Auteur Sujet: [Equipe 1] Après les Marches, la marche.  (Lu 8689 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Héraut Arthon

  • Hérauts
  • Roi des Violettes
  • Messages: 1318
    • Voir le profil
  • Fiche: Charte royale
  • Compagnon ou Familier: Ryis
  • Âge: 40 ans
[Equipe 1] Après les Marches, la marche.
« le: 10 juillet 2011, 15:25:57 »
Traverser la Forêt des Chagrins avait été plutôt facile malgré les rumeurs et les petites frayeurs dans les ombres. Après l'apparition de la Déesse dans les flammes, que tout le monde soupçonnait d'être Aanor, tout le monde avait été plus ou moins sur le qui-vive. Qui avait trahi le groupe? Etait-il déjà dans les rangs? Les précautions prises à Haven n'avaient-elles pas suffi? Où allaient-ils tous, à avancer derrière Beltran sans savoir où leurs pas les menaient? Quelques uns avaient commencé à grommeler, surtout quand le convoi avait quitté la forêt pour s'enfoncer dans les montagnes. L'air s'était raréfié et surtout raffraichi, et la grimpe n'avait pas été agréable: il avait fallu parfois démonter pour traverser des passages difficiles, parfois s'arrêter à cause des charrettes...

Mais finalement la descente avait commencé ... Tout le monde se réjouissait, depuis que Beltran avait annoncé qu'ils n'étaient plus à Valdemar et que leur quête commençait enfin. Tout le monde se réjouissait jusqu'à ce qu'arrivés en bas de la montagne, on vit, après une large plaine, au loin, une chaîne de montagnes dix ou vingt fois plus grande que celle qu'ils venaient de franchir.

"Le Mur de Glace " annonça Beltran à tout le monde. Quelque chose brillait dans son regard alors qu'il observait le chemin à parcourir. "Nous irons là-bas. Il existe des peuples qui ne se mélangent pas à nous mais dont les savants et les explorateurs ont déjà fait mention dans des livres. Nous irons à leur rencontre pour savoir s'ils ont aussi des problèmes. Ce ne sera pas une partie de plaisir, mais nous trouverons des réponses, j'en suis sûr." affirma-t-il.

Il semblait sûr de lui, effectivement, mais il fit venir Elryk et les officiers de la garde, dont Raimon, pour qu'ils encadrent fermement les participants à la mission, parce que certains hésitaient visiblement à repartir. Quelques uns avaient abandonné avant la première montagne et le sage kyree qui aurait dû continuer avait malheureusement été atteint par une langueur impossible à faire cesser et on l'avait renvoyé à Haven se faire soigner avec des serviteurs [Isabeau, Barrn n'est plus avec toi mais il t'a confié la tâche de tout noter comme s'il avait été là]. Les soldats circulèrent donc dans toute la colonne quand soudain un des soldats de Beltran envoyé à l'avant revint au galop l'air surexcité.

[ Vous pouvez raconter vos ressentis dans la montagne, puis en voyant la plaine et le mur de glace, et face aux paroles de Beltran. Nous sommes en pleine chevauchée, cela fait 2 jours que nous ne sommes plus à Valdemar - on vient d'achever la descente.

Saskia, la nuit d'avant de voir le Mur, tu as rêvé de quatre Compagnons. Antéa menait les trois autres, et te saluait dans un éclat d'amour important. Derrière elle venait Lowi. Il était adulte mais tu savais qui c'était, et sur son dos un enfant, sans visage, mais que tu savais rayonnant. A quelques pas derrière encore, deux Compagnons inconnus et Antéa qui disait qu'ils avaient Choisi et arrivait. En te réveillant tu sais que c'est une vision même si tu ne la comprends pas forcément. Les naussées - angoisse? effort? vision? - t'ont reprise au réveil.
Elbereth, ta ratha semble de plus en plus en forme, et elle va souvent en éclaireur. Cela fait plusieurs heures que tu ne l'as pas vue, cela commence à faire beaucoup.
Mina, tu as utilisé ton Don plusieurs fois et tu commences à sentir que tu le maîtrise mieux, surtout quand Ezarell veille au grain.
Tous les Compagnons présents ne semblent plus inquiets, mais sereins et déterminés, comme si l'apparition de la Déesse avait confirmé quelque chose. Mais ils surveillent tous les non-Hérauts, vous en êtes presque certains même s'ils ne disent rien.]
« Modifié: 01 janvier 1970, 01:00:00 par Guest »

Héraut Saskia

  • Hérauts
  • Messages: 485
    • Voir le profil
Re: [Equipe 1] Après les Marches, la marche.
« Réponse #1 le: 10 juillet 2011, 23:04:48 »
[justify:23cdd1dl]Chaque jour de voyage, durant la moitié du temps, Saskia s'était isolée. Non pas que la compagnie de Irmingarde ou Isabeau l'importunaient, bien au contraire. Seulement, cette histoire de traitre la travaillait bien plus qu'elle ne voulait l'admettre. Ses nausées, à toute heure de la journée, ne devaient être que la preuve de ce stresse. Elle avait du se battre pour ne pas être renvoyée à Haven en même temps que Barrn. Elle s'était entêtée à dire qu'elle allait bien, et on l'avait regardée de travers. Du genre, "Seule une traitresse voudrait autant rester." Ou peut-être était-ce elle qui interprétait mal les choses.

Non, en fait, la jeune femme s'isolait surtout pour travailler son don, encore, et encore, sans relâche, à la recherche d'une vision qui leur donnerait de précieux indices. Leur destination, le ou les traitres, un soucis météorologique... N'importe quoi. Mais rien ne venait, à part la migraine. Guerren l'encourageait, lui disait de ne pas désespérer. Son Don était de ceux qui était le plus difficile à développer, à maîtriser. Le héraut Lachlan avait lui même mit quelques années après sa mission de probation avant de pouvoir utiliser correctement sa prescience. Mais c'était maintenant qu'elle en avait besoin !! Saskia n'était pas patiente sur ce coup là. C'était une vision qui leur avait indiqué la direction à prendre, c'était une vision qui pourrait peut-être les sauver tous.

Mais la seule vision qui lui vint ne signifia pas grand chose... En fait, au réveil, elle vomit et pleura, sans aucune dignité, malade comme pas possible. Malade de se sentir si seule, si éloignée de la véritable moitié de son âme, malade de se mettre dans cet état alors que Guerren était là pour elle... Saskia se lâcha un court instant, avant de gagner le point d'eau pour se débarbouiller. Par les Dieux et leurs Catins ! Qu'elle se sentait mal ! Saskia regretta presque un moment de ne pas être rentrée à Haven.

L'eau glacée lui remit les idée en place : Non ! Elle avait dit qu'elle endurerait le froid et la boue pour se montrer digne d'Arthon et d'Antéa, ainsi que de Guerren. Elle ne devait pas abandonner maintenant, même si c'était terriblement tentant.

Saskia regagna le campement. Tout le monde se réjouissait de la descente, mais pour elle, ça ne changeait pas grand chose. Quand l'allure était modérée, la grise descendait du dos de Guerren, pour le soulager un peu. Elle ne perdait pas de vue qu'il commençait à être malade quand ils avaient quittés Haven... Fichue Aanor !! La dernière ligne droite pour gagner le bas de la montagne remit pourtant la jeune femme d'aplomb : au moins, sur du sol plat, son Compagnon aurait moins de mal.

