donnait une certaine confiance. Au moment de monter en selle, elle réalisa que son corps, malgré l'absence de point de repère, se souvenait de comment monter sans trop de difficulté. Elle décida de faire confiance à Wylan et de se faire confiance aussi. Elle y alla peut-être un peu plus lentement, mais pas tellement. Elle le faisait tellement souvent, parfois même dans une nuit presque noir, qu'elle y arriva sans problème.

Elle sentit alors que Wylan s'affairait autour de Jorel, elle comprit ce qu'il faisait quelques secondes plus tard quand elle sentit les sangles. Bien sûr, c'était la seule manière pour s'assurer qu'elle ne tombe pas. Elle pouvait anticiper les mouvements de Jorel à l'instinct, mais sans points de repère, elle risquait malgré tout d'avoir des vertiges ou de ne pas anticiper correctement. C'était beaucoup plus sûr. Elle se laissa donc faire, respectant le silence qui s'était installé entre eux. Ça ne lui faisait pas peur, elle pouvait comprendre après 2 jours à s'occuper d'elle, et surtout à être dans la tête de la jeune femme, que son mentor veuille un peu de solitude. Elle-même pourrait en profiter pour reposer son esprit et faire un peu le point.

Pendant quelques minutes, elle contempla l'idée de demander à Jorel de l'aider à travailler son don de nouveau, puis finalement, elle changea d'idée. Mieux valait laissé à son esprit un peu de temps pour récupérer et se reposer. Elle avait les bases d'un bouclier, elle ne serait pas assaillie une fois en ville, mais à trop forcer, elle se ferait plus de mal que de bien. Elle ressentait une certaine urgence à maîtriser son don, vue ce qui s'annonçait dans quelques décades, mais justement, comme un muscle blessé, il fallait aussi du temps de repos. Elle attendrait donc d'avoir revu le guérisseur avant de tenter de pousser plus loin. Surtout que Wylan ne lui avait donné aucune instruction à se sujet. Elle lui faisait confiance pour lui avoir dit s'il fallait qu'elle continue de s’entraîner.

Elle laissa donc la route défiler, tentant plutôt d’entraîner ses autres sens. Son odorat, son ouïe, ou même son toucher à travers le vents et le soleil, pour tenter de déterminer où ils étaient, les endroits qu'ils traversaient et ce qu'il se passait autour d'eux. Elle aurait peut-être pu utiliser sa vision à distance aussi, mais comme elle avait perdu la vu parce que son esprit avait été surchargé, elle préférait attendre d'avoir l'avis d'un guérisseur avant de tenter cette expérience.

Elle était habituée de voyager du matin au soir sur la selle, et c'est probablement ce qui l'aida à se montrer patiente pendant la journée. Pas une seule fois, elle ne ressenti réellement le besoin de descendre. Ils mangèrent en selle, c'était plus pratique de toute façon, débarquer et remonter aurait prit trop de temps. Elle comprenait l'impatience de Wylan, et elle-même avait hâte de renter au palais. Elle était un poids en ce moment, et s'il fallait se défendre, elle ne pourrait être qu'une cible. Ce n'était vraiment pas quelque chose qu'elle appréciait, être à la merci de tout.

Elle s'endormit pendant quelques marques ici et là aussi. Elle ne savait pas vraiment combien de temps, et ne demanda pas. C'était simplement de la curiosité, et s'il lui fallait un moment pour retrouver des repères et s'orienter même un peu, elle n'en laissa rien paraître. Tant que Wylan savaient où ils les menaient, le reste n'était que trivialité.

Elle fut heureuse d'entendre les gardes de la ville, les portes et les bruits qui accompagnait Haven, même la nuit. Au calme dans les rues, et aux sons autour d'eux, c'était clairement la nuit. Elle se laissa guider jusqu'au collégium des guérisseurs. Avant qu'on ne l'aide à descendre et que son professeur de quelques jours ne repartent, elle décida néanmoins de lui dire son appréciation de nouveau.

"Merci pour tout Wylan."

Elle avait le sentiment qu'il valait mieux garder tout cela simple. Jorel remercia aussi Kyra, avec une note de contrition dans sa voix mentale. Il n'admettrait pas autre chose, c'était futile à ce point, mais peut-être serait-il plus sage les prochaines fois... Si prochaine fois, il y avait.

Enora se laissa guider par les guérisseurs vers une chambre et un lit. On lui posa des questions, on l’ausculta, on testa ses maigres boucliers et puis on la laissa se reposer. Le reste des essais et des courts commencerait le lendemain. Enora s'endormit, heureuse de se sentir au moins un peu chez elle.

[RP Clos !]