Auteur Sujet: [BackGround] Réticences  (Lu 87 fois)

Héraut Irmingarde

  • Hérauts
  • Flamme humaine
  • Messages: 1526
    • Voir le profil
  • Fiche: Chaud devant!
  • Compagnon ou Familier: Ezarel
  • Âge: 24 ans
  • Langues: Valdemaran - Karsite - Rethwellan
[BackGround] Réticences
« le: 30 août 2020, 21:29:09 »
Ces souvenirs de Mina évoquent les violences domestiques et conjugales. C'est glauque. Alors si vous êtes sensibles à ça, ne le lisez pas.


La jeune Irmingarde est de corvée de lessive. Comme souvent. Comme toujours.
C’est une tâche ingrate qui épuise. Dans une Maison de quarante habitants, où la propreté est érigée au rang de valeur indispensable, la somme de linge est tout simplement astronomique.
Elle est aidée, bien sûr, parce que malgré tout ce qu’on lui demande, elle ne peut pas tout faire. Ce que certaines Epouses Secondaires regrettent.
Athestam sort de la maison, marchant vers elle d’un pas conquérant, celui du Premier Fils qui sait quel pouvoir il y a sur tout le monde, et surtout sur cette demi-sœur. Insensiblement, Mina se tasse. Et se prend un drap dans la tête.

"Lave ça maintenant. Les Anciens l’ont vu, alors nettoie-le."

Mina se débarrasse tant bien que mal du tissu qui s’emmêle autour d’elle, et réalise avec horreur qu’il est couvert de trace de sang. Elle glapit de dégoût et lâche le drap qui tombe dans la poussière. Ce que voyant, son frère s’approche plus près et lui colle sa main dans la figure, dans une gifle retentissante qui fait entrechoquer ses dents.

"Arrête de faire ta précieuse. Fait ce qu’on te dit et ne discute pas !"

Pourtant Mina ne discute pas. Elle ne discute jamais. Mais il est difficile de rester stoïque quand on vous jette dessus le drap qui a recouvert le lit de son Père durant la nuit de noce avec sa dernière femme.
Réprimant une nausée, elle jette le drap à tremper dans l’eau froide et pose sa main glacée sur sa joue rougie. Avec un peu de chance, elle n’aura pas de bleu cette fois-ci.

Soucieuse, mais avec une pointe d’espoir, elle regarde en direction du champ le plus proche où s’affaire la nouvelle Epouse de son Père.
Laissant le linge tremper, elle s’approche de la toute jeune fille qui s’active comme elle peut avec sa bèche. Nourrir une telle Famille demande un travail d’agriculture colossal qui ne laisse pas la place au repos, même pour son propre mariage.

"Elena ?"

L’Epouse Secondaire se retourne vers Mina. Elle a tout juste treize ans. Trois ans de plus que Mina. Elle fait un pas vers elle, et il est clair qu’elle boite. Puis elle se souvient. Ce n’est pas à elle de se déplacer vers Mina. C’est Mina qui doit le faire. Toujours. Et surtout devant une Epouse.
Irmingarde s’approche lentement.

"Tu vas bien ?"

La bâtarde n’a pas d’amis. Les enfants de sa Maison ont vite appris qu’elle était à leur service, ceux des autres Familles ont interdiction de la fréquenter. Les seules personnes capables de la comprendre seraient les enfants comme elle réduit au rang de serviteurs, mais on ne les laisse pas se voir, comme s’ils pouvaient se contaminer.
Alors, à chaque nouvelle femme, Mina se dit qu’elle pourrait s’en faire une amie. Qui sait ?
Elena hésite une seconde. Ses yeux se voilent. Elle doit lever la tête pour voir Mina. Elle est minuscule, contrairement à la bâtarde qui détonne. Cela lui remet les idées en place.

"En quoi ça te regarde, Irmingarde ! Occupe-toi du linge et laisse-moi tranquille. J’ai du travail à faire, je suis une Epouse, un honneur que tu ne connaîtras jamais."
« Modifié: 31 août 2020, 09:51:52 par Héraut Irmingarde »

Héraut Irmingarde

  • Hérauts
  • Flamme humaine
  • Messages: 1526
    • Voir le profil
  • Fiche: Chaud devant!
  • Compagnon ou Familier: Ezarel
  • Âge: 24 ans
  • Langues: Valdemaran - Karsite - Rethwellan
Re : [BackGround] Réticences
« Réponse #1 le: 30 août 2020, 21:33:55 »
"Irmingarde !"

Autant qu’elle se souvienne, jamais l’appel de son prénom n’a été accompagné d’un « vient ici s’il te plait ».
On hurle son prénom, et il vaut mieux qu’elle arrive, et vite. 
Mina accélère le pas vers la cuisine, d’où son Père hurle.
Il l’y attend, la toisant de toute sa hauteur. Avec lui, la Première Epouse, Jeyne. Et le cousin de celle-ci, Yakob. Elle n’arrête pas de le croiser dans le coin, ces derniers temps. Il est venu aider pour de très gros travaux que même ses frères ne peuvent faire seuls.

Il lui arrive qu’on la prête, comme un objet, à une autre Famille, contre un service. Ce n’est jamais bien glorieux. Elle suppose que c’est pour ça qu’on la met en présence d’un étranger à sa Famille. Un échange de bons procédés.