... Ou pas. "Le Mur de Glace"... Beau nom que voilà ! Saskia grimaça, et soupira. Elle grommela quelque chose sur la perte de temps et la fatigue que cela allait encore leur procurer. Elle rejoignit Guerren pour le brosser, et lui demander conseil : elle lui parla de sa vision de la nuit - Antéa et Lowi, surtout - et lui demanda si elle devait aller en parler à quelqu'un. Beltran, à tout hasard ?[/justify:23cdd1dl]
« Modifié: 01 janvier 1970, 01:00:00 par Guest »

Isabeau d'Armentières

  • Hérauts
  • Assistante Chroniqueuse
  • Messages: 640
    • Voir le profil
  • Fiche: Fiche de prêt
  • Compagnon ou Familier: Bethaniel - Rinnerl
  • Langues: [ Valdemaran - Karsite - Rethwellan - Iftelien - Sironien ]
Re: [Equipe 1] Après les Marches, la marche.
« Réponse #2 le: 11 juillet 2011, 22:40:17 »
L'euphorie des premières semaines avaient fait place à une angoisse marquée. différente de celle de la cour, mais bien présente. Elle s'était installée doucement, au fil de l'affaiblissement de son cher Messire Barrn.

Elle était anxieuse à l'idée que son quadrupède adoré puisse... puisse... qu'il puisse lui arriver malheur. Malgré tous les reproche qu'elle aimait à faire pleuvoir sur la tète du canidé, il occupait une place toute particulière dans son cœur et dans sa tète. Il lui avait donné sa chance, avait permis que ses talents soient révélés... et il était toujours aux petits oignons pour elle. C'était son Maitre. A Elle. et elle ne voulait pas le perdre.

Mais par ailleurs, elle était anxieuse à l'idée que le mal dont souffrait Barrn, un Kyree dans la force de l'âge, ne touche sa petite Rinnerl. Aussi, la première fois que Barrn lui avait demandé de le prendre sur la croupe de son cheval, à la place de Rinnerl, avait elle hésité un instant, tiraillé entre deux loyautés. Finalement, elle avait accepté, mais elle était sure que Barrn l'avait vu et en avait été blessé. elle l'avait vu à son regard. Il avait cessé de pétiller une seconde. Elle en était malade...

Aussi quand il avait été question de rapatrier Barrn, avait elle préparé ses affaires et s'était elle joint au convoi de retour. Elle ne pouvait pas abandonner Barrn. Bien qu'en faisant cela, elle abandonnait Saskia, Mina, Raimon et qu'elle privait le groupe de ses facultés de traduction. Chaque choix était foncièrement mauvais, et elle le savait.

Mais Barrn ne l'avait pas laissé faire celui ci. Il lui avait strictement interdit d'abandonner maintenant. Et que si elle avait la trouille, ce n'était pas en se servant de lui comme prétexte qu'elle s'enfuirait et manquerait sa parole à Valdemar.

Il la connaissait bien.

Elle lui avait violemment écrasé une patte avec sa botte de cheval (plus spontané que la gifle au vu de la hauteur du museau) et lui avait murmuré dans un sifflement sonore Qu'elle était sincèrement navrée de se faire du souci pour sa vielle carcasse poilue et que puisque c'était comme ca, elle chroniquerais tout et qu'elle effacerait les contributions de la boule de poil. Sur ce, elle avait fait signe aux serviteurs de ramener sa malle avec le gros des bagages, avait royalement sauté en selle et avait rejoint le groupe.

Maintenant, elle n'arrivait pas à se décider entre la rage de s'etre laissé manipulé si facilement, le souci pour son Maitre et le souci pour Rinnerl qu'elle couvait plus encore qu'a son habitude.
Dommage, elle avait commencé à devenir plus cool...

Le mur de glace... Quel nom approprié... et d'avance déprimant. décomposons l'expression:

Mur: Truc quasi vertical qu'ils allaient metre des heures à escalader, même via les chemins "faciles", puis des heures à descendre, avec en plus un vertige qui n'en serait pas un parce que dans "vertige", on entend "peur irrationnelle du vide" et que là ce serait tout ce qu'il y aura de plus rationnel...

Glace: Froids, glissant, casse gueule, neige, glace qui coule dans le coup.

Recomposons:

Mur de Glace: Mais qu'allaient ils faire dans cette galère?

"Je vais vous dire, moi, les filles. Barrn il a tout compris. On aurait du s'enfuir tant qu'il était temps... Oh? du nouveau?"

En effet, un de leurs éclaireurs arrivait à bride abattue.
« Modifié: 01 janvier 1970, 01:00:00 par Guest »
Moi, dans ma tete, on est trois. Et on s'étonne de ma consommation d'anti-migraineux...
Je traite la paperasse du heraut du Roi et le la Magicienne Sourcedésert. Par ici les mp!

Elbereth

  • Mages
  • Compagnon Mage (et bonne compagnonne)
  • Messages: 479
    • Voir le profil
  • Fiche: Parchemin
  • Compagnon ou Familier: Dellaria
  • Âge: 27 ans
  • Langues: Iftélien (LM), Valdemaran (B), Rethwellanais (I)
Re: [Equipe 1] Après les Marches, la marche.
« Réponse #3 le: 14 juillet 2011, 12:02:09 »
[justify:2867dxaq]Après l’apparition de celle qu’elle supposait être la Déesse Aanor, Elbereth avait senti la tension s’accroître au sein du groupe. Des regards suspicieux étaient parfois surpris entre certains, la notion de traître ayant éveillés des soupçons –fondés ou non– parmi les membres de l’expédition. Tout le monde se posait à présent des questions, elle-même aussi, sur leur destination finale… Il faut dire que le capitaine Beltran était plutôt avare en renseignement… Mais en même temps si il y avait un traître dans leur groupe… En ce cas, il valait mieux distribuer les informations au compte goutte. Et puis Maître Barrn était reparti pour Haven, atteint de quelque mal étrange, peu avant leur ascension. Elle le connaissait peu, mais l’aimait bien, elle espérait qu’il se remit rapidement une fois au palais.

Bref, en plus de tout cela, la tranquille traversée de la forêt des Chagrins avait laissée place à l’éprouvant cheminement à travers une première chaîne de Montagnes. Elle avait senti son manque d’entraînement au voyage, par rapport à lorsqu’elle était arrivée à Haven, mais tout de même moins souffert que certains autres membres du voyage. Heureusement que les soirées routinières qui s’étaient installées dès le début étaient toujours de mises… faisant leur point de repère quotidien, pendant lequel ils pouvaient enfin se détendre un peu. Enfin, après quelques jours, ils commencèrent à descendre. L’ambiance se détendit peu à peu, bonne humeur retrouvée et les rires se firent moins nerveux et plus franc. Elbereth en profita pour discuter un peu, toujours à droite et à gauche, essayant d’apprendre à connaître un peu mieux ses compagnes et compagnons de voyage. Sa ratha, quant à elle, prenait plaisir au voyage et faisait office d’éclaireur… de plus en plus souvent. La jeune femme n’aimait pas trop la savoir loin et sans elle, mais elle ne voulait pas la brider au groupe et donc la laissait faire.

