Auteur Sujet: [Fleur/Noam] Parenthèse coupable  (Lu 1767 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Conteur

  • Plume de scénario
  • Messages: 279
    • Voir le profil
Re : [Fleur/Noam] Parenthèse coupable
« Réponse #15 le: 05 mars 2017, 10:04:44 »

PNJ: Héraut Noam

Le comportement des Hérauts avait toujours posé problème à la noblesse de Valdemar. Grande gagnante de cette société fortement hiérarchisée, elle ne tolérait pas de voir des parvenus mal éduqués se hisser à un rang égal, voire supérieur. Que les Hérauts fussent libres en actes et en pensée, voilà qui était bien difficile à digérer pour les nobles.
 
«N'importe quoi? Tu veux dire se comporter selon un code moral plutôt que social?»

Car là était le point d'achoppement. Les Hérauts suivaient un code moral très strict. Mais en échange, ils pouvaient vivre comme bon leur semble, déliés des contraintes de l'ordre social. Une noble pouvait épouser un bâtard né dans le ruisseau sans que personne n'y trouve à redire... parmi les Hérauts, tout du moins. Et l'hédonisme — réel ou supposé —  et la liberté sexuelle des Hérauts étaient intolérables pour cette caste aux règles rigides qu'était la noblesse.

Parler de Owen permettait à Noam de découvrir une nouvelle facette du caractère de la jeune femme, facette qu'il n'était pas certain d'apprécier. Le rire sans joie, désabusé de Fleur lui fit mal. Une fois encore, Noam ressentit de la colère contre cet homme qui faisait souffrir la jeune femme par ses travers. Il ne la méritait pas.

«Je vois... Il est donc l'exemple des ravages que peut causer une tolérance trop grande.» Il hocha la tête, l'air convaincu. «Apprendre à faire ce qui nous déplaît, c'est essentiel pour devenir des adultes responsables.»

Et donc, Owen n'était pas un adulte responsable. C'était un simplet immature et répugnant.

Fleur accepta de monter normalement, directement sur une couverture. Cela fit plaisir à Noam. Il n'aimait pas les femmes qui faisaient trop de manières et ne savaient pas s'adapter.

«Oui, c'est haut. Plus haut qu'une jument. Elle tient la comparaison avec la plupart des étalons.» Il sourit. «Et j'imagine que, par ta condition de jeune noble délicate, tu n'es jamais monté sur un étalon. On ne sait jamais, sa virilité fougueuse aurait pu t'inspirer des pensées bien impures.»

Noam se moquait gentiment. Il avait une fois entendu un chaperon énoncer cette idée d'un ton très docte et convaincu. Il s'était demandé dans quel esprit pervers une telle idée avait pu naître. Car sérieusement, quelle femme pourrait être excitée à la vue d'un étalon?

:Moi... enfin, si l'étalon est un Compagnon, évidemment.:
:Bécasse.:


Athor parcourut une vingtaine de mètres avant de faire demi-tour pour revenir vers Noam. L'espace dégagé devant le Relais n'était pas très grand, et pour faire une vraie balade, il aurait fallu revenir sur le sentier, ce qui n'aurait pas été très discret.

Noam aida Fleur à descendre puis celle-ci s'intéressa à ses envies pour la suite. Il sourit avant de répondre:
«Des projets? Eh bien, ceux que tu me proposeras, belle Rose. Je ne suis que ton humble serviteur.»

Il lui fit un délicat baise-main.

«Mais si tu as faim, je peux te pêcher un poisson dans la rivière qui se trouve un peu plus bas, et le faire griller pour toi sur un petit feu? Je peux même t'apprendre à pêcher, si cela t'intéresse. Ou alors nous pouvons retourner à l'auberge. Comme tu préfères.»

Fleur de Trevale

Re : [Fleur/Noam] Parenthèse coupable
« Réponse #16 le: 15 mars 2017, 23:06:16 »
"Moral et social, c'est presque la même chose pour nous" sous-entendu les Nobles et bourgeois, "bien que le sens moral... heureusement que tout le monde n'assume pas le sien en public. Savais-tu que j'avais été brièvement fiancée à Arsène Krohp? C'est à ce genre de personne que je pense quand on parle de sens moral... perverti."

