Auteur Sujet: [ Equipe 3 ] Hardorn et vous  (Lu 2700 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Héraut Arthon

  • Hérauts
  • Roi des Violettes
  • Messages: 1317
    • Voir le profil
  • Fiche: Charte royale
  • Compagnon ou Familier: Ryis
  • Âge: 40 ans
[ Equipe 3 ] Hardorn et vous
« le: 10 juillet 2011, 15:47:59 »
Quelques temps avaient passé depuis l'apparition de la Déesse, et tout le monde commençait à s'habituer à l'idée qu'une déesse inconnue les guidaient plus ou moins vers des traîtres, des dieux et de la magie. Cela n'était pas forcément rassurant mais au moins tout le monde était d'accord qu'Aanor existait bien et que leur mission était utile. Obligatoire. L'apparition avait-elle renforcé le sens du devoir de tout le monde? En tout cas, chez Galadriel c'était le cas. Il menait son équipe prudemment mais rapidement. Après une exploration des contrées sud-est de Valdemar, quelques villages où on n'avait pas repéré trop de problèmes à part les prêtres qui ne pouvaient utiliser plus aucune magie, même pour guérir, voilà que le Héraut et ses guides firent traverser la frontière à toute la caravane. Hardorn. Leur destination était naturellement la capitale, mais c'était déjà une première étape franchie.

Cependant, certaines personnes ne semblaient pas bien heureuses. Perle, par exemple. Elle avait mis du temps à se remettre du choc, même si l'apparition de la Déesse avait semblé lui faire du bien. Elle avait refusé cependant de parler de quoi que ce soit avec Manuchan ou Glenn, à part des sujets futiles comme le temps, les robes, la Magie. Rien à propos de la Déesse. Glenn quant à lui s'inquiétait pour sa soeur. Il se comportait en grand frère-poule ... et couvait aussi du regard Manuchan comme s'il avait peur qu'on le lui enlève. Son tempérament avait subitement changé: il ne montrait plus cette excitation et cet élan qui le rendaient imprévisible. Il semblait tout le temps tout surveiller. Il venait régulièrement vérifier qu'Aaron maîtrisait de nouveau ses talents, que son Compagnon allait bien. Thalyana pouvait le voir souvent tourner autour d'elle, lui demander si elle avait bien toutes ses herbes et si elle pensait que Perle allait bien.
Il surveillait, moins chaleureusement, Kalaïd aussi. Surtout depuis l'avertissement de la Déesse. Mais il aimait bien le mercenaire et lui avait déjà proposé plusieurs fois des entraînements à l'épée.

Deux jours après l'entrée dans Hardorn, il fallut traverser un village. Les villageois étaient plutôt amicaux, et on put acheter de quoi manger, pour changer des rations ou de la chasse. Mais vint à la rencontre de Galadriel, un homme en uniforme blanc en lambeaux. Ses yeux étaient noirs, des cernes énormes entouraient ses yeux, les plis de sa bouche indiquaient qu'il n'avait pas souri depuis longtemps. Dans son carquois, des flèches brisées.
Quand Perle et Glenn posèrent les yeux sur le Héraut en mauvais état, ils se regardèrent. Et allèrent vers Manuchan: "Nous devons parler." Perle les quitta alors pour aller prendre le Héraut dans ses bras, les larmes aux yeux, alors que GAladriel démontait en appelant un Guérisseur à haut cris.

[ Kalaid, tu sens toujours ce vide en toi, et depuis le retour à Hardorn, le vide a augmenté, comme si quelque chose n'allait pas. Cela te rend mal à l'aise tout le temps, mais tu as un caractère fort et tu ne te plains jamais. Tu sens confusément que si ça a amplifié depuis la frontière c'est que ça a un rapport avec le pays.
Thalyana, si tu t'ouvres aux autres par l'Empathie, tu sens le vide aussi, chez Kalaid et chez d'autres. Chez Perle, tu ne sens plus rien, comme si elle avait placé des frontières infranchissables.
Manuchan, même si Perle ne veut pas parler, tu sens qu'elle a besoin de toi et Glenn. Et tu sens que plus on va vers Hardorn - et plus vous vous enfoncez dans le pays - plus l'énergie semble étrange et les lignes de pouvoirs mal équilibrées. Quand Glenn demande à te parler tu sais que quelques réponses vont enfin venir.
Aaron, plus de problèmes avec tes Dons ou ton Compagnon... jusqu'à ce que tu vois le Héraut. Sans Compagnon. Tu sens la tristesse du tien, qui t'annonce que Mernia est morte pour eux. Les flèches brisées dans le carquois, tu sais ce que ça veut dire: des morts parmi les tiens. A Haven, le Glas devait sonner... Et quand tu essaye d'en savoir plus par ton Compagnon, le contact ne se fait pas.]
« Modifié: 01 janvier 1970, 01:00:00 par Guest »

