Auteur Sujet: Couverture Sociale [Isibeal/Fleur/Owen]  (Lu 1751 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Isibeal Greenfield

Re : Couverture Sociale [Isibeal/Fleur/Owen]
« Réponse #15 le: 06 mars 2017, 18:52:01 »
Fleur de Trevale semblait être l'une de ses femmes qui lorsqu'elle avait une idée en tête ne voulait en démordre. Qu'importe ce qu'Isibeal pourrait proposer comme solution, l'autre femme ne voulait au final que des décoctions de plantes. Elle aurait peut-être dû se rendre chez un apothicaire plutôt que de venir à la maison de guérissons.

Isibeal œuvrait à présent tranquillement avec une certaine minutie en visitent mentalement chacune des différentes partie de l'appareil de reproduction.  Comme Fleur tenait sa langue, l'opération fut rapide et indolore. Le visage de la Guérisseuse venait de se parer d'un jolie sourire :

- Vous pouvez être rassurée, Ce ne pouvait être que cela qui rendait Dame de Trevale nerveuse à ses yeux ! vous êtes parfaitement apte à procréer. 

Le soucis devait donc provenir de l'époux.

Fleur de Trevale

Re : Couverture Sociale [Isibeal/Fleur/Owen]
« Réponse #16 le: 15 mars 2017, 21:52:06 »
Même si elle le savait pertinemment, l'entendre d'un Guérisseur la rassurait pleinement.
Elle était capable de porter un enfant, et avec un homme "sain", elle tomberait enceinte.

Le problème, c'est qu'elle voulait que le monde pense que le soucis venait d'elle, et qu'elle l'avait réglé avec une quelconque décoction médicale, ce qui aurait été bien plus simple à assumer face aux ragots.
S'il fallait y mêler plus encore Owen, elle avait peur que toute cette folle aventure lui explose au visage. Il apprendrai qu'il avait des problèmes, il en ferait toute une histoire, et en moins de temps qu'il ne fallait à sa femme pour faire tourner un ragot, tout le Collegium des Guérisseurs serait au courant. Et l'arrivée d'une grossesse providentielle serait bien plus suspecte que si le diagnostic initial ne s'était cantonné qu'à elle.

Fleur ne voulait pas qu'on creuse encore, et pour ça, il fallait qu'elle avoue la vérité à demi-mot en comptant sur la totale confidentialité promise par Isibeal :

"Je... je vais être franche. Si je demande quelque chose pour ma fertilité à moi, c'est pour qu'Owen soit... convaincu. Je refuse qu'il pense avoir un problème, lui. Encore un... Je veux qu'il pense que je fais de mon mieux pour arranger ce... contre-temps."

La jeune femme était persuadée qu'elle serait comprise par la verte.

Isibeal Greenfield

Re : Couverture Sociale [Isibeal/Fleur/Owen]
« Réponse #17 le: 29 mars 2017, 15:56:44 »
Ainsi ce qu'elle supposait depuis les débuts de l'entretient se révélait être exacte. Il y avait bien une anguille sous roche derrière cette visite à la maison de guérison et les explications fournit par sa patience permettait de se donner une idée de la situation du couple de Trevale. Tant bien même restait-il des zones d'ombres dans cette affaire.

- Il y a quelque chose que je ne comprends pas dans votre histoire. Vous pensiez que le soucis de fertilité provenait de vôtre époux pourtant vous ne semblez pas vouloir y remédier ! 

Toutes épouses dignes de ce nom auraient tenté d'obtenir une solution pour porter l'enfant de son maris mais Fleur semblait vouloir tout autre chose. Comme si... comme si elle souhait dissimuler cette information pour quelques obscures raisons.

- Le Seigneur Owen n'est peut-être pas stérile, peut-être qu'une décoction pourrait aider sa semence à être plus productives. Si le problème provient de lui et que vous refusez qu'il se soigne, je ne vois pas comment vous pourrez régler ce contre temps à long terme ?

Et la lumière se fit soudainement dans son esprit.  Les lèvres d'Isibeal s’entrouvrirent en un "O" d'étonnement puis se refermèrent avant de s'ouvrirent à nouveau.  Son regard fixait Fleur alors que son visage révélait le malaise qu'elle éprouvait  en cet instant.

Fleur de Trevale

Re : Couverture Sociale [Isibeal/Fleur/Owen]
« Réponse #18 le: 28 mai 2017, 19:37:08 »
Fleur commençait à trouver le temps long, elle ne pensait pas que cela prendrait autant de temps de négocier une ou deux potions. Elle avait oublié qu'un Guérisseur était forcément très investi dans sa mission et ne prendrait pas les choses à la légère.

"Ce n'est pas..." elle soupira. "Owen est l'unique héritier d'une lignée entachée par la consanguinité. Regardez-le, parlez avec lui, il a un très bon fond mais il n'est pas... enfin... Ses parents, qui sont très, trop proche cousins, ont mis des années à l'avoir, et il enchaîne les problèmes de santés. Nous sommes mariés depuis des années et rien ne vient, malgré le mal qu'il se donne. Si le problème ne vient pas de moi, alors il vient de lui, mais je ne veux pas qu'il le sache, il a besoin d'un héritier. Et pas un de ses nombreux cousins, un héritier que je porterai, qui serait son fils, sa fille."

De toute façon, la Guérisseuse avait visiblement compris.

"Je comprendrai si vous refusez, Isibeal. Je vous demande presque un alibi..."