Auteur Sujet: [Rp d'intro Béryl] Héraut cherche de nouvelles oreilles  (Lu 6819 fois)

Béryl Allirel

  • Persos inactifs ou abandonnés
  • *
  • Messages: 15
    • Voir le profil
Re: [Rp d'intro Béryl] Héraut cherche de nouvelles oreilles
« Réponse #15 le: 20 mars 2014, 13:17:58 »
Elle n'avait pas attendu la réaction de Wylan à dire vrai, même si elle l'avait malgré tout écouté... Et il lui apparut avec une certaine pénibilité que les Hérauts n'étaient peut-être pas exactement ce qu'elle avait imaginé... Elle n'avait toujours vu cet ordre qu'au travers de sa sœur et l'avait sans doute idéalisé...
Finalement, ils n'étaient qu'une variante améliorée d'une caste guerrière si elle se fiait à l'impression que lui donnait Wylan. Et cela la décevait plutôt.

Elle s'abstint de toute réponse même si les idées fusaient dans son esprit rendu malhabile et subjectif par l'émotion.
Heureusement, le trio lui laissa un peu d'espace... Elle sursauta tout de même à la réponse de Kyra à qui elle n'accorda qu'un bref haussement d'épaules. Tel Héraut, tel Compagnon... Ou inversement. Rien de tout à fait étonnant...

Aucun des deux ne semblaient parfaitement mesurer la marge d'imprévu et de danger relatif à leur petit exercice... Tout s'était à peu près bien passé exception faite de la blessure de Kurt, mais si dans sa panique, Merle l'avait piétinée après l'avoir jetée à terre? - La peur de la jument était authentique, et elle doutait que le Compagnon eut réussi à la calmer à temps.-
Si dans sa frappe maladroite elle avait plus grièvement touché son adversaire? Si de véritables bandits avaient frappé avant cette fameuse mise en scène, ou après avoir mis Kurt et Will hors d'état de nuire? Les Hérauts n'étaient pas invulnérables, elle ne le savait que trop bien. Wylan ou Kyra pouvaient être blessés ou tués.
Ces cas de figure existaient, et n'étaient pas improbables. Aux yeux de la Ménestrelle, le fait que le test se soit passé sans incident majeur relevait en partie de la chance.
Et elle ne s'en remettait pas à la chance. Le hasard ne l'aimait pas, et réciproquement.

Prendre soin de Merle eut le mérite de l'apaiser un peu. Pas suffisamment pour qu'elle daigne desceller les lèvres durant le voyage jusqu'au Relais, mais assez pour qu'elle parvienne en partie à se détendre. Le chat qui dormait dans ses fontes avant l'incident avait prit la fuite lorsque la jument s'était cabrée, et revint timidement alors que Béryl brossait sa monture. La jeune femme le flatta de quelques caresses avant de lui ouvrir la charge de selle où il bondit souplement.

Will vint à sa rencontre un instant pour estimer son humeur et la prévenir du départ, posant une main sur son épaule. La réaction de la jeune femme fut brusque et elle se déroba vivement comme si ce contact l'avait brûlée. Un instant, elle fixa le soldat comme si s'attendait à voir quelqu'un d'autre, une expression indéchiffrable dans le regard, émaillé d'une peur manifeste. Son expression d'animal aux abois ne dura que quelques secondes et la Ménestrelle reprit son masque d'impassibilité, acquiesçant au signal du départ.
La musicienne grimpa en selle sans un bruit et suivit les trois hommes à petite distance. Il était encore un peu tôt pour qu'elle accepte de se frotter à eux.
Craignant que Wylan ou son Compagnon ne prenne l'idée de jauger son esprit, elle se borna à imaginer un mur de toute ses pensées. Une "technique" qu'elle avait développé lorsqu'elle voulait cacher quelque chose à sa sœur, même si cette dernière n'était pas toujours prompte à la sonder.
Pour l'heure, elle souhaitait simplement rester seule avec elle-même.


[center:22gp6ck0]***[/center:22gp6ck0]

Sa mauvaise humeur revint à l'arrivée au Relais, qui lui promettait une certaine promiscuité avec au moins une personne qu'elle aurait préféré éviter pour le moment... Cependant, fidèle à son habitude, elle s'en tint au silence. Cela pouvait sembler étonnant de voir une musicienne itinérante aussi repliée sur elle-même dans la mesure où ce métier laissait plutôt entrevoir des personnalités volubiles, mais Béryl avait l'air de se plaire à jouer sur les paradoxes... Et les événements précédents ne prêtaient pas réellement aux discussions insouciantes.

Elle ôta la selle et le paquetage de Merle et la pansa avant de rejoindre l'abri. Une partie d'elle aurait volontiers trouvé d'autres corvées à faire pour retarder le moment d'y entrer. Mais ce genre de fuite ne menait nulle part et elle soupira profondément avant de s'installer dans un coin du Relais.
Elle était occupée à masser son poignet blessé avec un onguent contre la douleur lorsque Wylan revint.
Elle n'y couperait pas, et se résigna à cette discussion, sans grand plaisir.