Thalyana

Re: [ Equipe 3 ] Hardorn et vous
« Réponse #1 le: 10 juillet 2011, 18:31:33 »
Thalyana avait évité le Kalaid depuis l'apparition de la Déesse. Elle était trop gênée, et elle avait honte. Elle s'était comportée stupidement, comme une gamine émotive.
Par contre, elle l'avait surveillé de loin, ouvrant son esprit plus que de coutume pour percevoir ses émotions. Elle avait mis toute la puissance de son Don au service de ses deux « malades ». Mais il lui semblait que Perle avait levé des barrières infranchissables même lorsque Thalyana ne se concentrait que sur elle. Cela la déstabilisait, et la blessait un peu. L'Empathie réceptrice de la jeune Guérisseuse avait toujours été très forte, et jamais elle n'avait échoué à percevoir les émotions de quelqu'un. Mais Perle refusait d'évoquer l'incident et bloquait tout accès à ses émotions. A voir, elle refusait qu'on l'aide contre son gré. Et même les deux autres mages peinaient à obtenir d'elle autre chose que des banalités sans intérêt. Et ils semblaient s'inquiéter tous deux pour elle. Surtout celui dénommé Glenn.
Il passait son temps à demander à Thalyana son avis sur l'état de Perle. Ou encore lui faisait revérifier plusieurs fois par jour qu'elle avait toujours ses herbes et ses potions.
Compréhensive, Thalyana se montrait patiente, répétant inlassablement qu'elle ne pouvait accéder aux émotions de Perle, et que donc elle n'en savait pas plus qu'eux, mais qu'extérieurement, la jeune femme se complaisait dans une attitude de dénis. Mais ça, il pouvait sans doute s'en rendre compte lui-même. Elle le rassurait continuellement sur l'état de ses réserves en plantes et simples, lui montrant l'étui plusieurs fois par jour.
Glenn surveillait aussi Kalaid, bien que moins ostensiblement que Perle. Thalyana pouvait voir un peu son inquiétude, bien qu'elle soit teintée de méfiance. Pourtant, ils semblaient tous deux bien s'entendre. Cela rassurait la jeune femme.

Par contre, personne ne semblait se soucier de son état à elle. C'était bien normal, après tout c'était son rôle à elle de se soucier des autres. Mais surveiller ses deux patients l'épuisait. Chaque jour, elle tentait d'approcher Perle, de « frapper à la porte » des barrières de la jeune mage, en vain. Et chaque jour, de loin, elle surveillait le mercenaire, souvent à plusieurs mètres de distance, ce qui l'obligeait à faire le tri entre toutes les interférences qu'elle captait. D'ailleurs, à force, elle connaissait les émotions de chacun. Elle les ignorait, respectant la vie privée des autres, mais certains diffusaient tellement fort qu'elle ne pouvait s'empêcher d'en savoir trop sur eux.
Un des gardes, par exemple, nourrissait une passion dévorante pour une jolie servante, restée au palais. Thalyana l'avait appris en l'entendant discuter avec un autre garde. Quand le trajet se faisait monotone, il s'égarait sans doute dans de douces rêveries ayant pour principal thème l’accouplement. Il ressentait en tout cas une excitation sexuelle manifeste.
Un autre, visiblement Shaych, ressentait une jalousie très vive quand il regardait les deux mages.
La jeune femme était allé lui parler, et il lui avait confié ses peines de cœur. Son amant l'avait quitté peu avant la mission, et il peinait à s'en remettre. Heureusement, après quelques discussions, il se sentit mieux, et ses émotions reprirent une intensité normale.
Elle avait aussi découvert des choses plus inquiétantes. Kalaid n'était le seul à être habité par un vide. D'autres membres de la délégation aussi souffraient. Elle ne pouvait dire qui avec précision, car elle ne voulait pas se montrer indiscrète, et elle se savait inutile contre ce mal. Mais elle se mit à surveiller activement tout le monde. Au bout de quelques jours de recherche, elle put repérer un peu moins d'une dizaine de personnes atteintes. Elle se concentra donc sur eux.
Après quelques jours à ce régime, la jeune femme se sentait vidée, épuisée, mais mettait un point d'honneur à n'en rien montrer.