Jusqu’à ce fameux matin, où ils arrivèrent sur la plaine qui faisait suite à la chaîne de montagnes qu’ils venaient de traverser. Et en levant les yeux vers l’horizon, l’apprentie-mage grimaça comme les autres, à la vue de la nouvelle chaîne qui s’offrait à eux, beaucoup, beaucoup, beaucoup plus grande et vaste que la précédente. Enfin, le capitaine leur fourni quelques explications. Le Mur de Glace… Ah pour ça oui ! Il portait bien son nom ! Et dire qu’elle avait trouvé les derniers jours quelques peu… difficile, ce n’était rien en comparaison de ce qui les attendait… Par contre, la perspective de rencontrer de nouveaux peuples, de découvrir de nouveaux mode de vie, d’apprendre plein de nouvelles choses et de leur venir en aide en cas de besoin, tout cela l’enchantait et la motivait au plus haut point. Elle se remit en route, observant les soldats qui « motivaient » les incertains… et répondit à Isabeau :

-Je ne sais pas, cela peut être intéressant. Dur certes, mais intéressant.

Elle fut coupée par l’arrivée d’un éclaireur. Et reprit en marmonnant, inquiète, plus pour elle-même que pour les autres :

-Je me demande où est Del’… Cela fait un peu trop longtemps que je ne l’ai pas vu. Et je n’aime pas ça.

Sur ce, l’apprentie s’avança vers l’éclaireur, elle espérait entendre ce qu’il dirait, et comptait bien lui demander si sa Sœur d’Esprit pensait à revenir la voir…[/justify:2867dxaq]
« Modifié: 01 janvier 1970, 01:00:00 par Guest »

Héraut Irmingarde

  • Hérauts
  • Flamme humaine
  • Messages: 1485
    • Voir le profil
  • Fiche: Chaud devant!
  • Compagnon ou Familier: Ezarel
  • Âge: 24 ans
  • Langues: Valdemaran - Karsite - Rethwellan
Re: [Equipe 1] Après les Marches, la marche.
« Réponse #4 le: 14 juillet 2011, 23:12:34 »
Irmingarde était quelqu'un d'endurant habituellement. Élevée sans amour mais à la dure, elle s'était occupé des récoltes, des animaux au même titre que ses frères, et avait connu les étés brûlants à bêcher, et les hivers glacials à emmener le troupeau dans les plaines.
L'aventure dans laquelle elle s'était engagée ne lui faisait donc pas physiquement peur, même si son derrière lui disait le contraire à force d'être bringuebalé sur la croupe d'Ezarell, qui pourtant faisait son possible pour rendre la chevauchée le moins désagréable possible.

Alors quand elle vit leur nouvel objectif, elle ne fit pas la grimace. On les avait prévenu, ce ne serait pas de tout repos, et ce qui s'annonçait était éprouvant!
De plus, elle avait une satisfaction intérieure, pendant ses quelques jours de traversée, elle avait pu tester à nouveau son don, et elle n'avait pas provoqué de catastrophe, elle arrivait de mieux en mieux à maîtriser cet étrange pouvoir, grâce à l'aide silencieuse mais présente de son Compagnon.
Compagnon qui lui transmettait mentalement sa détermination à trouver comment sauver Valdemar de ces étranges maladies.
Elle ne disait rien, mais Mina était terrifiée à l'idée de perdre son compagnon à cause de cette déesse, de se retrouver de nouveau seule, elle savait qu'elle ne survivrait pas à cela. Mais elle gardait cette pensée bien cloisonnée au fond de son esprit, cachée à son Compagnon qu'elle ne voulait pas inquiéter pour rien. A l'heure actuelle, mieux valait se concentrer sur la mission.
Et vu l'expression du soldat qui arrivait au galop, il y avait du nouveau!
Elle répondit à Isabeau avant l'arrivée de l'éclaireur:

"Allez Demoiselle Isabeau, du courage et de la vaillance, pour Valdemar!"

A Saskia, elle ne savait que dire. La fille du Baron était songeuse depuis quelques jours, et Mina ne voulait pas forcer ses confidences.
« Modifié: 01 janvier 1970, 01:00:00 par Guest »

Héraut Arthon

  • Hérauts
  • Roi des Violettes
  • Messages: 1318
    • Voir le profil
  • Fiche: Charte royale
  • Compagnon ou Familier: Ryis
  • Âge: 40 ans
Re: [Equipe 1] Après les Marches, la marche.
« Réponse #5 le: 18 juillet 2011, 12:38:25 »
L'éclaireur, avec un peine un signe pour ses collègues, se précipita directement vers Beltran et fit virevolter son cheval pour se mettre tout près du Capitaine. Il commença à chuchoter, trop bas pour que quelqu'un d'autre que le blond ne puisse l'entendre. Le visage de Beltran se durcit soudain avant de redevenir pareil au marbre: dur, froid, mais sans expression. Il fit un signe et deux caporaux s'approchèrent. Ils parlèrent quelques minutes, puis l'un deux alla chercher un des Hérauts et un Mage, le responsable de chaque groupe en réalité. Le petit conciliabule continua quelques minutes; la colonne immobilisée se demandant ce qu'il se passait.

Puis Beltran fit un signe et le petit groupe s'éloigna un peu pour qu'il puisse parler:

" Qui de vous est la liée de la... " (un regard vers le Mage qui chuchota un nom) " ratha Dellaria ? " demanda-t-il haut et fort, cherchant visiblement du regard quelqu'un.

Elbereth n'étant pas loin, il la reconnut et lui fit signe d'approcher:

"Vous venez avec nous."

Pendant ce temps, le Héraut avec qui le Capitaine avait parlé s'approchait de Irmingarde:

"Vous avez le Boutefeu, et il me semble que vous le maîtrisez à peu près? Nous aurons besoin de vous." dit-il sans explication. Son Compagnon, un peu plus expansif, expliqua à celui de Mina quelque chose qu'elle refusa de répéter à sa Liée, mais elle lui dit simplement à la place: Je suis là et je te protégerai tant que je peux, mais la vision qu'il y a là-bas, elle va être dure à supporter ...

Le Héraut mit une main réconfortante sur l'avant bras de Mina puis regarda Isabeau:

"Venez aussi, nous aurons sans doute besoin de vos écritures et de vos dons de lecture: il y a des choses étranges."

Puis il se tourna enfin vers Saskia:

"Arthon me tuera s'il apprend que je vous ai mis en danger, mais Beltran veut que vous veniez aussi."

Aux trois filles il ordonna de rester grouper et avec leurs Compagnons ( Compagnons, ou kyree d'ailleurs) et les guida vers le reste du groupe et Elbereth que Beltran avait recruté. Le reste du camp s'installa dans l'attente pendant que l'éclaireur les guidait vers les sous bois.

[Les Compagnons sont nerveux et soudain Guerren lâche mentalement à Saskia: Magie du sang... et celle d'Irmingarde le lui dit aussi en la prévenant de ne pas paniquer, qu'il n'y avait que des restes et qu'avec elle, Mina était en sécurité.
Isabeau, ta petite Rinnerl est visiblement mal à l'aise, elle couine, et elle fit par faire intrusion dans ton esprit pour réclamer de partir, des câlins et se cacher loin.