La jeune femme n'afficha pas de réaction, visible ou plus subtile aux compliments de son guide. Elle ne se sentait absolument pas fière d'elle-même. Lorsqu'il aborda la force de Kurt, elle secoua la tête.

- Si je n'avais aucun remord après avoir blessé un homme qui ne me voulait pas de mal, si je n'avais pas cette limite, ce ne serait pas une formation d'espionne que j'aurais pu rechercher auprès d'un Héraut, mais plutôt les subtilités d'une vie de criminelle auprès de l'un d'entre eux... Quelque part, envisageriez-vous de former une personne sans éthique, sans principes, sans valeurs morales? Ma réaction ne devrait pas vous surprendre...


Manifestement, la conversation allait durer un peu et le Héraut l'invita à s'installer, ce qu'elle fit sans manières. Silencieuse, elle l'écoutait les bras reposant dans son giron.
Ne pas se fier aux apparences... Certes, mais dans cette mesure, était-il si improbable que deux hommes apparemment seuls, ou apparemment des adversaires faciles eurent pu attaquer un Héraut? Une logique qui dans l'esprit de la Ménestrelle, se retournait contre Wylan. Elle garda cette idée pour elle et joua l'humilité, même si à cet instant cela lui coûtait un peu. La journée avait été pénible et de se voir traiter comme une jouvencelle de quinze ans n'allait pas tout à fait pour améliorer son humeur. Béryl n'était pas de ces nobles qui prenaient leurs congénères moins bien nés de haut, eut égard à leurs rangs. Même avant d'avoir renoncé à sa place en quittant sa Maison. Mais il lui semblait que cela ne représentait pas une raison pour qu'on la traite comme une enfant inconséquente et naïve qui n'avait jamais rien connu d'autre qu'une vie douillette et protégée. Si cela avait été vrai à une époque, ce ne l'était plus depuis plusieurs années.
Dans son cas également, il était avisé de ne pas se fier aux apparences... Béryl était du reste douée pour jouer sur son innocence présumée, souvent prise à tort pour une oiselle naïve. Elle avait parfois travaillé cette image pour se faire passer pour une jeune fille simple et parfaitement négligeable, ce qui avait parfois abouti sur des situations intéressantes...
Après un court silence, elle lui répondit

- Le danger pouvait se présenter sur les deux chemins. Il aurait pu être n'importe où, hors de votre maîtrise. Vous l'avez dit vous-même, il n'est pas bon de se fier aux apparences, et un chemin lugubre n'est pas toujours celui où la menace se tapit. Mais j'entends ce que vous dites. Concernant ce que vous m'avez dit sur la confiance, j'en reste à penser qu'elle doit être réciproque: l'on ne peut pas tout apprendre d'une personne dont on se méfie, cela remettrait en question chaque élément de son enseignement.


Sa voix était un peu lasse mais ne trahissait pas de ressentiment, juste un mélange curieux de tristesse et de fatigue.

- Je n'accorde pas facilement ma confiance, et pour être tout à fait honnête, j'avoue ne pas savoir ce qu'il convient de faire à votre sujet. Toutefois oui, je veux apprendre, ma résolution n'a pas changé.

Ce qui avait changé en revanche, c'était sa capacité à apprendre sans remise en question ce que cet homme voudrait lui enseigner. Béryl était le genre de personne que l'on ne piège qu'une seule fois. Du moins était-elle devenue ainsi depuis qu'elle menait sa vie d'errance.
Une petite part d'elle lui soufflait que, quelque soit la longueur ou la teneur du discours, ils auraient toujours un peu de mal à se comprendre. Sur ce point, elle n'en voulait pas à Wylan, il n'avait pas tous les éléments pour ce faire. Et c'était heureux. Elle lui en aurait voulu d'aller fouiller dans son passé.
Et de son côté, elle ne le connaissait pas assez pour s'y fier, particulièrement après la mise en scène qu'il avait orchestré.

Leurs avis divergeaient parce que leurs raisonnements ne prenaient pas les mêmes bases. Cela ne signifiait pas que leurs points de vue étaient obligatoirement incompatibles, mais la musicienne commençait à renoncer se faire comprendre et le comprendre sur tous les plans.
Tant que leurs divergences ne les opposaient pas systématiquement, elle était prête aux concessions.
Pour sa part, elle préféra laisser là leur discussion lorsque le guérisseur s'enquit des soins à distribuer. Sans un bruit, elle se leva, et vint lui présenter son poignet.

- C'est peu de choses, une mauvaise chute... Mais j'ai besoin de cette main pour jouer de la musique.