Avec tous ses soucis, elle n'avait eu que peu de temps à consacrer à la réflexion, et elle n'avait pas vraiment repensé à l'apparition miraculeuse. Après tout, elle n'était pas ici pour ça, elle n'était pas un "cerveau". Elle était là pour soigner les cloques et soulager les douleurs aux fesses. Elle ne sentait quand même un peu triste à l'idée que l'entité n'avait sans doute pas survécu - Elle avait dit qu'Elle utilisait Ses dernières force - ou en tout cas avait beaucoup souffert de Sa tentative de contact. Thalyana n'avait jamais été très portée sur la religion, mais elle ne doutait pas de l’existence des dieux, ni de leur capacité à souffrir.

Cela faisait maintenant deux jours qu'ils avaient pénétré en Handorn. Ils s'étaient arrêtés dans un village, pour acheter des vivres, se reposer. Thalyana, pour sa part, n'avait pas grand chose à faire, aussi en profita-t-elle pour se dégourdir les jambes, marchant à côté de sa monture.
Soudain, on l'appelait à grand cri. Elle releva ses jupes et se précipita à l'endroit d'où provenait l'appel.
« Modifié: 01 janvier 1970, 01:00:00 par Guest »

Aaron Greystoke

  • Hérauts
  • Messages: 417
    • Voir le profil
Re: [ Equipe 3 ] Hardorn et vous
« Réponse #2 le: 30 juillet 2011, 11:29:25 »
De ce qu'il pouvait en voir, outre l'autre Héraut qui guidait l'équipée, deux groupes s'étaient formés : les Mages d'un côté, la Guérisseuse et le Mercenaire de l'autre. Au moins, les principaux touchés par les événements étranges n'étaient-ils pas livrés à eux-mêmes.

Après l'inquiétante manifestation magique, et après la non moins inquiétante, bien que quelque peu plus positive, apparition de la Déesse, les choses s'étaient tassées, au moins pendant quelques temps. Cela dit, même s'il leur semblait à tous évident que leur mission consisterait à aider Aanor contre ce Noir qui utilisait cette Orbe. Pour Aaron, tout n'était clairement pas déchiffrable, mais comme l'attitude du Héraut Galadriel le lui confirmait, il fallait agir, indubitablement.

Et se méfier, puisque la Déesse avait clairement énoncé la présence de traîtres dans leurs rangs.

La traversée des villages jusqu'à la frontière se fit sans heurt particulier, bien que l'absence d'usage de la Magie par les prêtres fût quelque peu inquiétante, encore. Il se passait décidément des choses étranges.

La sollicitude du Mage Glenn l'agaçait par moments, bien qu'il comprît tout à fait ses craintes quant à son Don et son Lien avec son Compagnon. Il avait lui-même était quelque peu anxieux lorsque les premières manifestations erratiques de son pouvoir s'étaient produites. Et puis ils avaient traversé la frontière, pour gagner Hadorn. Là encore, les villageois les accueillirent plutôt chaleureusement, et ils purent faire provisions de denrées plus reluisantes que les rations qu'ils devaient économiser pendant le reste du trajet.

Mais l'apparition du Héraut lui glaça le sang. Son uniforme en lambeaux, les cernes qui entouraient ses yeux, et les traits de son visage si marqué... Ca ne pouvait signifier qu'une chose que les flèches brisées dans son carquois confirmaient malheureusement. Il était seul, et rien que pour ça, le coeur du Héraut se serra. Raïna lui annonça que Mernia était morte pour eux. Nouvelle confirmation funeste.

Pourtant quand il essaya d'avoir plus d'informations par le biais de sa moitié, il fut incapable de la contacter. Alors il descendit de monture tentant de réétablir un contact en regardant son Compagnon dans les yeux. En vain. Refusant de céder à la panique, Aaron s'approcha du Héraut mal en point, alors que la Guérisseuse Thalyana arrivait toutes jupes retroussées. Elle était décidément toujours prompte à réagir... et le Héraut du Sénéchal se demanda si, à terme, elle ne finirait pas par craquer.

Il la laissa officier cependant, restant à quelques pas du Héraut. Mais il ne put s'empêcher de lui demander :

- Que s'est-il passé ?
« Modifié: 28 juin 2016, 14:14:02 par Thalyana »
UC

Kalaïd

  • Gardes et Mercenaires
  • Lieutenant et jeune père
  • Messages: 252
    • Voir le profil
  • Fiche: Livret de service
  • Compagnon ou Familier: Elazur
  • Âge: 30 ans
Re: [ Equipe 3 ] Hardorn et vous
« Réponse #3 le: 01 août 2011, 23:43:47 »
Hardorn...