Vous chevauchez une heure, et plus l'heure avance et le chemin est parcouru, plus l'angoisse monte de ne pas savoir ce qui va arriver, ce que vous allez voir, avec une seule certitude: c'est pas la plus belle chose de votre vie.
A force de voir des arbres, cela vous fait étrange de tomber sur une clairière. Là, le spectacle est étonnant. Une grosse pierre plate est au centre de la clairière, maculée de sombre - du sang séché. Un gros tas de cendre à côté montre qu'il y a eu un brasier, mais quelques écrits, des parchemins et un morceau de grimoire, ont réchappé au feu, comme si personne n'avait été là pour vérifier que le travail était correctement brûlé.
Derrière la pierre, lorsque vous en faites le tour, demandé par l'éclaireur, git une fillette égorgée, et la ratha d'Elbereth couchée près d'elle. Elle a l'air très malheureuse (d'ailleurs elle pleure, tu l'entends dans ta tête, Elbereth) et visiblement blessée, ou du moins totalement épuisée.

Beltran a les yeux fermés, comme contenant sa rage et son impuissance. Près de la gisante, une fumée semble s'élever sur la pierre.]
« Modifié: 01 janvier 1970, 01:00:00 par Guest »

Capitaine Ellia

  • Morts en jeu
  • *
  • Messages: 17
    • Voir le profil
Re: [Equipe 1] Après les Marches, la marche.
« Réponse #6 le: 18 juillet 2011, 12:44:40 »
Une blonde que Beltran connaissait bien, et que certains d'entre vous ont déjà vu [hj: uniquement celles qui ont eu un rp avec avant sa mort ou ayant vécu une apparition ] apparait. Elle est comme une image tremblotante dans le vent, mais bien reconnaissable, et l'enfant morte semble très vivante accrochée à sa main. Elle a l'air très triste, mais décidée. Elle tend une main vers Beltran, comme si elle l'invitait, puis pointa le doigt sur Saskia, brusquement:

"Princesse, ta quête aboutira. Tu auras peut-être à choisir entre ta vie et leurs amours, mais tu gagneras. Reste entourée d'amis dans cette épreuve, et venge ta petite soeur."

Moins directement adressée à Saskia, mais plutôt à tout le monde, elle ajouta:

" La famille la plus belle et la plus forte est celle qu'on se choisit. Elle a moins de chance de trahir."

Elle fixa ensuite la ratha, qui sembla écouter avant de chercher le réconfort de sa Liée, puis les Compagnons baissèrent la tête pour la saluer. Rinnerl quant à elle n'aimait pas les choses transparentes qui parlaient dans l'esprit de tout le monde et elle protesta vigoureusement avant de s'arrêter net ... et de se cacher dans le giron d'Isabeau.
Une seconde plus tard, regardant de nouveau Beltran, et l'enfant morte souriant gravement à tout le monde, elle disparut avec sa nouvelle compagne.
« Modifié: 01 janvier 1970, 01:00:00 par Guest »

Héraut Saskia

  • Hérauts
  • Messages: 485
    • Voir le profil
Re: [Equipe 1] Après les Marches, la marche.
« Réponse #7 le: 19 juillet 2011, 17:19:03 »
[justify:1sty40ak]Saskia aurait donné n'importe quoi pour entendre ce qui se disait entre Beltran et l'éclaireur. Mais elle fut rapidement, plus ou moins, mise dans la confidence. Avec Irmingarde et Isabeau, elle fut invitée à les suivre par le Héraut, qui lâcha à demi mot que l'un des secrets de Saskia... N'en était pas vraiment un. Les Compagnons devaient être de sacrés commères ! Elle adressa au Héraut un sourire timide, gêné, avant de chevaucher Guerren et de suivre la colonne.

Comme ces derniers jours, Saskia tenta d'étendre son Don, de soulever quelques boucliers, en vain. C'est son Compagnon qui la mit en garde contre le spectacle peur ragoutant auquel elle allait devoir faire face. Magie de sang... Saskia eut un frisson, et regarda vers ses compagnons de voyage, anxieuse. Rinnerl, avec Isabeau, ne se sent pas non plus à l'aise, et cherche à partir. Ses couinements ne font que renforcer le sentiment de malaise chez Saskia. Son estomac commence déjà à se contracter.

Arrivé à la clairière, le convoi s'arrête. Saskia descend de cheval, et elle reste un instant contre Guerren, avant de décider de s'approcher. Pourtant, elle est arrêtée dans son élan, quand un fantôme apparait. Saskia sursaute, et grâce au fantôme, son secret ne va plus en être un. "Princesse"... La demoiselle frissonna, les yeux exorbités. Ce qui était dit était trop... FOU ! L'estomac de Saskia se rebella, une fois de plus, avant qu'elle ne tombe à genoux. Le manque d'Antéa se fit plus fort dans son esprit, dans son coeur, et elle ressentit le manque intense de son Compagnon. La jeune fille se tenait la tête à deux mains, les doigts crispés dans sa chevelure blonde en bataille. Elle ne se rendit même pas compte que des larmes coulaient sur ses joues, et il fallut que quelqu'un la rappelle à la réalité pour qu'elle redresse ses barrières, qu'elle s'isole de ce lien mort, et qu'elle ne sombre pas dans la folie.

Venger sa petite soeur. Venger Antéa. Ca voulait dire quoi, qu'elle ne la retrouverait jamais ? Qu'elle serait pour toujours une Grise sans Compagnon ? La folie la guettait à nouveau, malgré la présence, près d'elle, de Guerren... Et puis, choisir entre quoi ? Sa vie et leurs amours ? Ca ne suffisait pas, déjà, qu'elle doive être privée de la moitié de son âme, séparée de la moitié de son coeur ? Saskia lutta pour essuyer ses larmes, et retrouver un minimum de contenance. Elle ne parvint pourtant pas tout de suite à se lever, ni à parler. Il lui fallut encore de longues minutes avant qu'elle ne puisse redevenir maîtresse d'elle même. Saskia se redressa, bafouilla vaguement quelques excuses. Elle ne pouvait plus s'approcher du centre de la clairière, elle s'en sentait tout bonnement incapable.[/justify:1sty40ak]
« Modifié: 01 janvier 1970, 01:00:00 par Guest »

Héraut Irmingarde

  • Hérauts
  • Flamme humaine
  • Messages: 1485
    • Voir le profil
  • Fiche: Chaud devant!
  • Compagnon ou Familier: Ezarel
  • Âge: 24 ans
  • Langues: Valdemaran - Karsite - Rethwellan
Re: [Equipe 1] Après les Marches, la marche.
« Réponse #8 le: 20 juillet 2011, 22:43:23 »
Irmingarde n'aimait pas être indiscrète, mais tout de même, elle avait bien envie d'entendre ce qu'il se disait. D'autant plus quand elle vit, l'espace d'une seconde, le visage du capitaine se décomposer.
Ca ne sentait pas bon, pas bon du tout... D'appréhension, elle posa ses mains autour du coup de son Compagnon, histoire de trouver où les poser pour ne pas que l'on voit qu'elles tremblaient.

Elle tourna les yeux vers l'étrangère qui avait été interpelé. Mais fut vite interrompu dans son observation par un Héraut, un vrai, tout en blanc, qui lui posait des questions. Même si elle avait voulu garder un ton détaché, elle balbutia un peu:

"Je fais du... du mieux que je peux, avec l'aide de mon Compagnon, Héraut. Mais... mais je suis prête à mettre toutes mes compétence à votre service!"