En vérité, la jeune femme minimisait un peu les faits, mélange de fierté et de volonté de ne pas perdre encore plus la face devant le petit groupe. Elle se sentait suffisamment humiliée ainsi... La blessure, passé le choc la gênait de plus en plus, freinant ses mouvements et les rendant pénibles. Mais pour la douleur comme pour la colère, la jeune femme s'appliquait à ne rien laisser paraître.
« Modifié: 01 janvier 1970, 01:00:00 par Guest »

Héraut Wylan

  • Hérauts
  • Héraut aux mille visages
  • Messages: 461
    • Voir le profil
  • Fiche: Masque et reflets...
  • Compagnon ou Familier: Kyra
  • Âge: 41 ans
  • Langues: Valdemaran, Rethwellan
Re: [Rp d'intro Béryl] Héraut cherche de nouvelles oreilles
« Réponse #16 le: 20 mars 2014, 16:14:30 »
Il ne releva pas le commentaire sur la hauteur morale que ses recrues devaient avoir. Il n’avait rien contre les remords… tant qu’ils ne duraient pas. S’en vouloir n’avait de sens que si cela poussait à tout faire pour réparer ses torts. Certes, il comprenait que la jeune fille s’en veuille… Mais son manque de recul l’exaspérait un peu. Au moment où elle avait blessé Kurt, celui-ci lui voulait effectivement du mal, même si ce n’était que la faire tomber sur les fesses. Si cela s’était passé dans le cadre d’un entraînement normal, la jeune fille aurait-elle éprouvé tant de remords? Probablement pas.

Wylan était totalement convaincu d’être dans son bon droit. Ce n’était pas la première fois qu’il faisait passer ce genre d’épreuves, et il n’avait jamais rencontré le moindre problème. De plus, il savait qu’il était indispensable de mettre à l’épreuve les gens. Aucun entraînement ne pourrait jamais reproduire la peur et la tension d’une vraie attaque. Tous les maîtres d’armes le disaient, un vrai combat ne ressemblait en rien à ce que l’on apprenait à l’entraînement. Lui-même en avait faire l’expérience. Il aurait apprécié d’avoir le droit à un « coup d’essai » lui aussi. Son mentor aussi, sans doute, pour savoir quelle lacune combler dans l’éducation de son pupille.

Béryl prenait vraiment mal d’avoir été trompée. Si elle était incapable de s’en remettre, alors elle n’intéressait plus Wylan. Il l’avait fait pour de bonnes raisons. Il se savait dans son bon droit, Kyra le soutenait pleinement. Or malgré sa vision de l’honneur particulière, Kyra était un Compagnon, et par là tenue de garder son Élu dans le droit chemin.

Sa fierté ne supportait sans doute pas que l’on ait osé la mettre à l’épreuve. Ne savait-elle donc pas que Elspeth, fille de la reine Seleney, subissait régulièrement des attaques surprises dans le but de l’entraîner? Elle n’avait pas de moyen de savoir s’il s’agissait d’une vraie tentative ou d’une mascarade. Et c’était un Héraut formé et confirmé, pas une ménestrelle. Elspeth aurait peut-être pu s’offusquer. Béryl n’avait en revanche aucune raison.

Wylan resta donc silencieux. Il était inutile continuer à discuter pour le moment, Béryl était trop énervée. Wylan savait que sa vie n’avait pas été facile, sans pour autant en connaître les détails. Il avait donc pensé qu’elle devait savoir faire preuve de pragmatisme, comme toute personne un peu malmenée par la vie. Mais visiblement, cela l’avait au contraire rendue plus attachée encore à des idéaux absurdes, et maintenant elle ne pouvait imaginer que la tromperie puisse se justifier.

A la question du Guérisseur, la jeune fille se leva. Il fut surpris d’apprendre qu’elle s’était blessée. Il avait certes remarqué sa raideur, mais l’avait mise sur le compte de la colère et de la fatigue. Autant pour lui.

Le Guérisseur s’approcha de la jeune fille et ausculta rapidement son poignet. Il hocha la tête et la Soigna rapidement avant de s’occuper de Kurt.

Wylan décida de s’occuper de préparer à manger. Il fouilla dans les réserves et dénicha de la viande séchée et de l’orge séché. Il alluma le fourneau et mit la potée d’orge à cuire. Puis il revint s’assoir à la table. Il sortit sa dague du fourreau et entreprit de l’aiguiser.

: Avoue qu’elle a raison de t’en vouloir .:

: Sans doute, mais pas comme ça. Elle croit vraiment que les bons sentiments et la supériorité morale permettent de protéger un pays? Qu’on ne peut pas faire confiance à quelqu’un de retors? Comme si les gens apparemment honnêtes étaient les plus fiables! Et quoi, si sa soeur lui mentait une fois, jamais plus elle ne pourrait lui faire confiance? Pourtant, Elea lui a menti, vu qu’elle savait très bien ce que j’avais prévu de faire! Elle, elle avait parfaitement compris pourquoi je devais faire ça.:

: Tu lui as dit, à la gamine, que sa sœur avait donné son accord? Enfin, son accord… qu’elle ne s’y était pas opposé ? :

: Non, j’estimais que c’était quelque chose entre Elea et moi. :

: … :

Kyra avait peut-être raison… mais cela lui semblait un peu lâche. Il soupira et regarda Béryl.