« Tu reconnais Yakob, le cousin de Jeyne ? »
« Oui »
« Il a besoin d’une Epouse Secondaire. »

En quoi ça la concerne ? Il a besoin qu’elle aille attraper sa prochaine femme à la corde ?
Elle ne répond rien, attendant qu’on lui dise en quoi elle peut être utile.
Le silence s’épaissit, et elle ose lever les yeux. Yakob n’est pas bien grand, et elle le voit clairement le reluquer des pieds à la tête, comme une bête de foire.
Une sueur froide lui coule dans le dos.

« Elle est vraiment jolie, sa mère devait l’être aussi, Kouvrat. » lâche-t-il.

Le Père de Mina a une expression sévère, mais Yakob se permet de lui tenir tête :

« Pas de ça avec moi Kouvrat, si je la prend, je te rendrai un fier service non ? »
« Parce que ça ne t’en rendrai pas un, à toi ? »
« Je reconnais que ta bâtarde sera agréable à avoir dans mon lit »

Et Mina comprend soudain le sens de cette entrevue. Elle vacille.
Jeyne a alors pour elle, peut-être, le premier geste affectueux depuis son arrivée ici. Elle pose doucement ses mains sur ses épaules et la guide vers une chaise et lui enjoint de s’assoir lentement.

« Tu as compris de quoi il s’agit, Irmingarde. La Déesse a eu pitié de toi et de ta condition en la personne de Yakob. Il accepte de te prendre comme Epouse Secondaire. Vu ton statut, et ton âge, tu as beaucoup de chance. Remercie ton père, et remercie ton futur mari. »
« Non. »

Sa propre opposition la surprend.
Son père lui retourne un regard furieux. Mina se tasse sur sa chaise. Les hommes l’intimident, mais son père la terrorise. C’est la première fois de sa vie qu’elle dit non.
Jeyne la défend :

« Kouvrat, laisse-moi voir avec elle, elle n’a pas compris, je pense, il faut dire qu’elle ne devait pas s’y attendre. C’est bien ça Irmingarde ? »
« Non. Je refuse d’épouser Yakob. »

Sa voix résonne dans la cuisine. Ca aussi c’est une première. D’ordinaire, sa voix ne porte jamais plus haut qu’un murmure. Sauf quand on la bat. Et encore, ça fait longtemps qu’elle a appris à encaisser en silence, pour ne pas énerver encore plus son père, ou ses frères.

« Yakob, revient demain, j’aurai réglé ce malentendu » annonce Kouvrat.
« N’y pas pas trop fort » exige le potentiel fiancé. « J’ai quand même envie qu’elle ressemble à quelque chose. Et je sais me faire obéir de mes femmes, même les plus… indociles. »

Il s’en va en regardant Mina avec concupiscence.
C’est nouveau, cette révolte, chez elle, qui lui donne envie de lui cracher dessus. Et ça l’occupe trop pour qu’elle voie arriver la gifle tonitruante de son père. Sa tête bascule en arrière et cogne contre la chaise. Elle est presque assommée.

« Ose encore me dire non, et me ridiculiser, et tu vas le regretter. »

Jeyne tire sur ses cheveux et tout son cuir chevelu s’enflamme de douleur.

« Ton Père, à qui tu dois tout, qui accepte de te loger et te nourrir alors tu n’es rien, est encore assez bon pour envisager te placer comme Epouse, et toi, tu dis… non ?! »

Ca fait des années que Mina s’est faite à l’idée d’un avenir morbide, mais célibataire. Et elle a beau être ici moins que rien, elle sait au fond qu’elle n’a pas la plus mauvaise part. Quand elle voit ses Mères, quand elle voit ses sœurs… Elle préfère de loin être corvéable à merci, et surtout, libre d’une certaine façon.
Parfois, elle a imaginé s’enfuir, mais jamais longtemps, tant elle ignore comment est le monde en dehors d’ici. Ce que peut lui raconter son ami Kun’ lui parait si lointain…

« Etre Epouse est un privilège auquel ta naissance ne t’a pas donné droit ! Et tu le refuses ? » glapit Jeyne.
« Tu vas épouser Yakob, Irmingarde », l’avertit son Père. « Tu vas l’épouser dans deux jours, et faire ce qu’il te dit, et tu arrêteras d’être un poids pour moi »
« Non ! »

Nouvelle gifle qui la fait tomber au sol. Sa mâchoire a failli se déboiter et elle s’est mordu la langue.

« Je te l’ordonne ! » hurle son Père.
« Vous m’y obligerez pas. Je crierai tout le long, au Temple, si vous osez. Devant toutes les autres Familles ! »

Sa respiration se coupe sous la violence du coup de pied qu’elle reçoit en plein ventre. Mina crache du sang sur le sol immaculé de la cuisine, et Jeyne lui écrasa la main par vengeance.
Sans trop réfléchir, Mina rampe en grognant de douleur et se lève. La bouche en sang, les cheveux en pagaille, le regard plein de colère, elle fait peur à Jeyne, qui recule. Kouvrat, lui, ne la craint pas. Il est tout puissant, il le sait.

« Kouvrat, il faut appeler les Anciens. »
« Non, appelle Athestam. »


Les yeux de Mina s’arrondissent de frayeur.
Son Père la terrorise, mais son frère… Il y a quelque chose d’autre de pire en lui. Avec l’autorisation formelle de son Père, il n’aura aucune limite. Aucune.