Avec une tendresse qui l'a surprit elle-même, Fleur caressa le bras de Noam et répondit à son analyse du caractère d'Owen avec une ironie mordante:

"Ou alors, il suffit d'avoir un bon régisseur. Trevale a un très bon régisseur."

Elle fit un sourire charmant et espiègle et ajouta:

"Et une femme intelligente, non?"

Car si Fleur donnait un héritier à Trevale, elle deviendrait quelqu'un d'important, qui devrait prendre des décisions, qui devrait faire avance le clan Trevale, faire briller leur nom. C'était pour ça qu'elle voulait cet enfant, et pas par une soudaine envie de pouponner.
Et Dieux que cette décision se révélait... plaisante!

Une promenade à dos de Compagnon, et des heures de plaisir dans les bras d'un homme aimant lui en donner, c'était presque trop la récompenser de ce qu'elle faisait !
Elle fit un léger bruit de gorge ressemblant à un roucoulement quand il lui fit son baise-main et lui dit:

"Oh oui, je veux te voir pécher. Moi non, je... non."

Elle fit une grimace de dégoût toute féminine, qui se transforma en sourire coquin.

"Je veux que tu pèches et cuisines pour moi, puis nous rentrerons et je te remercierai pour ça!"

Son sourire s’agrandit, et ses yeux brillèrent d'anticipation.

Conteur

  • Plume de scénario
  • Messages: 279
    • Voir le profil
Re : [Fleur/Noam] Parenthèse coupable
« Réponse #17 le: 19 mars 2017, 13:19:34 »

PNJ: Héraut Noam

Noam ne connaissait pas ce nom. Ce qui n'avait rien d'étonnant, car il vivait assez peu à la cour. Il préférait la vie sur la route. Tout était tellement plus simple.

«Arsène Krohp? Que faisait-il? Il se rendait ouvertement dans des lieux de plaisir? Ou il entretenait publiquement une maîtresse?»

À entendre le ton dégoûté de Fleur, ce devait être au moins cela. Pire, Noam peinait à l'imaginer. Même les plus débauchés se devaient de préserver un minimum leur réputation.

Fleur ne semblait plus se faire d'illusion sur son époux. Et elle s'en accommodait. Cela forçait le respect. Difficile de la voir comme une victime, pas avec ce sourire et cette assurance. En épousant un demeuré congénital, Fleur s'était assurée de devenir un jour une femme puissante.

«Très intelligente même. Il ne sait pas la chance qu'il a.»

L'amertume transparut dans sa voix. Il avait pourtant tenté d'imiter le ton espiègle de la jeune femme, mais ses vrais sentiments avaient néanmoins pris le dessus.

Heureusement la conversation revint bien vite sur un sujet plaisant.

«Oh, pêcher serait-il trop bourgeois pour une noble dame telle que toi?» Il lui fit un magnifique sourire. «Je croyais que certaines dames nobles se piquaient de chasser. Pas toi?»

Il se doutait bien que Fleur n'avait aucun intérêt pour ces activités-là. D'une part elles étaient physiquement exigeantes, mais en plus on risquait de se salir. Et Fleur était plutôt une plante d'intérieur.

Noam se tourna vers Athor pour lui enlever la couverture. Puis il alla rapidement dans le Relai pour prendre le matériel de pêche qui s'y trouvait. Cela faisait partie de l'équipement conventionnel d'un relai; on y trouvait de quoi pêcher, chasser, et même de quoi semer si cela s'avérait nécessaire. La canne à pêche n'était pas aussi bonne que celle qu'il emportait avec lui habituellement, mais il saurait s'en satisfaire. Un bon pêcheur devait savoir se contenter de n'importe quel matériel.

Il passa devant Fleur et lui fit signe de le suivre. Ils entendaient déjà le bruit de l'eau, et en effet, quelques dizaines de mètres plus loin serpentait une rivière. À cette saison, le courant était encore rapide. D'ici quelques dizaines, ici ne s'écoulerait plus qu'un mince filet d'eau.

Noam s'assit sur une pierre pour préparer son hameçon. Puis il lança sa ligne.