« Votre sœur était au courant de ce que j’avais prévu… »
« Modifié: 01 janvier 1970, 01:00:00 par Guest »

Béryl Allirel

  • Persos inactifs ou abandonnés
  • *
  • Messages: 15
    • Voir le profil
Re: [Rp d'intro Béryl] Héraut cherche de nouvelles oreilles
« Réponse #17 le: 21 mars 2014, 08:44:07 »
C'était essentiellement la peur qui avait guidé le plus gros de ses réactions et son humeur tendue jusqu'au Relais. La peur était le pire ennemi de Béryl, car elle savait d'expérience ce qu'y céder signifiait et où cela pouvait mener. Il était donc primordial pour elle de tenir bon face à l'angoisse, et de la surmonter.
Même si cela ne la rendait ni très objective, ni très agréable. Elle n'avait pas assez d'orgueil pour se sentir réellement insultée par la manigance, mais la situation réveillait en elle des échos douloureux qu'elle s'efforçait d'oublier. C'était loin. Une autre vie.

Prenant le temps d'y songer, elle comprenait un peu la démarche de Wylan. Elle ne la validait pas réellement, trop différente de ses propres principes, mais l'idée ne lui semblait plus si déraisonnable. Au moins pouvait-elle imaginer ce qui l'avait motivée.
Pourtant, elle s'interrogea longuement fixant les flammes sur ce que signifiait valider ce genre de méthodes... Elle était un être doux pour qui le combat se cantonnait pour l'essentiel à sa défense, ou à celle de ses pairs. Mais à ce sujet, elle savait n'être pas assez forte pour assumer tout à fait cette charge...
Pour autant, devait-elle devenir quelqu'un d'autre? Cela posait de nombreuses questions qui lui apparaissaient à mesure que la peur de la récente mise à l'épreuve s'estompait.
Elle savait où elle voulait aller, ce qu'elle voulait faire. Restait à déterminer les moyens d'y arriver.

Elle s'était apaisée peu à peu, répondant à Wylan d'un ton progressivement plus calme. Et le fait était qu'elle retrouvait une certaine vivacité d'analyse.
Tout était bon à apprendre et elle devrait courber la tête le temps nécessaire à cette fin, y comprit si cela signifiait ne se fier qu'à elle-même et sacrifier ses principes le temps de sa formation. Ce qui importait était surtout le résultat. Elle serait libre d'agir à sa guise une fois arrivée à ses fins.
Cela valait la peine d'y réfléchir.

La musicienne n'appréciait certes pas les méthodes de Wylan, mais elle était assez lucide pour savoir qu'on ne lui servirait pas une autre opportunité de ce genre sur un plateau une seconde fois. Elle en vint même à soupçonner que sa sœur ait manigancé pour lui permettre de recevoir cette éducation-là. Cette idée l'ennuyait, moins par fierté qu'au contraire par manque d'estime pour elle-même. Il aurait été illusoire d'imaginer qu'on eut pu la remarquer pour ses mérites vu la manière inexistante dont elle s'illustrait...

Elle réprima un soupir et tisonna le feu en silence. Oui, le plus raisonnable était d'accepter sans discuter les choix de Wylan. Après tout, c'était un Héraut. Fort différent de sa sœur certes, mais s'il avait été Élu, c'est qu'il y avait une raison. Ce point-là était ce qu'elle avait de plus rassurant à se mettre sous la dent.
Dans un contexte plus classique, elle avait tendance à chanter aux haltes, mais ce soir le cœur et l'esprit n'y étaient pas. Trop d'idées se bousculaient dans sa tête à lui en donner presque le vertige.

Lorsqu'elle se présenta au Guérisseur, le fil de ses pensées dévia. Peut-être était-ce le fait des soins, mais elle se détendit un peu plus et sembla plus calme.
Que n'aurait-elle donné pour guérir de la peur. Quelle ironie de moins redouter de mourir que de vivre... Mais comment l'expliquer à d'autres? Les soins la berçait, repoussant ses angoisses au loin pour ramener une clarté absolue dans sa réflexion.

C'était pour cela, entre autre chose qu'elle avait décidé de prendre des risques, à cause de la peur. Certes, il était question de protéger et de soutenir Elea. Mais aussi de vaincre cette terreur qui la rendait si faible.
Elle en était capable, du moins s'en persuadait-elle en cet instant. Ne plus trembler signifiait devenir plus forte. En devenant plus forte, elle aurait une prise, même minime sur le cours des événements. Même si cela ne représentait qu'un grain de sable dans le désert, au moins cette idée avait du sens.
C'était toujours mieux que subir passivement une situation oppressante contre laquelle d'autres prenaient des risques.

Béryl remercia le guérisseur et s'effaça sitôt les soins terminés, peu fière d'avoir prit le tour de Kurt -même de manière fortuite. La musicienne revint s'asseoir non loin de Wylan mais n'ouvrit pas la bouche, gardant un œil sur la potée qui mijotait et qu'elle retournait de temps à autre à l'aide d'une cuiller récupérée dans son paquetage. Maedren s'étira et vint se frotter à sa jambe.

Les propos de Wylan la firent sursauter. Brièvement, la Ménestrelle se figea, silencieuse, le regard rivé vers les flammes. Quelques secondes s'égrenèrent avant qu'elle ne relève la tête vers lui avec une expression étrange.

"Ah oui?"

