Auteur Sujet: (Noble Non Affiliée) Saskia Eméraldia DeFeriel  (Lu 2957 fois)

Héraut Saskia

  • Hérauts
  • Messages: 485
    • Voir le profil
(Noble Non Affiliée) Saskia Eméraldia DeFeriel
« le: 03 décembre 2009, 17:56:17 »
[justify:20t98z29][center:20t98z29]RECENSEMENT DU ROYAUME
[Au choix :] Valdemar

[/center:20t98z29]
Nom : DeFeriel
Prénom : Saskia Eméraldia
Age : 16 ans

Région d’origine : Haven, dans les hauts quartiers près du palais.
Métier: Vous n’imaginez pas à quel point il peut être difficile d’être aristocrate. Oui, c’est un véritable métier, et sans doute le plus dur qui soit au monde, bien plus difficile que Héraut… (Oui, mais les Hérauts, ils ont des Compagnons…)

Description physique :
Cheveux : De longs cheveux blonds, légèrement frisés naturellement, qu'elle coiffe très raides lors de ses soirées privées. Elle s’amuse parfois à teindre certaines mèches en rose, sa couleur favorite.
Yeux : Bleu-gris, changeants avec le temps.
Teint : Elle a une peau assez pâle naturellement, et elle joue sur cette pâleur quand elle se maquille outrageusement.
Taille : Un mètre soixante et un.
Corpulence : Assez fine, mais pas maigre. Ses vêtement s’occupent parfaitement de lui créer les courbes qui lui manquent terriblement.
Attitude : Tout dépend qui la rencontre, et à quel moment de la journée. Entourée de ses amis de la noblesse, Saskia est une véritable peste. Elle enchaîne les soirées arrosées à la taverne jusqu’à l’aube. Chez ses parents, elle est l’exemple même de la petite fille sage, toujours très noble dans son attitude, et elle peut exiger n’importe quoi d’une voix terriblement calme. Au contraire, loin de cette noblesse, Saskia est d’une véritable douceur et d’une patience sincère incroyable, toujours prête à aider son prochain, plus particulièrement les enfants. Mais ça, c’est en dehors d’Haven, bien sûr. Il ne faudrait pas non plus qu’on la surprenne et qu’on la fasse chanter, elle déteste ça : ça l’oblige à engager des assassins.

Description comportementale :
Qualité principale : Mais pourquoi faudrait-il qu’il n’y en ai qu’une ? Saskia a toutes les qualités du monde, enfin !
C’est en tout cas ce que vous diraient sa famille et ses nobles amis. Mais au-delà de son existence hypocrite, où elle doit absolument paraître ce qu’elle n’est pas, Saskia possède au fond un bon cœur, et ça, c’est sa plus belle qualité. Avec son argent de poche, elle a ouvert en secret un orphelinat à la limite de Haven, et elle y va régulièrement, incognito, vérifier que tout est pour le mieux, et pourvoir comme elle peut à ce dont ils ont besoin : un orphelinat n’a pas seulement besoin de fonds, certains enfants ont aussi besoin d’amour, et Saskia ne cesse d’apprendre auprès d’eux.
Défaut principal : Fille de la noblesse oblige, Saskia a toujours été habituée à être servie, et à obtenir tout ce qu’elle voulait. Sans pour autant devoir lever la voix : au contraire, elle possède une voix calme et glaciale dans ces cas là. Elle est incapable de se débrouiller toute seule, et aime par-dessus tout son petit confort.

Don ordinaire : Il semblerait que les boissons alcoolisées ne lui fassent aucun effet, quelle qu’en soit la quantité ingurgitée, sauf le lendemain au réveil… Je vous l’accorde, ce n’est pas un don très ordinaire. Mais Saskia n’est pas très douée de ses dix doigts, elle est en train d’apprendre la couture, et si elle persiste, pourrait être plutôt douée.

Description Historique : Saskia Eméraldia est née dans la noble famille du Baron et de la Baronne DeFeriel. Bien sûr, ce n’était pas un garçon, donc il faudrait travailler à la conception d’un héritier plus tard, mais Saskia était un joli petit brin de fille dès la naissance. Les Barons DeFeriel s’en contentent, elle fait malgré tout la fierté de ses parents. Elle marchera rapidement, et chevauchera tout aussi tôt. Elle est un modèle en tout point de sagesse, et ses précepteurs ne cessent de lui faire des éloges. Très jeune, elle comprend qu’elle peut tout exiger, mais c’est vite lassant d’obtenir tout ce qu’elle désire. Lorsqu’elle a six ans, elle ne comprend pas la réaction horrifiée de ses parents quand elle descend de cheval et qu’elle veut donner sa vieille poupée – acheter trois jours avant – à une petite fille de la rue qui n’en a pas. Cette épreuve lui apprendra la différence fondamentale entre elle, la jeune, riche, jolie, prodige petite Saskia, et le reste du monde. Elle aura des amis, bien sûr, mais de riches courtisans, comme elle. C’est à cet âge-là que Saskia commencera son double jeu. Petite fille modèle face à ses parents, petite peste et chef de bande avec les nobles, « justicière », comme elle aime s’appeler, quand elle décide de donner ses vieux jouets aux enfants des domestiques.