Fleur de Trevale

Re : [Fleur/Noam] Parenthèse coupable
« Réponse #18 le: 28 mai 2017, 09:20:57 »
Fleur n'était pas étonnée que Noam trouve si vite ce qui avait cloché chez Arsène. En tout cas en surface.
Elle grimaça:

"Une maîtresse? Non, il ne pouvait pas se le permettre alors qu'il courtisait la famille Arkadia. Les bordels oui. Mais pas les bordels connus et reconnu, enfin pas seulement."

Fleur n'était plus innocente. Elle connaissait certaines habitudes des hommes, habitudes qu'elle récriait... avant.
Avant, elle trouvait ça scandaleux d'aller chercher son plaisir ailleurs. Et puis elle avait découvert un monde entier fait de mariage sans amour et même sans désir, et le désir lui-même. Voilà qui changeait la donne. Depuis Noam, elle en était même venu à espérer qu'Owen se rendre dans ce genre de lieu pour lui laisser un peu de répit, mais peine perdue. C'était elle qu'il aimait, pas seulement le fait d'aimer faire l'amour.
Tout ça pour dire qu'elle connaissait les noms des établissements les plus fréquentés, en partie. Mais...

"... tu vois de quelle genre de maison je parle? Les endroits... cachés, illégaux, où sont réalisés les fantasmes les plus sombres, et Arsène n'en manquait pas. Il m'épouvantait."

Il l'aurait broyé, elle n'en doutait pas.
La jeune femme perçut l'amertume dans la voix de son amant. Ce qui la touchait, autant que cela lui serrait le coeur. Inutile de se bercer d'illusion ou de se voiler la face. Noam souffrait déjà se la savoir hors de portée, ce serait pire quand elle mettrait fin à leur idylle.

"Chasser? Ah non, certainement pas! Je suis prête à me plier à bien des traditions nobles, mais chasser une bête, l'épuiser, et la tuer? C'est de la torture à mes yeux." répondit-elle à sa question, la voix tremblante.

Et fort heureusement pour elle, la chasse se déroulant à cheval la plupart du temps, Owen n'y participait jamais.
Mais regarder Noam pécher était à sa portée.
Pour sa part, elle retira ses chaussures, dénuda ses pieds et en mit les extrémités dans l'eau. Puis elle posa sa tête contre l'épaule droite de Noam.

"Qui t'a appris à pécher? Tes parents? Les Hérauts ?"

Conteur

  • Plume de scénario
  • Messages: 279
    • Voir le profil
Re : [Fleur/Noam] Parenthèse coupable
« Réponse #19 le: 06 juin 2017, 15:54:48 »

PNJ: Héraut Noam

«Tu veux dire qu'il allait se faire fouetter? Ou bien préférait-il le faire lui-même?» Il se retint d'éclater de rire. Cela n'aurait pas été très sensible eu égard à la peur de Fleur. «Un homme charmant. Heureusement que tu ne l'as pas épousé.»

Même si alors elle n'aurait sans doute pas eu les mêmes scrupules à tromper son mari. Tromper une ordure ou un handicapé mental, ce n'était pas exactement la même chose.

Fleur réclama de le voir pêcher, et Noam la taquina sur le manque de raffinement de cette activité. Il en profita pour s'enquérir des loisirs de la dame. Qui déclara alors que la chasse n'était rien de moins que de la torture. Cette déclaration laissa Noam un instant sans voix. Puis il sourit. Fleur était peut-être une tête de linotte, mais elle avait du cœur et parfois une analyse des choses aussi candide et pertinente que celle d'un enfant.

«C'est vrai que la chasse pratiquée par les nobles n'a plus grand-chose à voir avec la survie. Personnellement, cela ne me pose pas de problème de chasser pour me nourrir.»

Et heureusement! Quand on se retrouvait coincé dans un Relais, il était agréable d'agrémenter le quotidien d'un peu de viande fraîchement chassée.

Il ne lui fallut qu'un instant pour se préparer à pêcher et il fut bien vite installé au bord de l'eau, Fleur lui tournant autour tel un colibri.

«Mes parents? Aucune chance! Nous sommes une véritable famille de citadins! Je n'avais jamais vu une vache avant d'aller aux Fermes Familiales. Non, j'ai appris à pêcher auprès d'une collègue, Méra. Elle a grandi près d'un lac. Elle nage comme un poisson. Elle nous a appris à nager, à Keldran et à moi.» Il rit. «Je ne sais pas comment il a fait, Kel', pour attirer l'attention de Méra. Il a trois ans de moins qu'elle. Avant vingt ans, ça peut faire beaucoup, comme différence d'âge.»