L'interrogation sonnait sincère, mais la jeune femme ne poussa pas son commentaire plus loin. La révélation lui avait fait un choc qu'elle n'avait pas retranscrit à l'oral et qu'elle gardait pour elle.
Elle ignorait si elle devait y croire. Elea aurait su ce que Wylan préparait et n'en aurait rien dit?
Cela ne ressemblait pas au style trop protecteur de sa sœur et elle ignorait jusqu'à quel point elle pouvait prêter crédit à Wylan. Cependant, cela lui semblait possible, d'autant qu'elle ignorait comment son vis à vis avait présenté la chose à son aînée. Par ailleurs, ce n'était pas à Elea de s'y opposer, car après tout, les deux sœurs si elles étaient proches essayaient de ne pas empiéter sur la vie l'une de l'autre... Et elle pouvait estimer que si Elea était au courant sans lui en avoir rien dit, cela signifiait qu'elle n'estimait pas la situation particulièrement dangereuse, connaissant sa tendance protectrice...
Sa confiance en Elea supporterait encore cette frasque si toutefois elle était vraie, car elle savait ce qui guidait sa sœur, et savait sur quoi fonder sa foi en elle. Elles avaient eue toute une vie pour apprendre à se connaître après tout...

Mais la jeune femme avait surtout prit une décision qui concluait ses réflexions: ne sachant à quoi s'en tenir avec Wylan, elle n'irait pas au conflit et suivrait son sens. Le temps nécessaire tout du moins pour apprendre ce qui lui serait utile à remplir son objectif, seul ce but importait. Ses intentions n'étaient pas moins louables que précédemment, mais à présent, elle les gardait pour elle, en tout cas tant qu'elle ne saurait pas qui elle avait face à elle.

Elle joua légèrement avec la cuiller et finit par fixer Wylan. Plutôt calmement par ailleurs.

- Je suis désolée pour ma réaction précédente. Tout cela est nouveau pour moi... Et je dois bien l'admettre, j'étais terrifiée. Mais je veux apprendre. Je le souhaite vraiment.

La "vraie" Béryl avait retrouvé son équilibre réfléchi et elle le fixait en quête de réponses. Ces affirmations étaient sincères, même si elle avait profondément enfoui tous ses doutes et toutes ses contestations sans les avoir totalement effacés. Quelque part, la jeune femme n'appréciait pas beaucoup son professeur, mais avait fini par conclure que ce détail était accessoire. Sur l'intégralité des professeurs qui l'avaient éduqué, elle n'avait pas eu la même affection pour tous, et ce détail avait toujours été subsidiaire, d'autant que la jeune femme était une élève assidue la plupart du temps.
Ce n'était guère différent: ce n'était qu'un professeur de plus... Mais celui-là lui promettait bien des surprises à son avis.
Sur ce point, Béryl avait des chances de ne pas être en reste...
« Modifié: 01 janvier 1970, 01:00:00 par Guest »

Héraut Wylan

  • Hérauts
  • Héraut aux mille visages
  • Messages: 461
    • Voir le profil
  • Fiche: Masque et reflets...
  • Compagnon ou Familier: Kyra
  • Âge: 41 ans
  • Langues: Valdemaran, Rethwellan
Re: [Rp d'intro Béryl] Héraut cherche de nouvelles oreilles
« Réponse #18 le: 22 mars 2014, 20:32:08 »
Wylan ne répondit pas.  Il avait dit ce qu’il avait à dire. Son affirmation se suffisait à elle-même. Il sentit l'approbation de Kyra. Après tout, il s'était rangé à son opinion.

: Au moins, elle, elle ne t'a pas attaquée. :

:Non... mais ce n'est pas une guerrière, elle. Contrairement à Ben. Qu'importe son niveau de maîtrise d'armes, elle n'a ni le goût, ni les instincts d'un vrai combattant. Et ce n'est pas ce qu'on lui demande. Elle apprendra l'auto-défense à haut niveau, pas le combat à proprement parler. Elle apprendra à vendre chèrement sa peau. Enfin, si cela l'intéresse toujours. :

: A ta place, je ne m'inquiéterais pas pour cela... :

Wylan haussa les épaules, sachant pertinemment que Kyra ne pouvait pas le voir. Il repensa au fameux Ben, qui après avoir appris que l'embuscade était simulée, s'était jeté sur Wylan pour le défier en combat singulier. Le Héraut lui avait rapidement botté le derrière, lui enseignant d'un seul coup l'humilité et le fait qu'il ne fallait jamais attaquer un Héraut sans être prêt à y laisser sa peau.

Il laissa Béryl surveiller la cuisson du souper, vu que cela semblait l’occuper sainement. Lui-même avait des tas de choses à faire, comme discuter avec le Guérisseur qui était en train de soigner Kurt, charger Will d’aller couper du bois pour remplir le stock du Relais, préparer les couchages pour la nuit. Son efficacité était le fruit d'une longue expérience accumulée lors de ses très nombreuses missions effectuées pour la plupart loin du confort des Relais. Il en profita même pour aller se rincer le visage et le torse à la pompe située derrière le Relais, malgré la neige et le froid glacial qui s'était installé. Wylan n'était ni douillet, ni frileux.

Finalement, les cheveux mi-dégoulinant mi-gelés, il revint vers le coin repas et entreprit de mettre la table. Puis il sentit le regard de Béryl sur la nuque et leva la tête.