Ce disant, elle se redressa un peu sur Ezarell, comme pour montrer son sérieux et son implication. Puis elle fronça les sourcils.
Son Compagnon n'avait pas pour habitude de garder des secrets, de lui cacher des choses, et cela l'irritait. Mais elle lui fit confiance, comme toujours, et l'idée que ce qu'elle allait voir n'était pas beau lui noua le ventre d'appréhension.
Elle lança un regard inquiet à ses amies et l'avancée commença.

Plus l'arrivée s'approchait, moins Mina se tenait droite. Elle savait bien qu'elle aurait du faire honneur à sa fonction, ne pas montrer qu'elle avait peur, qu'elle était tout bonnement effrayée même, garder une expression calme, après tout, un Héraut en fonction se devait de régler les problèmes avec recul et sang froid, mais elle en était incapable. Et apprendre que de la magie était impliquée ne l'aida pas à se calmer. De plus, si elle ignorait ce qu'était la magie du sang, elle se doutait bien que le degré de malveillance de cette magie devait être très élevé.

La première vue qu'elle eu la déconcerta un peu. Drôle de lieu, perdu au milieu des montagnes. Elle essaya d'appliquer ce qu'on lui avait appris pendant les cours qu'elle avait suivi. Porter son attention sur les moindres détails.
Elle fronça le nez à la vue du sang. Elle s'approcha un peu, toujours à dos de Compagnon, pour voir de plus près les parchemins, et eut alors une vue plongeante sur le corps, par les dieux, d'une fillette baignant dans son sang, la gorge tranchée.
Irmingarde eut un haut le cœur et vomit sans pouvoir s'en empêcher. Elle n'était pas préparée à ça, pas du tout!
Elle avait essayé de s'endurcir sur le chemin, en pensant aux choses les plus horribles qu'elle avait vu, le jour où elle du accoucher en urgence une des secondes femmes de son Père par exemple - et honnêtement, c'est un souvenir qui lui donnait encore la nausée - mais là, elle se rendait compte qu'elle ne connaissait rien de l'horreur si l'on pouvait rencontrer de telles choses.
Mal à l'aise, elle bredouilla quelques excuses pour son comportements faible et inapproprié à un Héraut, même si Ezarell lui murmurait qu'elle était peut-être une grise, mais aussi un être humain, mais elle était loin d'être au bout de ses surprises!

Apparut alors une femme fantomatique qu'elle ne connaissait pas. Elle ne chercha même pas à essayer de le faire d'ailleurs, elle eut un sursaut de frayeur et Ezarell recula de quelques pas pour éloigner son élue terrifiée.

"Les... les morts ne devraient pas revenir dans ce monde, elle devrait être avec les dieux..."

Parce qu'il était évident que cette dame était morte, d'autant plus qu'elle tenait avec elle l'enfant sacrifiée.
Elle jeta de nouveau un regard sur le minuscule cadavre et pleura franchement. Elle aurait pu être une des pages du collegium dont elle s'occupait jadis, ou même une de ses petites sœurs qu'elle avait élevé, comment quelqu'un avait pu faire ça?

Pour couronner le tout, elle écarquilla les yeux en voyant la crise de panique de Saskia.
D'un bond, elle sauta à terre pour rejoindre son amie et tenter de l'aider à se relever.
« Modifié: 01 janvier 1970, 01:00:00 par Guest »

Isabeau d'Armentières

  • Hérauts
  • Assistante Chroniqueuse
  • Messages: 640
    • Voir le profil
  • Fiche: Fiche de prêt
  • Compagnon ou Familier: Bethaniel - Rinnerl
  • Langues: [ Valdemaran - Karsite - Rethwellan - Iftelien - Sironien ]
Re: [Equipe 1] Après les Marches, la marche.
« Réponse #9 le: 21 juillet 2011, 01:10:52 »
"Ah... Mais je suis courageuse, Mina! La preuve, je me suis pas encore enfuie!"

L'éclaireur, lui, arrivait si vite que l'on pouvait parier sans trop de risque que lui fuyait une horde entière de démons.et au vu des "mimiques" du capitaine, elle n’était pas loin du compte. Niveau réjouissance en tout cas. Il n'y avait sans doutes pas vraiment de démons. Quoi qu'avec sa chance... Mais cessons dés maintenant l'humour nul.

Soudain, le petit conciliabule prit fin et Elbereth fut appelé. A propos de sa compagne à pattes. Qui manquait à l'appel. Isabeau se tourna machinalement vers la croupe de son cheval et sa petite Rinnerl qui patientait sagement sur son coussin. Une angoisse lui serra le cœur tandis qu'on appelait l'apprentie mage. Faites que sa sœur d'esprit n'ai rien...

Ensuite ce fut la sympathique boutefeu de service qui fut recrutée.

...

On avait BESOIN d'une Boutefeu? Le pouvoir super puissant et instable la? Le truc capable d'arrêter des armées et de calciner des démons?...

Ok, la situation devait vraiment etre critique. Pour avoir vaincu une Ratha et nécessiter un boutefeu...

HEIN?

On avait besoin d'elle?... gloups... Bon, elle était la pour ca, hein? Pas pour tailler mentalement des shorts a tout le monde. Elle était tout de même la chroniqueuse du groupe, hein?

"Je..."

La héraut dans son crane assomma la petite chose tremblante de trouille.

"Oui, bien sur, je..." Elle sortit d'une sacoche une tablette d'argile à laquelle un stylet était accroché par un cordon de cuir, afin de pourvoir prendre ses notes dés que possible. "A votre service."

La petite héraut dans sa tète fanfaronnait, fière comme un paon, quand le Kirikou lui tapota l'épaule pour lui faire remarquer que la situation était tout de même un chouia dangereuse... Détail qui tempéra assez son enthousiasme pour que rien n'en ressorte.

Puis le héraut (le vrai, pas le fantasme dans la tète d’Isabeau) continua sa petite tournée pour s'arrêter devant...

PARDON?

Une seconde... Elle avait bien entendu, la? Il venait bien de:

  • 1) Hurler presque que Saskia était spéciale pour l'héritier
  • 2) Décider de mettre la future princesse de leur pays, le héraut était visiblement au courant (cf 1) ), dans une situation (et oui elle se répétait) qui avait mis hors jeu une RATHA et nécessitait une BOUTEFEU. Son cheval eut- il été un chouia plus poussiéreux, elle aurait parié sa rente trimestrielle sur sa traitrise, a lui...

Euh... Non, la, elle devait vraiment se faire examiner les oreilles. Il leur avait dit de rester grouper? Genre elle allait lâcher son lance flamme préféré (aka Mina) et sa magicienne favorite (aka Elbereth). Et la, elle aurait pu dire un truc cool aussi. Genre... "Et elle devait protéger la (future) Princesse!"... Sauf que... Isabeau était aussi utile dans une bagarre qu'un plat ébréché. On pouvait la jeter sur les méchants. Une fois.

Et le petit groupe d'intervention se mit en route. Dés les premiers minutes, Rinnerl commença à couiner a fendre l'âme, a s'agiter, a lui planter nerveusement ses griffes dans le dos, a lui frotter la tète contre le dos... Finalement, la jeune femme arrêta son cheval.

"Ecoute. Je sais, tu as peur, moi aussi. Mais on a besoin de nous alors on y va. Je ne suis pas une lâche et toi non plus, d'accord?"