Cela faisait quelques temps qu'il n'avait pas mis les pieds ici. Il se souvenait à présent qu'il était originaire de ce pays, de ces vallées, de ces monts...
Il se souvenait en partie de ce qu'il avait vécu ici. Et de ce qu'il y avait perdu...
De temps à autre, il revoyait les images surgis du passé qui l'avait frappé avec tant de violence lors de son passage à la question, orchestrée par le capitaine Beltran et son ami Héraut...

Le jeune homme ne savait pas trop quoi penser de la situation. Il y avait bien sûr ces terres qu'il voyait avec un œil neuf depuis qu'il avait à nouveau ses souvenirs. Mais il y avait également ce sentiment étrange... Bien que différent de la blessure liée à son passé, il sentait ce mal-être grandir en lui à mesure que leurs pas les menaient plus avant dans le pays... Ce sentiment de manque entêtant... En fait par moment il avait presque l'impression que cette sensation des plus gênante était véritablement liée à ces terres. Cela s'était accru depuis la frontière. Après ce qu'il avait vécu ici, on eu pu le comprendre... Mais au fond de lui, le jeune homme ressentait que cette souffrance et le mal lié à son passé étaient différents...

Chevauchant calmement dans le petit village dans lequel ils se trouvaient, il repensait aux instants ayant suivi l'apparition de la déesse...
Mal à l'aise, il avait choisi de ne pas répondre à la jeune guérisseuse au moment où elle s'était emportée. Elle avait sans doute raison, elle s'y connaissait mieux en douleurs que lui, il aurait sans doute dû lui parler de ses maux plus tôt... Sur le moment cependant il n'avait rien dit, se contentant de la regarder retourner à ses occupations. Il sentait qu'elle avait besoin d'extérioriser ses craintes et ses maux. Elle ressentait tous les leurs, comment pouvait accepter autant de souffrance ? Le mercenaire la voyait comme un modèle de vertu pour cela. Si forte, pour faire preuve de tant d'abnégation...

Se tournant légèrement sur sa selle il jeta un regard discret à la guérisseuse. Sa chevelure blonde un peu foncée se laissait aller sous la brise ambiante, encadrant son visage fin et ses yeux aux tendances poli-chromatiques... Elle était pour le moins séduisante, fine silhouette marchant calmement au côté de sa monture...

Le mal qu'il ressentait toujours le rappela rapidement à l'ordre. Ce n'était peut-être pas plus mal... La jeune femme avait un pouvoir empathique important, et elle risquait de capter ses émotions. C'était inconvenant...

Changeant radicalement le fil de sa pensée, il réfléchit rapidement à ses compagnons de route. Et à Glenn en particulier. Il ne savait quoi penser de l'homme. Déjà c'était un mage... Bon... Mais en plus, il était étrange avec lui. Dire qu'ils s'entendaient mal aurait été mentir. Ils s'étaient déjà entraînés un peu ensemble, et le jeune homme trouvait toujours enrichissant de croiser le fer, même aussi légèrement, avec un compagnon de route. Ça lui permettait d'en apprendre un peu plus sur sa mentalité. Et le jeune homme avait remarqué que le concernant, le mage était plutôt méfiant... C'était compréhensible bien sûr, des traitres existaient apparemment dans leurs rangs, et ils se connaissaient si peu... Et il semblait de plus que le mage ait ressenti certaines énergies peu engageantes autour de Kalaïd...

Ses pensées furent interrompues par l'arrivée d'un homme mal en point qui venait à leur rencontre. Et tout alla très vite. La jeune Perle se mit à courir vers l'homme et le pris dans ses bras visiblement en proie à une vive émotion. Le Héraut Galadriel mit pied à terre en appelant à l'aide la guérisseuse qui traversa la troupe en courant en direction de l'individu.