« C’est normal d’être terrifiée. Ça n’a rien de honteux. Il ne faut simplement pas la laisser vous paralyser ou obscurcir votre jugement. Et vous n’avez pas à vous excuser… je n’aime pas les excuses, c’est comme une couverture que l’on jette sur les désaccords. Je préfère les saines engueulades. Comme ça tout est clair, pour tout le monde. »

Un sourire naquit au coin de ses lèvres.

« Maintenant, reste à savoir ce que vous désirez apprendre… et sachez que je tutoie toujours mes "élèves". J’espère que cela ne vous dérange pas. »

Wylan ne se moquait pas d’elle, pas vraiment. Il se demandait sincèrement quelles étaient les attentes de la jeune femme. Ce qu'elle estimait savoir et ce qu'elle pensait devoir apprendre. Et quel rôle se voyait-elle endosser. Il craignait de devoir lui ôter de la tête la vision romantique qu'elle avait peut-être de métier...  comme la vision naïve qu'elle avait des Hérauts.
« Modifié: 01 janvier 1970, 01:00:00 par Guest »

Béryl Allirel

  • Persos inactifs ou abandonnés
  • *
  • Messages: 15
    • Voir le profil
Re: [Rp d'intro Béryl] Héraut cherche de nouvelles oreilles
« Réponse #19 le: 26 mars 2014, 20:03:02 »
Lorsque Wylan sortit pour gérer quelques affaires dehors, elle laissa malgré elle échapper un bref soupir. Un homme étrange... Mais qui ne devait pas en penser moins à son égard. Elle espérait que tel soit le cas, tant qu'il supposerait, elle pourrait le tenir à l'écart de son histoire.
Elle ne comptait pas le laisser approcher plus que nécessaire.

Le repas mijotant tranquillement, elle installa ses affaires pour la nuit, rangeant son bagage dans un coin et déposant sa couverture un peu à l'écart des trois hommes présent. Cela serait du reste sans doutes mit au registre des convenances. Sa tâche terminée, elle en revint à la surveillance du repas, accordant quelques regards occasionnels à Kurt et au guérisseur qui échangeaient de temps en temps quelque mots. Béryl de son côté restait silencieuse, ne faisant même que peu de bruit dans ses déplacements. Contrairement à de nombreux artistes, elle ne portait rien de cliquant et encore moins de sonore sur elle, seul le tissu de ses vêtements bruissait discrètement, mais nul cliquetis de bijoux, nul claquement de semelles dures. Elle aurait fait un bon assassin, ayant par ailleurs le geste sûr, si sa conscience un peu trop développée n'y mettait pas un sérieux frein.
Dans d'autres conditions, elle se serait mise à chanter, elle aurait sorti sa lyre et aurait joué quelque chose, mais ce soir-là, ses idées étaient tournées sur autre chose que sur son art.

Le Héraut revint, et elle accueillit son retour d'un hochement de tête machinal. L'entendre reprendre la parole ne la surprit pas. Le contenu de ses propos en revanche sembla l'étonner un peu plus, plus spécifiquement, le commentaire sur les excuses. A l'évidence, elle n'avait jamais envisagé les choses de cette manière, mais se contenta de hausser les épaules pour toute réponse?. Soit, il n'aimait pas les excuses. Après tout, elle n'aimait pas devoir livrer des confidences, chacun ses goûts...
Revenant à la première partie de la tirade, elle hochaQuant aux Européennes, si le FN était cohérent, il ne s'y présenterait même pas, étant contre l'Europe. Sans aller dire que "tout va bien", les choses ne sont pas si affolantes que les médias se complaisent à le dire. la tête.

- Oui, je ne dois pas me laisser distraire par la peur. Cela fait parti des choses que j'aimerais apprendre.

Justement, il donnait l'impression de vouloir connaître ses ambitions. Un léger sourire vint ourler les lèvres de la jeune rousse.

- J'aimerais apprendre à garder mon sang froid, entre autre chose, mais essentiellement à pouvoir faire un bon espion. Me fondre dans la masse, entendre et voir sans attirer l'attention, déjouer les faux-semblants...


Une réponse honnête, accompagnée d'un regard franc. Certes, Béryl n'avait été formée que superficiellement aux Collegia, puis par ses précepteurs. Toutefois, rien dans ses requêtes n'allaient à l'encontre de ses capacités: la discrétion avait l'air d'être chez elle quelque chose de familier, et même s'il lui restait beaucoup à apprendre, elle avait l'esprit vif. Vint une partie qui lui plaisait moins mais qu'elle estimait nécessaire.

- J'aimerais également apprendre à me battre correctement... Si vous estimez la tâche possible. Quant au tutoiement, cela ne me pose pas de problème... si tu préfères.