Il jeta un regard amusé à Fleur qui batifolait dans l'eau.

«Tu réalises que tu me rends la tâche plus difficile si tu viens troubler l'eau?»

Fleur de Trevale

Re : [Fleur/Noam] Parenthèse coupable
« Réponse #20 le: 31 juillet 2017, 13:57:28 »
Fleur grimaça et avoua du bout des lèvres.

"On l'a suivi dans Haven pour prouver à mon père qu'il n'était pas un homme bien, et on l'a débusqué... à l’Écuyère."

D'un geste impatient de la main, elle essaya de chasser cette déplaisante conversation et la discussion au sujet de la chasse faisait bien l'affaire.

"C'est normal, oui, mais moi, je n'ai jamais eu faim je crois, tout arrive sur ma table sur simple demande."

C'était une constatation naïve, même pas vaguement ironique. Fleur ne remettait en question que ce qui pouvait la troubler elle, à un instant donné. Une forme d'égoïsme candide.
Cancaner sur l'âge des couples de Valdemar, en revanche, c'était sa spécialité !

"Trois ans? Bah, je suppose que ça fait beaucoup à un moment oui, mais je comprends cette Mera, tu ressembles à ton frère, et j'ai du mal à t'imaginer dans le genre gringalet, même vers seize ans ! Tu as quel âge d'ailleurs ? Enfin, des différences d'âge bien plus grandes se trouvent facilement à Haven. Déjà, dans les couples de la noblesse, j'ai quantité d'amies mariés à de vieux veufs. En général, les hommes attendent avant de se marier, et préfèrent alors des femmes plus jeunes. Après, tu as aussi le Capitaine Beltran, lui il a carrément une femme qui a la moitié de son âge, une de tes soeurs de cercle d'ailleurs. Cela dit, c'est vrai que c'est rarement la femme la plus vieille."


Un léger courant dans l'eau chatouillait ses pieds nus, et elle rit à la remarque de son amant:

"Il n'y a que l'eau que je trouble?"

Puis elle ponctua sa question d'une moue suggestive.

Conteur

  • Plume de scénario
  • Messages: 279
    • Voir le profil
Re : [Fleur/Noam] Parenthèse coupable
« Réponse #21 le: 02 août 2017, 08:45:45 »

PNJ: Héraut Noam

« À l'Écuyère? Est-ce bien l'établissement auquel je pense? Quelle horreur. » Il eut un sourire amusé. « Je peine à t'imaginer en espionne suivant son fiancé dans les rues de Haven. J'aurais aimé voir ça. »

L'image de Fleur, toute de noire vêtue, naquit dans son esprit, le faisant rire. Vraiment, il était difficile d'imaginer la jeune femme en train de filer quelqu'un. Elle était si... bruyante.

Noam avait fréquenté un nombre certain de nobles, pendant sa formation. Parmi les Hérauts, on en trouvait déjà un certain nombre. Il oubliait donc souvent tout ce qui le séparait d'un vrai noble, celui qui n'avait jamais levé le petit doigt dans sa vie.

« Je n'ai jamais eu faim non plus. Par contre, je devais aider ma mère. Et ensuite, au Collegium, j'ai eu ma part de corvées, évidemment. Je me suis souvent retrouvé en cuisine. Il faut dire que j'étais un des rares garçons à ne pas être totalement empoté. »

Et il aimait cuisiner. C'était relaxant et cela permettait de se vider la tête.

La conversation dériva jusqu'à parler de pêche et de Méra. Fleur lui posa alors une question qui l'amusa. Ne s'était-elle aucunement renseignée? À l'entendre, non.

« J'ai 33 ans cette année. » Il sourit. « Et rassure-toi, j'ai été un gringalet. Quant à Keldran, il a toujours été plus fin que moi. Ceci dit, je pense que ce sont ces mots plus que sa gueule qui ont séduit Méra. Tout le monde semble penser que mon frère utilise son beau visage pour séduire, mais son arme secrète, ce sont les mots. » Il sourit. Puis revint sur une déclaration de Fleur. « Ce n'est pas sa femme. Mina, je veux dire. Elle n'est pas la femme de Beltran. Elle ne le sera jamais, d'ailleurs, si on l'écoute. Et sérieusement, je doute que la Matriarche Greenhaven tolère une telle mésalliance. Un mariage morganatique, dans sa famille? Jamais de la vie. »

Pêcher avec une jolie jeune femme qui jouait dans l'eau n'était pas évident. Surtout quand celle-ci s'amusait à vous déconcentrer. C'est pour cela qu'il répondit d'un ton très neutre à sa question mutine.