Le mercenaire jeta rapidement un regard autour de lui. L'état de l'homme ne présageait rien de bon, bien que l'environnement ne paraisse pas hostile de prime abord...
« Modifié: 01 janvier 1970, 01:00:00 par Guest »
«Personnellement je ne pense pas que le Commandant Beltran m'ait recruté en fonction de ma capacité à manier un rasoir.»
Kalaïd, 7e décade de printemps 1481

Manuchan

  • Inactifs
  • *
  • Messages: 632
    • Voir le profil
    • http://ailesdeterre.forumgratuit.fr/
Re: [ Equipe 3 ] Hardorn et vous
« Réponse #4 le: 06 août 2011, 05:17:46 »
Le voyage se poursuivait calmement malgré les évènements du « feu de camp divin ». Perle semblait rester en elle-même bien qu'il soit évident qu'elle ait besoin de ses "frères". Chose plus étrange, les lignes d’énergie se diversifiaient de façon de plus en plus chaotiques, déséquilibrées, parfois rompues et cherchant à s'ancrer, mais finalement, quelle importance?

Manuchan continuait à se sentir inutile, comme si quelque chose le poussait à se renfermer sur lui-même. Il voyait et sentait l’inquiétude de Glenn pour Perle et même pour lui, mais ce fait qui quelques temps auparavant aurait suffit à le mettre en état d‘allégresse, cette fois, ne fit rien, simplement rien. Comme si les émotions, les sentiments, désertaient peu à peu le rethwellan qui se perdait petit à petit dans son propre monde, oublieux de celui qui l’entourait et des gens qui le composait.

Comment quelqu’un comme Manuchan, toujours à l’écoute, toujours prêt à aider, toujours présent pour tous et très attachés à ceux qu’il aimait avait pu en arriver là ? En fait lui-même en venait à se poser la question. Bien sûr, il y avait l’épisode précédent où Aanor avait fait savoir que Ses enfants guideraient les autres et où Manuchan avait pris conscience que même en étant justement l’un de Ses enfants, il ne pouvait guider personne ni rien faire pour qui que ce soit dans cette situation.

L’inutilité. La pire des indifférences dans le cœur du mage. Un homme tellement discret la majorité du temps qu’il était simplement oublié quand on n’avait pas besoin de lui et qu’adviendrait-il si des personnes venaient à demander son aide en tant qu’Elu d’Aanor ? Que pourrait-il répondre si ce n’était d’aller voir Glenn ou Perle ?

Comment quiconque pourrait lui faire confiance en entendant une telle réponse ? Il passerait trop facilement pour un traître. Trop discret, trop récent dans les troupes, et trop ignorant.

Même Perle ne lui parlait plus, enfin, plus vraiment si ce n’était pour des choses anodines et le rejet venait s’ajouter à toutes ces sensations d’être malvenu parmi eux, de ne pas y avoir sa place. Il aurait peut-être dû refuser de partir, peut-être aurait-il dû rester seul à Haven ou bien partir vers d’autres cieux en laissant derrière tous ceux qui n’avaient pas besoin de lui, voire qui se porteraient peut-être mieux s’il n’avait pas été là. Perle n’aurait peut-être pas été blessée s’il n’avait pas accepté de participer à la campagne des Marches, elle serait restée à Haven et en bonne santé. Glenn n’aurait peut-être pas pris autant de risques face à Cerath, il faisait trop confiance à Manuchan et en sa puissance. Ca avait failli lui coûter la vie. Et Aanor…. Il ne savait pas. Depuis qu’il avait été Elu, il n’avait rien apporté à sa Déesse, il n’avait rien pu faire pour Elle en aucune façon, simplement car il ne pouvait pas savoir si quelque chose était à faire puisqu’il ne savait rien ou presque.

Et d’ailleurs pourquoi lui cacher tout cela ? S’il était Elu, ne devait-il pas savoir autant de choses que Perle et Glenn ? Pourquoi ne lui avoir presque rien dit ? Ne méritait-il pas leur confiance ?

En retrait sur sa monture, toutes ces pensées le hantaient et une larme glissa sur sa joue. D’autres menaçaient bientôt de la rejoindre et il devait faire d’énormes efforts pour cacher son trouble et pour lutter contre son enfin de partir dans l’autre sens, de disparaître pour de vrai de cette troupe. Sans mot dire, sans prévenir. Simplement partir en silence.

C’était une idée vraiment tentante, mais interrompue par l’arrivée d’un héraut, manifestement très mal en point. Auparavant, Manuchan aurait ressenti une vive colère contre celui ou celle responsable d’un tel crime. Il devinait que le Compagnon n’avait pas survécu et que d’autres victimes étaient à déplorer. Mais cette fois-ci, son cœur semblait s’être camouflé dans une carapace aussi dure que le plus solide des minerais, un coffre scellé qui lui rappelait les moments difficiles parfois ou sa différence lui était jetée à la figure dans son enfance et où il se repliait sur lui-même comme il le faisait à nouveau. La meilleure défense contre l’indifférence était l’indifférence elle-même. Ce que Manuchan avait oublié c’est que se risquer à de telles extrémités pouvait conduire à se perdre dans son propre être et de vraiment se retrouver seul comme dans un autre temps.