Le changement de personne ne lui était en réalité pas très familier, et elle ignorait si le fait que Wylan la tutoie impliquait une réciproque ou non, mais elle s'y essayait afin de marquer sa bonne volonté.
Son esprit en revint à l'idée d'une formation martiale et elle fixa le couteau rangé dans sa botte. Non qu'elle eut visé l'excellence, car elle doutait dépasser la moyenne dans l'exercice des armes, même avec beaucoup de travail et d'efforts. Mais savoir défendre correctement sa vie était aussi important que tout le reste. Elle avait beaucoup vécu d'esquives ces dernières années, et savait que la fuite ne la sauverait pas toujours. Il était indispensable qu'elle puisse se protéger un minimum.
De toutes les armes que le Collegium des Hérauts lui avait présenté, les lames courtes avaient sa préférence. Béryl n'était ni très forte ni très grande et n'avait pas l'aisance idéale pour une lame dépassant la dague. Cependant, elle était rapide et jouissait d'excellents réflexes, et le poignet souple d'une musicienne. Sa faveur -comme celle des professeurs à son égard- s'était donc tout naturellement tournée vers des lames légères.
Son regard revint vers Wylan, empreint de calme autant que de curiosité. A l'évidence, elle étudiait sa réaction. Allait-il accepter? Contester? Estimer que finalement, elle ne faisait pas son affaire?

Un fait était sûr à l'esprit de la Ménestrelle: même si le Héraut lui tournait le dos, quelle qu'en soit la raison, elle irait jusqu'au bout, même si cela impliquait de devoir terminer sa formation seule, ou loin de chez elle. Béryl Allirel, jeune Ménestrelle pleine de paradoxes, plus effrayée à l'idée de vivre que de mourir avait au moins une certitude dans l'existence: elle savait ce pourquoi elle voulait se battre.
Cela eut pu sembler déraisonnable ou fou, hors de sa portée, mais seul comptait pour elle d'y arriver. Quitte à essuyer plusieurs échecs avant d'enregistrer une réussite...
« Modifié: 01 janvier 1970, 01:00:00 par Guest »

Héraut Wylan

  • Hérauts
  • Héraut aux mille visages
  • Messages: 461
    • Voir le profil
  • Fiche: Masque et reflets...
  • Compagnon ou Familier: Kyra
  • Âge: 41 ans
  • Langues: Valdemaran, Rethwellan
Re: [Rp d'intro Béryl] Héraut cherche de nouvelles oreilles
« Réponse #20 le: 27 mars 2014, 16:45:38 »
« Se fondre dans la masse ne te sera pas trop difficile je pense. C’est pour cela que je préfère les ménestrels. Les bardes attirent naturellement l’attention, et ils ont une peine folle à rester en retrait. Déformation professionnelle, je pense. On les pousse tellement à toujours se mettre en avant, que cela devient une seconde nature chez eux. »

Il sourit.

« Mais passer inaperçu, ne pas attirer l’attention, n’est pas toujours le meilleur moyen d’obtenir les informations. En ayant l’air d’être à ta place, en apprenant à t’intégrer à n’importe quel groupe, tu apprendras bien plus de choses. Quelqu’un qui reste en retrait attire la méfiance. Quant à déjouer les faux-semblant…Cela demande de nombreuses compétences. »

Cela demandait surtout de se méfier de tout et de tout le monde. Certes, apprendre le langage corporel, mais aussi les tics verbaux, était très utile. Il fallait aussi être pleinement conscient de son environnement, tout voir, tout entendre… et cela ne s’apprenait pas forcément.

« Apprendre à te battre te sera moins utile qu’apprendre à te défendre correctement. D’autant qu’en tant que musicienne, tu dois avant tout préserver tes mains. Or une trop grande pratique des armes raidit des doigts, sans compter les risques de blessures. Avoir les bons réflexes, savoir désamorcer les conflits, apprendre à trouver un endroit sûr, à fuir, et en dernier recours être capable de repousser un assaillant est plus utile, à mon sens. De l’auto-défense améliorée, dirons-nous. »

Wylan n’était pas favorable à l’apprentissage systématique des techniques de combats, pour une raison toute simple: quand on ne sait pas comment tuer, on ne pense pas à le faire. Il était déjà tellement facile de blesser gravement quelqu’un sans le vouloir, en se défendant simplement. Dès que l’on apprenait à viser les points vitaux, on finissait par préférer couper court aux combats. Apprendre à blesser, sans jamais tuer, était bien plus compliqué, et demandait une maîtrise encore plus grande des armes. C’était en tout cas l’avis de Wylan. Par contre, il était pour que chacun apprenne à se défendre avec ce qui l’entourait: un livre, une poêle, une chope, un couteau tueur de lapins…

« Bon… je pense qu’il est temps de manger, n’est-ce pas? Nous reprendrons cette conversation demain, je pense… »

Il se tourna vers les deux soldats. Kurt discutait maintenant avec le Guérisseur.

« Kurt, Will, on mange. Kurt, tu peux dire à ton petit camarade le Guérisseur qu’il peut rester pour manger, s’il le souhaite » lança-t-il d’une voix qui aurait pu appartenir à une vieille commère de village.  « N’oubliez pas de vous laver les mains, surtout! »

Il fit un clin d’œil à Béryl alors qu’il venait chercher la casserole pour la poser sur la table. Il servit cinq généreuses portions et s’installa.