[center:20t98z29]
I'm waiting for another day
I'm waiting for the clock to reach the six and twelve
I'm waiting for a holiday
I'm waiting for myself
I'm waiting for another day
I'm waiting for the clock to reach the six and twelve
I'm waiting for a holiday
I'm waiting for myself

And all I seem to hear is: Stop, Stop
I'm catching up on you
Don't leave me behind
I can't see a soul out here
It's Dark, Dark
I'm catching up on you

And all I wonder is: Why?
Why do i try to start running
What am I running for?
[/center:20t98z29]

Et elle grandira en jouant ce double jeu. Oh bien sûr, elle aime quand même la vie qu’elle mène avec ses nobles amis, elle n’est pas si hypocrite que ça. Mais tout est tellement basé sur l’apparence et le faux qu’elle en fait rapidement une overdose. Elle entrera dans une période de rébellion, mais ça ne choque pas plus que ça ses nobles parents : ils faut dire qu’ils sont très occupés par la nouvelle grossesse de la Baronne. Saskia a 13 ans, et c’est à ce moment que commenceront ses frasques. Elle multipliera les soirées entre amis : au début, ça reste très sage, avec des ballades sur les toits de la ville, et une bouteille volée dans la cave des parents ; ça devient au bout de quelques mois seulement des concours de celui qui sera ivre le premier. Le problème de Saskia, c’est qu’elle a beau boire, l’alcool semble n’avoir aucune envie de la saouler, et une fois de plus, elle a dû apprendre à jouer la jeune fille ivre morte pour continuer à être dans le coup. Ca ne l’empêche pas d’avoir une gueule de bois proportionnelle à l’alcool ingurgité la veille, aussi les gouttières du toit où ils boivent se retrouvent souvent à charrier l’alcool qu’elle ne boit pas. Ca impressionne tout le monde, de la voir boire sans fin et d’être fraîche au réveil…

[center:20t98z29]
Do you remember why we started running?
Do you remember why we're running at all?
If i dared I'd choose to swim
But it's safer on the shore
Do you remember why we started running?
Do you remember why we're running at all?
I would die to get away
But I fear to even more

I'm waiting for another day
The last one was so desperately disappointing
I can't seem to focus on what I've done
Or where I've been
I can't see
Nobody here

And all I seem to hear is: Stop, Stop
I'm catching up on you
Don't leave me behind
I can't see a soul out here
It's Dark, Dark
I'm catching up on you

And all I wonder is: Why?
Why do i try to start running
What am I running for?
[/center:20t98z29]

Elle est âgée de 15 ans lorsqu’elle décide, avec son argent de poche, d’aider un orphelinat : l’air de rien, elle a conscience de la chance qu’elle a eue, et que beaucoup n’ont pas. Sous son second prénom, Eméraldia, elle devient la jeune bienfaitrice d’un orphelinat en dehors de Haven. Elle commencera en achetant une bâtisse dans la capitale, qu’elle fera meubler et aménager entièrement selon les directives de la gérante, qui malgré l’opportunité qui se présente à elle, n’abusera pas des fonds de la jeune fille. Bien entendu, la discrétion légendaire de Saskia lui vaut d’être presque aussitôt reconnue de la directrice de l’orphelinat, mais elle gardera le secret et feindra l’ignorance lorsqu’on lui demande l’identité de leur bienfaiteur. Saskia Eméraldia essaye de venir aussi souvent qu’elle le peut. Elle se découvre une véritable passion pour les enfants, et se révèle même terriblement protectrice. Elle leur apprendra à bien se tenir en haute société, ils lui apprendront la franchise et à se rouler dans l’herbe. Du haut de ses quinze ans, Saskia retombe en enfance, une enfance bien plus heureuse et amusante. Chez elle, noblesse oblige, elle ne fait pas ça avec son petit frère, Alexis. Il est âgé de deux ans, mais est aussi attentif qu’elle pouvait l’être à son âge. Elle lui apprend comment jouer la comédie face aux parents, et la manière calme pour obtenir tout ce qu’il désire – elle a découvert qu’il avait une voix qui pouvait monter très haut dans les aigus, et elle déteste ça. Mais elle lui enseigne ce qu’elle apprend à l’orphelinat, lorsqu’ils sont vraiment seuls tous les deux, sans nounous ou domestiques dans les pattes. Le petit garçon ne comprend pas toujours sa relation avec sa sœur, tantôt très proche et complice, tantôt froide et distante, mais il est à un âge ou il s’en fiche un peu, quand même…