Glenn et Perle s’étaient approchés de lui. La larme avait heureusement séchée mais son faciès était froid, inexpressif quand ils lui firent savoir qu’ils devaient parler.

Parler ? Et de quoi ? Que pouvaient-ils avoir à lui dire ? Des banalités ? Des choses évasives et confuses ? Des histoires dont ils connaissaient tout et dont lui-même ne connaitrait que les quelques bribes qu’ils voudraient bien lui donner pour le faire patienter ? Et encore, seulement s’il allait les réclamer, sans quoi, il n’aurait peut-être rien du tout. Mais il en avait assez de réclamer, assez de lutter pour être remarqué. Cette fois-ci, il supposait que des réponses viendraient, de vraies réponses mais comme toujours, au compte-goutte.

Il regardait Glenn, essayait de faire appel à ses sentiments, mais rien ne vint d’autre qu’un immense chagrin. Il avait envie de se blottir dans ses bras, mais en même temps, il avait envie de rompre tout lien avec lui. Peut-être pour la première fois depuis son enfance, Manuchan se sentait irrémédiablement perdu. Perdu dans son corps, perdu dans son âme et perdu dans son cœur.
« Modifié: 28 juin 2016, 14:15:22 par Thalyana »
Être shaych, c\'est.... Magique !!

Héraut Arthon

  • Hérauts
  • Roi des Violettes
  • Messages: 1317
    • Voir le profil
  • Fiche: Charte royale
  • Compagnon ou Familier: Ryis
  • Âge: 40 ans
Re: [ Equipe 3 ] Hardorn et vous
« Réponse #5 le: 06 août 2011, 11:35:43 »
" Ils ont tué Mernia. " se mit à sangloter le Héraut blessé lorsque Perle le prit dans ses bras. Il ne regardait personne en particulier, et son regard vague, empli de larmes, avait de quoi faire fondre un glaçon. "Ils l'ont tuée devant moi, ils l'ont torturée, et ils l'ont tuée. Ils ont pris sa force vitale, ils l'ont tuée."

Sanglotant comme un petit garçon, il ne semblait même pas sentir que Perle le serrait contre elle précieusement, pleurant aussi. Elle semblait dans un état pire que lors de son choc. Quant à lui...
Thalyana pouvait sentir le vide immense qui émanait de lui. Pire que tout ce qu'elle avait connu, c'était comme s'il manquait l'âme à l'homme: un corps vide, rempli de désespoir, sans âme pour le faire avancer. Une certitude: il ne survivrait pas, même si elle parvenait à guérir les multiples blessures dont il souffrait ( blessures de poignards, brûlures importantes, os cassés : il avait été sauvagement torturé). Elle pouvait cependant faire son possible pour le soulager.

Galadriel eut du mal à répondre à Aaron. Il savait que leurs collègues dans le coin avaient peu de chance d'être en vie: les flèches brisées le montraient.

"Il y avait Vince et Mernia en poste avec Loran et Gistel. Ils devaient revenir le mois précédent, je pensais qu'ils étaient déjà à Haven... " souffla-t-il.

Le Héraut du Sénéchal savait bien pourquoi les Blancs étaient là: des contacts appronfondis autant avec les politiques que le clergé de Hardorn avaient exigé des envoyés fiables... Et la confiance avait été trahie, car il ne restait qu'un demi homme pour leur faire son rapport. Si on arrivait à en tirer quelque chose.
Galadriel ne pouvait rien faire pour son collègue. Quelque part, à la limite de l'audible (et pourtant même les non Hérauts l'entendirent) une cloche funèbre sonna, comme un écho du Glas à des centaines de kilomètres de là.

" Essaye d'en savoir plus, s'il te plait. " demanda à Aaron Galadriel. "Je vais avec Kalaïd voir les villageois pour savoir ce qui se passe."

Il fit signe au mercenaire de le suivre, et ils s'éloignèrent vers l'attroupement de curieux qui se formaient. Ils semblaient tristes, un peu apeurés mais visiblement, aucun ne semblait savoir quelque chose. Sauf peut-être un jeune homme malingre, en robe d'un clergé non identifié tant le tissu était vieux et délavés, et les yeux fièvreux. Il se dépêcha de partir avant qu'on ne le rattrape, se glissant entre deux maisons pour échapper à la vue des hommes.