Laborieusement, elle transféra sa Puce, qui n'est plus trop sa petite, devant elle. Ce n'était pas confortable, ce n'était pas stable, mais au moins, comme ca, Rinnerl était un peu plus calme.

Pendant ce temps, les grises devenait sérieusement... grises, pardonnez le jeu de mot pourris. Elles semblaient pareillement écrasées par quelque chose et semblaient avoir perdu leur colonnes vertébrales quelques part, avachies comme elles l'étaient. Or, ni l'une ni l'autre étaient sujette a l'avachiement. Conclusion: C'était très mauvais signe. Elles avaient une autre raison d'avoir peur. Autre que celles d'Isabeau (vous voulez vraiment que je les répète?). Ok. Là, ce n'était plus un mauvais pressentiment, c'était une mauvaise certitude.



Enfin, le groupe déboucha dans une clairière où la première chose que vit Isabeau fut, sacrilège!, des pages à moitié brisé. En un an d'amitié avec Barrn, son respect des livres était doucement devenu amour. La colère chassant la peur, elle fit trottiner son cheval jusqu'aux lieux des sévices... Et vit la petite fille. Alors seulement elle identifia le sang séché. Une nausée monta, presque incontrôlable. C'était... un... une petite fille! Égorgée! Mais qui? Comment! Comment faire une chose pareille à un etre innocent! C’était le premier contact d'Isabeau de Girier avec la mort violente. Et elle aurait préféré ne jamais voir ce jour. Elle hésitait entre hurler et galoper loin et vomir contre un arbre.

Elle n'avait pas fait de choix quand une silhouette apparue, dissipant un peu l'hystérie naissante d'Isabeau... avant que la gaffe du fantôme ne dissipe le reste. Rien de tel que de se concentrer sur les détails. Genre... Le couple de l'héritier était il secret ou pas finalement? Parce que deux personnes (enfin...) le déclarant publiquement... en une heure... Pourquoi ne pas filer à Saskia la couronne direct? Ce serait bien plus simple. La dite Saskia alla d'ailleurs hurler a la mort.

Isabeau serait bien allé l'aider, mais la boule de poil préférée était devenue soudain très agressive envers l'apparition et elle dut la saisir par la peau du coup pour éviter qu'elle ne saute sur les mortes... et soudain, Rinnerl de figea puis enfouie la tète dans le ventre d'Isabeau, tremblante.

La scribe jeta un regard a la pierre et son sang... séché... là depuis combien de temps? Le cadavre semblait bien plus récent, non? Et surtout... Il n’était pas sur la pierre... D'ou venait le sang sur la pierre?

...

"Par les couilles de Vanyel! Ils viennent régulièrement!"

La jeune femme fit volter son cheval et le plaça de manière à emprisonner ses amies entre elle et leurs compagnons. Elle manœuvrait son cheval de manière à les pincer progressivement entre les montures.

"A cheval, les filles, vite, vite! Rinnerl a entendu un truc! Je ne sais pas quoi, mais c'est dangereux! A cheval! Vite! Mais grouillez vous, bordel!"

Oh... Cette atroce certitude...
« Modifié: 01 janvier 1970, 01:00:00 par Guest »
Moi, dans ma tete, on est trois. Et on s'étonne de ma consommation d'anti-migraineux...
Je traite la paperasse du heraut du Roi et le la Magicienne Sourcedésert. Par ici les mp!

Elbereth

  • Mages
  • Compagnon Mage (et bonne compagnonne)
  • Messages: 479
    • Voir le profil
  • Fiche: Parchemin
  • Compagnon ou Familier: Dellaria
  • Âge: 27 ans
  • Langues: Iftélien (LM), Valdemaran (B), Rethwellanais (I)
Re: [Equipe 1] Après les Marches, la marche.
« Réponse #10 le: 26 juillet 2011, 14:08:36 »
[justify:2rf9o675]La jeune femme était inquiète. Cela faisait à présent plusieurs minutes que des messes basses s'échangeaient, et qu'ils restaient immobiles à attendre de savoir ce qu'il se passait. Toute son attention se concentra sur le Capitaine Beltran, lorsque celui-ci s'éclaircit la voix et... son cœur manqua un battement, alors qu'il mentionnait le nom de sa Sœur d'Esprit. Par les Dieux, il devait lui être arrivé quelque chose ! Le temps qu'elle se reprenne, il l'avait repérée et invitée à les rejoindre.

Ce qu'elle fit sans plus attendre. Inquiète, elle vit un héraut appeler aussi Isabeau, Mina et Saskia à venir. Mais par le ciel, que se passait-il ? Les filles avaient l'air aussi soucieuses qu'elle. Le groupe se mit en route silencieusement pénétrant peu à peu dans la forêt profonde. L'apprentie frissonna d'angoisse, un mauvais pressentiment quant à ce qui les attendait. Pour ne pas trop se fixer sur l'oppression qu'opéraient sur eux la forêt, elle se mit à réfléchir. Qu'était-il advenu de sa liée ? Elle était presque sûre que si quelque chose de grave lui était arrivée, la jeune femme l'aurait senti malgré la distance. Du coup, elle ne savait pas trop à quoi s'attendre... Ce qui en outre, ne fit rien pour la rassurer.

Soudain, ils débouchèrent dans une clairière. Elbereth vit la pierre maculée de sang, les bouts de parchemins (des sorts ?), le tas de cendres... Elle descendit de cheval, et comme demandé, elle commença à contourner la pierre... et se figea devant l'horrible et affreuse scène qui s'offrait à eux, à elle. Qui... que... Comment ? Comment pouvait-on atteindre à la vie d'un si petit être, dénué de toute malveillance et plein d'innocence ? Elle ne mit pas longtemps à faire le lien entre magie, meurtre et sang... Elle en avait lu assez sur le sujet pour savoir ce que cela signifiait.

Un sanglot déchiré dans son esprit la fit revenir au présent, et elle réalisa que Del' était là, couchée près du cadavre de la fillette, attristée et désespérée, épuisée, comme jamais elle ne l'avait sentie. Faisant fit de tout le reste, elle se précipita vers la ratha et s'agenouilla près d'elle, une main posée sur sa tête, elle chercha une blessure qui aurait pu la maintenir clouée au sol, mais n'en trouva pas. Alors, elle passa ses bras autour du coup de sa Sœur d'Esprit et enfouit sa tête dans sa fourrure un instant, partageant avec elle sa peine, et tentant tant bien que mal de soulager son chagrin et sa douleur physique et mentale. Quelques instants plus tard, elle se releva et regarda sa compagne dans les yeux :

-Qu'est-ce qui s'est passé Ashke ?

C'est alors que surgit un esprit, ce qui lui fit tourner le visage. L'esprit, de la forme d'une femme, dit quelque chose à Saskia, qu'elle ne comprit pas tout de suite, encore un peu sonnée par tout ce qui arrivait en même temps. Princesse ? Quant au reste, ça n'eût pas beaucoup plus de sens... Elle observa l'échange qui sembla se faire entre le fantôme et sa liée sans qu'elle en entende un mot. Puis l'apprentie vit Saskia tomber, en proie à une crise de panique ? De chagrin ? Elle ne savait pas. Et la ratha rechercha à nouveau son attention, qu'elle donna pleinement. Elle murmura :

-Dellaria...