« Tu troubles sans doute les poissons aussi. »

Fleur de Trevale

Re : [Fleur/Noam] Parenthèse coupable
« Réponse #22 le: 07 août 2017, 14:46:21 »
"Ah les corvées, je connais, j'y ai eu droit aussi! Même si je l'avoue, j'en ai déchargé une partie sur des personnes serviables!"

Fleur ponctua son aveu d'un grand sourire enjôleur, le genre de sourire qu'elle adressait à ceux à qui elle essayait de refiler ses corvées, à l'époque. Souvent des jeunes hommes d'ailleurs.

"Trente-trois ans ?! J'en déduis que ta condition de Héraut t'entretient, car tu ne les fait pas! Et si tu as été gringalet, personnellement, c'est tel que tu es que je t'apprécie!"


Elle passa une main sur un de ses bras, épousant les muscles, soupirant d'aise. C'était autre chose que toute la graisse tremblotante d'Owen !
En tout cas, elle, ce n'était pas le type de femme à être séduite avec des mots, et préférait de loin le charme tout particulier du corps de Noam contre le sien. Rien que le fait d'y penser la rendait presque excitée, et elle se dandina un peu, se sentant à l’étroit dans son propre corps.

Il fallait au moins quelques ragots pour lui changer les idées!

"Je sais qu'elle n'est pas sa femme, mais c'est tout comme, vu qu'il cherche même pas à se marier. Je comprends pas pourquoi elle ne le convainc pas de passer devant l'autel d'ailleurs. Moi j'en connais pas mal qui donnerait beaucoup pour un tel patronyme ! Mais Dame de Greenhaven, opposée à un mariage entre eux? Ah? Penses-tu qu'elle serait capable de le clamer haut et fort?"

Ses yeux brillaient de curiosité. Personne ne savait trop ce qu'en pensait les parents du Capitaine, parce que le clan Greenhaven sortait rarement de se terres du Nord. Mais l'idée d'une confrontation familiale à Haven ça se serait on ne peut plus distrayant à voir !

Finalement, elle retira ses pieds de l'eau pour laisser les poissons venir se faire piéger, mais, incapable de rester tranquille plus de cinq minutes, elle reporta son énergie sur Noam en imaginant ce temps qu'ils allaient passer ensemble, tout ce qu'ils feraient, seuls, ah... Elle en avait la respiration qui s'affolait et sentait son pouls battre dans des endroits inappropriés.
Elle se colla contre lui, laissant ses mains courir sur son dos, ses bras, son torse...


Conteur

  • Plume de scénario
  • Messages: 279
    • Voir le profil
Re : [Fleur/Noam] Parenthèse coupable
« Réponse #23 le: 09 août 2017, 09:46:14 »

PNJ: Héraut Noam

« Trente-trois ans, c'est encore jeune, tu sais. À t'entendre, on dirait que je devrais déjà montrer des signes de vieillesse! »

Fleur était beaucoup plus jeune, certes. Mais pensait-elle vraiment qu'un homme de trente ans était si différent d'un homme de vingt ans?

Noam reconnaissait bien là la réputation de la jeune femme comme commère. Elle parlait avec enthousiaste de la vie privée de Beltran et de Mina. Certes, parmi les Hérauts aussi, cette histoire connaissait un certain succès. Mais le Cercle les considérait avant tout avec bienveillance. Fleur, elle, se réjouissait de la perspective d'un scandale.