Perle s'était relevée et avait essuyé ses larmes après avoir chuchoté des paroles sans queue ni tête mais réconfortante à la victime. Elle laissait Thalyana et Aaron s'occuper de lui. Manuchan avait plus besoin d'elle que lui à cet instant précis même si cela lui fendait le coeur d'abandonner son autre frère.
Ce fut Glenn qui prit la parole cependant, Perle se contentant de saisir la main de Manuchan pour effacer le visage froid qui la blessait.

" Vince est mort. Il pleure mais il est déjà mort. Les Hérauts peuvent être des envoyés d'Aanor même si nous ne savons pas trop quels dieux ils sont censés servir à la base." commença Glenn d'une voix nouée. " Je l'ai senti mourir, et nous pensons que c'est ce que Perle a ressenti quand ... "

Perle hocha la tête et poursuivit:

" Il y a autre chose. Nous sommes perdus. Ici Aanor ne se laisse plus sentir, et depuis qu'Elle est venue à nous dans les flammes, nous ne la sentons plus comme avant. Nous avons... enfin en tout cas, je me sens vide, triste abandonnée, et je n'arrive plus à utiliser mes Dons. "  

D'un signe de tête, Glenn confirma que pour lui c'était pareil. Perle continua, serrant plus fort la main de son grand frère:

"Tu es le seul à avoir encore tes Dons en marche correctement pour le moment, malgré les nodes qui n'en font qu'à leur tête. Est-ce que tu sens quelque chose?"

[ Si tu essaye de sentir quoi que ce soit, tu sens d'abord le vide, mais en forçant, tu sens la terre malade, les nodes qui se vident dans l'obscurité, et leur "envie" d'aller quelque part, dans la direction vers laquelle vous avancez depuis le début. Autour de Glenn et Perle, ils semblent fragiles, hésitant à se connecter à eux. Si tu te concentre presque à être en transe, tu vois une lumière noire à la limite de ta vision, pas vraiment là, mais bien présente, loin. ]
« Modifié: 01 janvier 1970, 01:00:00 par Guest »

Thalyana

Re: [ Equipe 3 ] Hardorn et vous
« Réponse #6 le: 15 août 2011, 08:56:43 »
Thalyana comprit que Mernia devait être le Compagnon de Héraut. Se préparant au pire, le Verte abaissa ses barrières, totalement. Elle eut un haut-le-cœur. Le désespoir, le vide... elle ne sentait plus qu'un vide atroce, douloureux, qu'un désespoir profond. Elle mit la main devant sa bouche, se concentra pour retenir les larmes.
Elle remonta partiellement ses barrières, elle avait besoin de son empathie pour soigner le Héraut. Elle devait tout faire pour le sauver, même si au fond d'elle, elle se doutait bien qu'elle ne parviendrait pas à le sauver.

D'un geste très doux, elle repoussa doucement Perle, qui s'en allait déjà rejoindre les mages. Elle s'agenouilla, et ferma les yeux pour établir un premier diagnostique. Elle sentait plusieurs blessures, causées par un couteau, ou quelque chose du genre, des brûlures, et au moins deux fractures. Elle rouvrit ses yeux et se pencha sur son patient. Sortant de sa poche un petit couteau, elle entreprit de découper les vêtements du malheureux.
Devant l'ampleur des blessures, Thalyana eut le certitude qu'il ne survivrait pas. Sans la volonté de guérir, il mourrait tôt ou tard.
Elle ne pouvait que le soulager, peut-être prolonger sa vie de quelques heures, d'un jour, guère plus.
Elle leva la tête et chercha le beau mercenaire du regard, dans l'espoir de se rassurer. Elle le vit s'éloigner avec le Héraut Galadriel.
Elle regarda ensuite Aaron qui se tenait maintenant à côté d'elle. Elle hésitait à prononcer son diagnostique définitif.

" Il... " Elle leva vers le Héraut un regard compatissant, profondément triste. Elle secoua lentement la tête. " Je peux le soulager, appliquer un baume sur ses brûlures, suturer les plaies, remettre les os en place mais... il n'y a plus rien à faire. Avec son Compagnon, il aurait eu de bonnes chances de survivre... Je peux aussi... lui permettre de partir calmement, en paix... "

Elle sortit un petit flacon de sa sacoche de Guérisseuse. De l'Argonel. Elle en avait prit que très peu, c'était une substance dangereuse.

" Si je lui donne ça, je n'en aurai plus pour la suite du voyage. Je n'ai pris qu'une petite fiole... je ne pensais pas en avoir besoin pour ça..."