« Bon appétit! »

[Poste encore une fois. Le reste de la soirée se déroule sans anicroche, mais Wylan refuse de discuter plus avant sur le sujet de ta formation. Le lendemain, vous reprenez tous les deux la route. Il t’explique que comme il n’est pas très souvent à Haven, tu auras des cours avec différentes personnes, et avec lui quand il est là. L’assistant du maître d’armes du Collegium t’apprendra l’auto-défense. Sinon tu auras des cours de déguisements et de théâtre avec une troupe d’acteurs qui vivent dans une auberge « Les deux masques ». C’est aussi là que dans un premier temps tu pourras vivre à Haven, en attendant que ta soeur reviennent (2e dizaine de printemps) et que vous décidiez ensemble de ce que vous faites.]
« Modifié: 01 janvier 1970, 01:00:00 par Guest »

Béryl Allirel

  • Persos inactifs ou abandonnés
  • *
  • Messages: 15
    • Voir le profil
Re: [Rp d'intro Béryl] Héraut cherche de nouvelles oreilles
« Réponse #21 le: 14 avril 2014, 17:50:46 »
[spoiler:1igewxmt]Désolée pour l'attente, très grosse période de boulot...[/spoiler:1igewxmt]

Un apaisement particulier avait fini par gagner la jeune femme, cette sensation que l'on ressent lorsque l'on a prit une résolution qui s'impose à vous comme une évidence. Celle de suivre son chemin. Et la sérénité lui était revenue lorsque le Héraut Wylan renforça cette sensation en lui donnant un aperçu de sa future formation.
Pendant des années, elle avait cherché sa place, avait fui une vie dorée mais limitée pour autre chose, pour l'amour de la musique. Mais rattrapée par des réalités dont sa vie de noble l'avait tenue éloignée, elle voulait devenir plus qu'une musicienne itinérante. Cela avait peu à voir avec le talent, c'était une question d'utilité. Elle avait suivi la voie du Ménestrel pour elle-même, pour satisfaire son amour pour la musique et vivre de ce qu'elle aimait. Mais cet objectif atteint, une part d'elle se sentait... incomplète. Renfermée sur elle-même.
Inutile.

La musique n'offrait qu'un bienfait plutôt faible au regard des menaces qui croissaient tout autour, qui pesaient sur les siens, sur son pays natal. Sur sa famille.
A présent, elle avait l'occasion de devenir un atout pour les siens, et de faire les premiers pas dans ce sens.
Silencieuse, elle écoutait Wylan, notant ses propos. Il avait raison, le repli n'était pas toujours une bonne chose. Cependant, pour ce qui était d'aiguiser ses perceptions pour déjouer la tromperie elle songea qu'elle serait capable d'y arriver. Ce qui l'avait desservie à plusieurs reprises, c'était sa candeur, elle en était consciente. Mais sa tendance à la discrétion se doublait d'une bonne faculté d'observation et d'analyse. En quelques occasions, cela lui avait déjà été plutôt utile. Aussi se contenta t-elle d'un hochement de tête accompagné d'un sourire.
Une manière de dire "je ferai de mon mieux."

Le passage sur le combat sembla la soulager un peu, car il ne lui avait pas semblé absurde qu'au contraire son mentor ne la pousse à apprendre plus qu'elle ne l'aurait souhaité l'usage des armes. Béryl n'était pas née combattante, trop pacifique dans l'âme pour être portée sur l'art du combat. Aussi, la défense était-elle un programme qui lui convenait tout à fait. Un nouveau sourire accompagna la réponse de Wylan, et à son tour, elle prit la parole.

- L'auto-défense améliorée sera parfaite je pense.

L'annonce du repas sonna la fin de la discussion et la jeune fille vint s'installer face à Kurt et Will. Quoique moins nerveuse, elle ne fut guère plus bavarde au cours de la soirée.
Le repas se déroula dans une bonne atmosphère et Béryl présenta l'image d'une jeune personne plutôt agréable. Le reste de la soirée s'étira sans élément notable.
Le sommeil tarda à venir l'emporter et elle songea en silence à tout ce qui l'attendait. Un léger frisson d'excitation lui parcourut l'échine: elle allait pouvoir prendre part aux événements...

[center:1igewxmt]***[/center:1igewxmt]

Le voyage lui semblait prendre un visage tout à fait différent à présent qu'elle savait vers quoi elle chevauchait. Chaque foulée de Merle la rapprochait d'une nouvelle vie. Wylan lui expliqua au fil du voyage en quoi consisterait sa formation. Béryl mit également la période de leur périple à profit pour en apprendre le plus possible.
Le retour sur Haven sonna le début d'une existence rythmée par l'entraînement aux différentes arcanes qui lui seraient nécessaires pour devenir une espionne efficace. Si elle ne goûtait toujours pas le domaine du combat, elle y mit en revanche beaucoup d'efforts. Elle trouva cependant un réel plaisir à travailler avec la troupe résidant aux "Deux Masques", et apprit à dissimuler son manque d'assurance et ses failles derrière un rôle bien travaillé, autant qu'à être capable d'endosser divers visages.
Le temps lui sembla filer à toute allure, et le retour d'Elea la surprit presque tant elle s'était investie dans son travail.
Avec le retour de son aînée, arrivait symboliquement un tournant de sa vie: cette fois, Béryl semblait déterminée à affirmer son indépendance...
« Modifié: 01 janvier 1970, 01:00:00 par Guest »