Elle vit à peine la disparition des deux fantômes, celui de la dame et celui de la fillette. Par contre, la fumée sur la pierre attira son attention. Qu'était-ce donc ? L'apprentie mage sursauta au cri et à l'appel d'Isabeau. Qu'est-ce qui pouvait bien faire paniquer ainsi sa kyree ? Elle hésita une seconde, ne sachant que faire, et ne voulant pas abandonner sa liée. Elle aussi sentait un truc pas net, et interrogea la ratha du regard...[/justify:2rf9o675]
« Modifié: 30 juillet 2016, 21:05:22 par Thalyana »

Héraut Arthon

  • Hérauts
  • Roi des Violettes
  • Messages: 1318
    • Voir le profil
  • Fiche: Charte royale
  • Compagnon ou Familier: Ryis
  • Âge: 40 ans
Re: [Equipe 1] Après les Marches, la marche.
« Réponse #11 le: 27 juillet 2011, 19:38:33 »
Chacun réagit différemment à l'approche de la clairière. L'angoisse monta, et submergea bientôt la plupart des spectateurs de la scène quand ils découvrirent le corps. Entre les nausées, les gémissements, les crises de paniques, chez les plus jeunes et inexpérimentées, et les haut-le-coeurs ou soupirs déchirants chez les autres, la clairière résonnait des éclats des humains... et des animaux. Rinnerl n'appréciait guère la situation, et Dellaria fit un bruit ressemblant un gémissement. Quant aux personnes non-humaines et surtout non-vivantes, leur apparition, leurs paroles, et leur disparition n'aidèrent pas le petit groupe à se calmer.
Ellia avait dévoilé des secrets de polichinelle, certes, mais certains d'entre eux n'étaient pas au courant... Beltran était resté sans voix, un muscle de sa joue saillant, seul signe de son émotion. Il finit par les regarder tous, un à un, d'un air grave et solennel comme s'il prenait la mesure de leur peine et de leur engagement. Saskia et Irmingarde, les deux Grises, à terre, reçurent plus que leur part de regard, et le Capitaine vint en personne les relever. C'est près d'elle qu'il affirma haut et fort:

"Je ne laisserai rien ni personne nous empêcher d'atteindre notre but. Ellia était mon amie dans la vie, elle l'est encore dans la mort. Prenez note de ce qu'elle vous a dit, je pense qu'elle nous met en garde. Vous serez tous ma famille dans cette épreuve, et je serai là pour vous. Et je propose que les valides s'occupent de donner une sépulture décente à l'enfant."

Aux jeunes femmes il ajouta presque chaleureusement, ce qui semblait étrange dans sa bouche:

" Elle avait l'air apaisée, avec Ellia. Elle est morte dans la douleur, mais maintenant elle est bien, j'en suis sûr."

Et lui qui ne croyait en aucun dieu, et en tous à la fois, semblait ébranlé. Une seconde. Puis il redevint Beltran et laissa les deux Grises gérer seules.
Au même moment, Dellaria répondait à sa Liée avec tristesse:

J'ai essayé de l'empêcher de partir... Elle n'était pas morte encore quand je suis arrivée, il lui restait un soupçon de vie... J'ai échoué... Je n'ai pas pu... J'ai sauvé uniquement le petit...

Et l'appel d'Isabeau retentit, faisant sursauter tout le monde. Dégainant, ainsi que l'éclaireur et le Héraut, Beltran se précipita pour se mettre entre le groupe et l'endroit que désignait Isabeau par toute son attitude. Il regarda ses compagnons d'armes et demanda à tous de reculer. Sauf que Dellaria était trop faible pour bouger... Que les Compagnons refusèrent de reculer pour se mettre en position de qui-vive (pas vraiment d'attaque mais prêts à bouger), et que Rinnerl... se calma pour japer joyeusement vers Isabeau.

Pue le sang pas méchant. Pue le sang pas mort. Partir vite avec Pue le sang.

Un couinement jaillit soudain du buisson. Le Héraut se décida à y aller, prudemment, encouragé mentalement par son Compagnon moins sur la défensive.

"C'est quoi ça?" s'exclama-t-il soudain. Il se pencha, rengaina et ramassa quelque chose avant de se tourner vers les autres.

Le ventre nu barré d'une cicatrice visiblement fraîchement refermée, barbouillé de sang un garçonnet de quatre ou cinq ans fermait les yeux de terreur tenu à bout de bras par le Héraut. Son visage et son corps montraient des signes étranges qui semblaient sortir des vieilles légendes: nez félin, oreilles pointues et poilues, léger pelage...

Fait câlin! exigea Rinnerl dans l'esprit d'Isabeau.

Les Compagnons quant à eux semblaient choqués, et Ezarell comme Guerren hésitèrent:

C'est récent. Il était sûrement humain avant. Il est ...

Dellaria confirma: c'était bien lui qu'elle avait sauvé.
« Modifié: 01 janvier 1970, 01:00:00 par Guest »

Isabeau d'Armentières

  • Hérauts
  • Assistante Chroniqueuse
  • Messages: 640
    • Voir le profil
  • Fiche: Fiche de prêt
  • Compagnon ou Familier: Bethaniel - Rinnerl
  • Langues: [ Valdemaran - Karsite - Rethwellan - Iftelien - Sironien ]
Re: [Equipe 1] Après les Marches, la marche.
« Réponse #12 le: 29 juillet 2011, 21:46:21 »
Beltran enchaina sur les paroles du fantôme et déclara qu'ils étaient sa famille. Le cœur d'Isabeau rata un battement sans qu'elle puisse mettre un nom sur ce qui la traversait.

"Merci Capitaine. Je... Je..."

Les mots n'arrivant pas à sortir de sa gorge, elle finit par renoncer. Elle ne savait pas ce qu'elle voulait dire de toute façon. Elle était troublée. Et le pire, c'était qu'elle ne mettait aucun nom sur ce trouble. Elle tenta de le faire pourtant! Pendant que la mage parlait avec sa liée. Finalement, elle laissa tomber et  s'apprêtait à descendre de cheval pour enterrer la petite quand Rinnerl donna l'alerte... puis jappa joyeusement. Oula... Ce n’était pas un peu étrange, ca? Si, hein? Ca plus les paroles de la Kyree...

Qui s'expliquèrent tout de même quand le Héraut sortit des buissons... un garçon chat, a la stupéfaction de tous. Isabeau se souvenais d'une mention de ce truc, en histoire... Un modifié! Et un gamin surtout. Sentant venir l'embrouille a mille lieux à la ronde, Isabeau se hâta de mettre les choses au point très dignement:

"Rinnerl, que je vais plonger dans le ruisseau le plus proche pour nous avoir fait un coup pareil dit que c'est pas méchant, pas mort et qu'il faut partir. Mais ca ce n’est pas significatif, s'il n'en tenait qu’à elle on serait encore avec la caravane. Par ailleurs, si quelqu'un se dit que puisqu'on a déjà une nourrice a boule de poil, on peut lui en filer un autre, il peut se brosser. Par ailleurs, Rinnerl, non, je ne ferais pas de câlin a un garçonnet étrange découvert dans une clairière étrange ayant accueillit des rites étrange ! Et barbares."