Cavalière émérite, Saskia participe à de nombreux concours, en gagne la plupart… Et un jour, elle apprend que c’est son père qui corrompait les jurés pour la faire gagner. Elle entre dans une rage folle, et va disparaître plusieurs jours de chez elle ; elle ira, bien entendu, à l’orphelinat. Elle se retrouve pour la première fois de sa vie sans domestique pour lui servir son repas, possède une chambre minable selon ses critères, et pire ! Elle n’a que les vêtements qu’elle porte sur le dos, et on lui oblige à les laver si elle veut mettre des habits propres ! On la fait participer à la plonge le premier soir, et ça peut paraître cliché, mais elle cassera une sacrée pile d’assiettes. On lui demande d’attendre dans un coin, pour aller nettoyer les tables une fois les enfants partis. Puis elle devra s’occuper d’enfants, enfin, ce qu’elle voulait ! Saskia apprend la dure réalité des cris, des pleurs, des caprices. Elle y met toute sa volonté, mais ça ne l’empêchera pas de s’enfuir dans sa chambre en plantant une gamine à moitié en pyjama. Voilà que la riche petite fille se retrouve à faire un boulot de domestique !
Tiffany, gérante de l’orphelinat, viendra la trouver ; Saskia est trop fière pour pleurer, même en privé, et pourtant, elle en aurait eu bien besoin. Tiffany la prendra dans ses bras :

- Ah, chère Eméraldia ! Je pensais que vous vouliez voir à quoi ressemblait la vie de gens du commun ! Si j’avais su, je ne vous aurais rien demandé de faire de tout ça.
- Non, Madame, vous aviez raison. J’ai la chance d’être à l’abri de toutes ces corvées, mais je veux vraiment vous aider. Ca me répugne, mais je veux essayer.

[center:20t98z29]
Do you remember why we started running?
Do you remember why we're running at all?
If i dared I'd choose to swim
But it's safer on the shore
Do you remember why we started running?
Do you remember why we're running at all?
I would die to get away
But I fear to even more

I would rather stay here the rest of my life
I would rather stay here the rest of my life
I would rather stay here the rest of my life
Then close my eyes

I would rather stay here the rest of my life
I would rather stay here the rest of my life
I would rather stay here the rest of my life
Then close my eyes and start swimming

Close my eyes and start swimming
Close my eyes and start swimming
[/center:20t98z29]

Elle lui raconte l’histoire des courses de chevaux, et avoue ne plus vouloir que ses parents soient la cause de sa réussite. Elle veut réussir par elle-même.
Et elle réussira. Danae, une jeune fille de quinze ans, va lui apprendre la broderie et la couture. Si Saskia considère la broderie comme une activité de vielles femmes, elle s'enthousiasme pour la couture : reprise de trous, et carrément création de vêtements. Voilà sa nouvelle passion ! Au bout de cinq jours, pourtant, elle quittera l’orphelinat et rentrera chez elle. Elle se fait passer un savon par son père, mais il est malgré tout soulagé de la voir saine et sauve. Des excuses ? Aucunes. Saskia ne s’en offusque pas. Elle commence soit disant à prendre des cours de couture avec sa mère, qui lui voit un véritable don inné ! La jeune fille va commencer à créer ses propres vêtements, et quelques pièces de tenues pour ses amis. Mais il faut avouer que la simplicité de la vie de l’orphelinat lui manque, un tout petit peu du moins ; il ne faut pas exagérer, elle est quand même très heureuse d’avoir retrouvé ses trois matelas, ses couette et oreillers de plumes, et surtout, ses domestiques, même si à présent, elle les snobe un peu moins. Pas trop, il ne faudrait pas qu’ils deviennent fainéants.
(Paroles : Delain "Start Swimming" - Album "April Rain")

Hors-jeu :
Comment avez-vous connu ce forum ? Grâce à Google… Je cherchais d’éventuels concurrents à mon futur forum :p
Avez-vous lu des livres de Mercedes Lackey ? Et si oui, lesquels ? Les dix huit tomes sortis en France chez Pocket, j’ai commencé « take a thief », « valdemar companion » et un recueil de nouvelles en anglais… Mais, comment dire… Je suis pas particulièrement bilingue, en fait ^^ ;; Maintenant, je rachète la collection chez Milady, vivement qu’ils arrivent aux inédits, à commencer par la version non censurée de Vanyel :)
Que désirez vous faire de votre personnage ? Un Héraut, bien sûr ! ^^ Je sais qu’elle en est capable :)[/justify:20t98z29]
« Modifié: 01 janvier 1970, 01:00:00 par Guest »