« Je ne pense pas qu'elle ressente le besoin de se marier. Et tu sais, en tant que Héraut, elle n'a que faire des titres. Les plupart des Hérauts nobles abandonnent leur titre dès qu'ils sont confirmés. Nous n'en avons pas besoin. La couronne nous loge, nous habille, nous paie. Nous n'avons pas le temps de nous occuper d'un domaine. » Il avait à peine le temps de s'occuper de sa propre chambre. « Quant à Dame de Greenhaven, pour le peu que je la connais, je la vois mal faire un scandale en place publique. Par contre, une mise au point solennelle avec Mina ne me semble pas impossible. Mais c'est surtout Beltran qui risque de déguster. Il refuse de se marier et n'a aucune intention de laisser son titre à Ronan. Moi, à sa place, c'est pourtant ce que je ferai. Mais j'imagine que c'est pour cela que je suis Héraut et pas lui. Je n'ai aucun intérêt pour les titres, alors que lui semble attaché au sien. »

: Et tu oublies qu'il n'a aucun Don et qu'il est totalement barricadé, magiquement et psychologiquement. :

Une fois Fleur sortie de l'eau, Noam attrapa rapidement un poisson, puis un second. Ils n'étaient pas bien grands; il en faudrait encore plusieurs pour faire un repas décent. Il comptait simplement les passer dans la farine et les faire cuire à la poêle. C'était simple et bon.

La patience n'était pas le fort de la jeune femme qui revint vers Noam et entreprit de le déconcentrer en se serrant lascivement contre lui. Il l'entendait soupirer à son oreille et il sentit son cœur s'accélérer.

« Ta faim ne me semble pas de celles que quelques poissons puissent satisfaire. Préfères-tu que j'arrête et que nous retournions à l'auberge? »

Fleur de Trevale

Re : [Fleur/Noam] Parenthèse coupable
« Réponse #24 le: 10 août 2017, 07:15:10 »
"Je le sais, et je penserai sûrement la même chose... à ton âge!" conclue Fleur en faisant un clin d’œil malicieux.

Et puis, en ce qui le concernait, elle se félicitait de son âge, qui lui donnait l'expérience qu'elle recherchait dans ses bras.

"C'est vrai que ce serait plus logique de laisser le titre et les responsabilités à son frère qui doit les attendre, et qui doit en avoir assez de vivre dans l'expectative, après, je peux comprendre que Beltran souhaite continuer de jouir de ses droits d’aînés, malgré ses responsabilités. Ce n'est jamais agréable de voir sa place si courtisée. Regarde-moi, à Trevale, tous les cousins d'Owen sont suspendu à sa mauvaise santé, et le fait que nous... enfin... Ce n'est pas très agréable, oui. "


Elle n'en dit pas plus, mortifiée d'en avoir déjà trop dit à ce sujet. Elle refusait d'aborder ce problème avec Noam, trop dangereux.

Les poissons se multiplièrent, et Fleur sourit de la proposition de son amant:

"J'ai faim d'absolument tout, j'ai mal dormi chez les Soeurs, et mal mangé, elles ne sont pas réputé pour leur table. Mangeons et rentrons."

Spoiler: montrer
[pas certain qu'il y ait un intérêt à faire encore durer ce rp sauf si tu veux le jouer en alcove, ce qui me dérange pas.]

Conteur

  • Plume de scénario
  • Messages: 279
    • Voir le profil
Re : [Fleur/Noam] Parenthèse coupable
« Réponse #25 le: 14 août 2017, 21:15:07 »

PNJ: Héraut Noam

«Profite bien de ta jeunesse alors.»

Et c'était ce qu'elle faisait en choisissant d'entretenir une liaison avec un Héraut, alors qu'elle était mariée.

Ils parlaient de titres et d'héritage, et Fleur sembla soudain mal à l'aise quand elle mentionna sa propre situation. Noam fronça les sourcils, perplexe.

«Que vous...? N'ayez pas d'enfants? Ça viendra, rassure-toi.» Il sourit. «Et pour Beltran... je ne sais pas. Je n'ai jamais été dans cette situation, et ne le serai jamais. Mais je connais bien assez de Hérauts qui ont abandonné leurs droits. Certes, Beltran n'est pas Héraut, mais il est aussi accaparé par son travail que l'un d'entre nous.»

La quantité de poisson pêché était maintenant raisonnable et Noam décida que cela suffirait. Il peinait maintenant à se concentrer sur sa ligne. Les soupirs de Fleur et sa manière parfaitement impudique de se serrer contre lui avaient eu raison de son flegme.

«Alors je te prépare ça, et ensuite nous irons à l'auberge.»

[Rp clos]
« Modifié: 14 août 2017, 21:15:45 par Conteur »