Et, vexée comme un pou d'avoir paniqué, elle s'éloigna du groupe, c'est à dire qu'elle alla examiner délicatement les parchemins épargnés par les flammes. Puis elle réalisa qu'elle avait dit à voix haute les sarcasmes qu'elle avait pensé tout bas, elle rougit jusqu'aux oreilles. C'était Beltran et sa pote fantôme, ca; Ils l'avaient perturbé.
« Modifié: 01 janvier 1970, 01:00:00 par Guest »
Moi, dans ma tete, on est trois. Et on s'étonne de ma consommation d'anti-migraineux...
Je traite la paperasse du heraut du Roi et le la Magicienne Sourcedésert. Par ici les mp!

Héraut Irmingarde

  • Hérauts
  • Flamme humaine
  • Messages: 1485
    • Voir le profil
  • Fiche: Chaud devant!
  • Compagnon ou Familier: Ezarel
  • Âge: 24 ans
  • Langues: Valdemaran - Karsite - Rethwellan
Re: [Equipe 1] Après les Marches, la marche.
« Réponse #13 le: 07 août 2011, 21:08:42 »
En dépit de l'horreur de la situation, la phrase de Beltran gonfla le coeur d'Irmingarde de réconfort. Elle qui avait quitté une très (trop) grande fratrie qui ne lui apportait aucun amour et avait gagné, en plus d'un Compagnon, une famille de coeur, avec qui elle n'avait aucun lien de sang mais tellement plus importante pour elle que ceux qui en avait, tellement plus précieuse. Elle espérait que tous arrivaient à comprendre ça, même si elle ne le disait pas, elle espérait que chacun puisse sentir ce qu'elle ressentait à cet instant, par empathie, ou n'importe quoi d'autre.
Il était juste tellement regrettable qu'elle s'en rende compte devant une scène pareille.
Quand le capitaine ajouta qu'elle était morte dans la douleur, Mina eut une grimace amère, et ses lèvres tremblèrent d'une envie de pleurer qu'elle contint malgré tout. Elle murmura plutôt:

"Un enfant est trop précieux pour mourir de cette façon, pour mourir tout court, qui a osé utiliser l'innocence de cet être pour faire des choses affreuses?"


Elle promena son regard partout autour d'elle, comme si le coupable allait se dévoiler. Mais rien ne se passa, évidemment.

"Si quelqu'un veut bien m'aider, essayons de donner les derniers sacrements des dieux à cette enfant."

Elle se releva maladroitement, essayant de cacher les tremblement de ses mains. Mais soudain, elle s'arrêta dans sa démarche, alertée par Ezarel sur quelque chose d'encore plus étrange.
Ignorant l'ordre du Capitaine, elle s'approcha de quelque pas pour poser sa main sur le croupe de son Compagnon et lui apporter un peu de réconfort, doublé de sa curiosité à voir ce qu'il se passait.
La curiosité est un vilain défaut, c'était certain, et Mina le sut dès l'instant ou apparut ce qui avait du être un petit garçon.
Elle fit plusieurs pas en arrière en murmurant, répondant aux paroles de son Compagnon "Il est...":

"... un  modifié!"


N'avons-t-on pas été assez horrible avec la petite fille pour ensuite jouer avec ce petit garçon? Il l'effrayait, car même si elle ne pouvait pas le sentir, il transpirait, par la nature même de son apparence, la magie, et la magie sale, abjecte, mauvaise...
Et puis que faisait-il là? Les cours d'Histoire qu'on lui avait donné au Collegium lui avait appris que ce genre de créatures se trouvaient essentiellement sur les terres des Pelagirs, là où la magie avait été pervertie, et surveillé par les Shin'ain ou les hommes aux oiseaux.

"Que fait-il si loin de chez lui? Qui a osé?"

Oui, qui avait osé?
« Modifié: 01 janvier 1970, 01:00:00 par Guest »

Héraut Saskia

  • Hérauts
  • Messages: 485
    • Voir le profil
Re: [Equipe 1] Après les Marches, la marche.
« Réponse #14 le: 10 août 2011, 12:49:40 »
[justify:1krfcotw]Saskia accueillit Irmingarde, son étreinte, avec l'avidité de la demoiselle qui coule et à qui on jette une bouée. Sa compagne grise la ramena à la réalité, et petit à petit, sa détresse intérieure reflua. La tristesse était toujours présente, le vide aussi... Elle aurait donné n'importe quoi pour être en ce moment dans les bras de son Lié pour la vie, histoire de palier à un autre manque affectif. Pourtant, elle finit par se relever, et n'osa pas regarder Beltran, lui qu'elle s'était juré d'aller voir pour parler... Etait-ce vraiment nécessaire maintenant que tout - ou presque ? - avait été dit ? L'estomac de Saskia se rebella une nouvelle fois à l'idée de creuser une sépulture, pour un enfant qui sait.

C'est pas avec une sensibilité à fleur de peau comme ça qu'elle allait faire un bon héraut ! Encore moins une bonne princesse ! Respirant par grande goulées pour remplir ses poumons et s’apaiser... Hélas, la réaction excessive de la Noble De Girier raviva ses craintes. Saskia se colla à son Compagnon, à l'affût de la moindre menace, regardant autour d'elle. Qu'est-ce qui allait leur tomber dessus, maintenant ? Décidément, l'adrénaline n'était pas le truc de la DeFeriel. Son coeur battait la chamade. Elle n'avait rien pour se défendre sous la main, et elle se trouva frustrée d'être aussi dépendante des autres membres du groupe !

Mais heureusement, ce ne fut pas une attaque de ceux qui avaient commis ce carnage plus tôt. Une petite chose apparut dans les buissons, et Saskia fronça les sourcils, comme si elle ne croyait pas ce qu'elle voyait. Qu'est-ce que c'était, "ça" ? Personne n'osait aller vers le modifié. Bien, qu'y avait-il à faire ? Rendre les derniers sacrements et enterrer la petite fille morte ? Saskia n'était pas sur que vider son estomac sur la gamine ou dans sa fosse serait lui rendre un dernier hommage. S'approcher du brasier pour regarder des bouts de papiers calcinés avec Isabeau ? Pas sûr qu'elle supporte l'odeur très longtemps...

Il ne restait qu'à s'occuper du garçonnet. Saskia reprit du poil de la bête en voyant la façon dont le Héraut souleva à bout de bras le garçonnet terrorisé. Elle s'approcha et fronça les sourcils à l'intention de ce qui était techniquement, son supérieur, avant de prendre le petit garçon dans un geste maternel. D'ailleurs, la demoiselle s'assit à terre et étreignit doucement le modifié. Pas question, pour le moment, d'inspecter sa cicatrice, ou pour voir s'il était blessé ailleurs. Saskia pensait qu'il avait besoin, avant tout, d'être rassuré.

Ses bras, autour de lui, ne le serraient pas trop, pour qu'il ne se croit pas prisonnier. Elle murmurait des "Chut", et des "Tu es en sécurité, maintenant." Saskia lui caressaient tendrement les cheveux d'une main, et du menton, essayant de ne pas toucher ses oreilles de chat - peut-être étaient-elles sensibles, et qu'elle lui ferait mal... Quand elle sentit qu'elle pouvait parler un peu plus, Saskia prit la parole, toujours dans un murmure  

- Je m'appelle Saskia. Tu n'as rien à craindre avec nous, je te le promets. Comment t'appelles tu ?[/justify:1krfcotw]
« Modifié: 01 janvier 1970, 01:00:00 par Guest »