Elle se pencha à nouveau vers le Héraut mourant, lui caressant doucement le front. Elle ne pouvait pas rester sans rien faire... elle pouvait au moins le laver, soigner ses brûlures, bander ses plaies.
Elle finit de déshabiller son patient, ne lui laissant que son caleçon long. Elle sortir un linge propre de sa sacoche et chercha de l'eau autour d'elle.

" Décidément, il semblerait que vous êtes le préposé à l'eau... pourriez-vous m'en amener? Propre, c'est important..."

Elle sortit ensuite son baume pour les brûlures, des bandages propres, une aiguille, du fil. Elle se mit un foulard sur les cheveux, afin d'éviter que ceux-ci ne contaminent les plaies.
Elle commença par donner une très faible dose d'Argonel au Héraut, pour le soulager un peu tout en le gardant conscient.
Pendant qu'elle attendait son eau, elle prit la main du blessé.

" Racontez-moi ce qu'il s'est passé... si vous y arrivez... "
« Modifié: 01 janvier 1970, 01:00:00 par Guest »

Kalaïd

  • Gardes et Mercenaires
  • Lieutenant et jeune père
  • Messages: 252
    • Voir le profil
  • Fiche: Livret de service
  • Compagnon ou Familier: Elazur
  • Âge: 30 ans
Re: [ Equipe 3 ] Hardorn et vous
« Réponse #7 le: 30 août 2011, 13:44:59 »
Sur son ordre, Kalaïd se mit en route avec le Hérault Galadriel.
Il jeta un œil à Thalyana avant de s'éloigner, croisant brièvement son regard. Elle semblait hésiter sur la conduite à tenir. Le Hérault devait présenter des blessures plus profondes qu'il n'y paraissait... Le jeune homme espérait que la guérisseuse ferait de son mieux comme elle avait démontré depuis le début de leur voyage en s'impliquant au maximum dans tout ce qu'elle faisait, et qu'elle réussirait à le sauver. Mais au fond de lui, une petite voix lui faisait remarquer qu'il n'avait encore jamais vu la jeune femme arborer un tel masque de scepticisme et de tristesse quant à l'état de son patient... Il craignait que malgré tous ses efforts, elle ne puisse venir à bout de ses maux...

Il se concentra sur la situation actuelle en revenant aux côtés du Hérault qu'il accompagnait. La population locale semblait curieuse de ce qui se passait, mais aussi surprise. Comme s'ils ne s'attendaient pas à ce qui se passait là. Il semblait en tout cas évident qu'ils ne savaient rien... Cela voulait-il dire que c'était soudain, et que l'attaque subit par le Hérault était récente ? Si tel était le cas, il faudrait redoubler de prudence...

Il fit un bref signe circulaire à ses hommes, qui se dispersèrent autour du groupe, près à intervenir en cas de besoin.
Pendant ce temps, Kalaïd scrutait la foule à la recherche d'un comportement suspect. L'ennemi avait très bien pu envoyer des espions parmi les locaux pour observer leurs réactions à la découverte du Hérault blessé. Il était en effet curieux qu'un seul homme en réchappe alors que tous ses compagnons semblaient avoir disparu. Pourquoi l'ennemi l'aurait laissé en vie, si ce n'était à dessein...

*Pure spéculation Kal...*

A peine le jeune homme avait-il eu cette pensée que ses yeux se posaient sur ce qui ressemblait le plus à ce qu'il cherchait...
Ce jeune homme mal en point qui fendait la foule de biais, semblant chercher un moyen de rejoindre le couvert des maisons avoisinantes. Son regard baissé ne levant les yeux que pour les regarder de côté. Il semblait particulièrement mal à l'aise et désireux de disparaître... Sa robe de bure marron sombre et sale ne ressemblait à rien de connu par le mercenaire, même si ses connaissances dans le domaine étaient limitées. Il n'avait jamais vraiment fréquenté le clergé. L'homme en lui même semblait sale à vrai dire. Si ses vêtements étaient visiblement usés, il paraissait lui-même marqué et affaiblit par quelque chose qui le rongeait de l'intérieur...

*Le poids de quelque culpabilité mal cachée peut-être...*

- Hé ! Vous là-bas ! cria Kalaïd en tendant la main vers lui.

En réaction à l'injonction, le jeune homme se mit brusquement à bousculer les badauds pour se frayer un chemin plus rapidement.
Dégainant sa lame, Kalaïd se lança à sa poursuite en intimant à la foule de libérer le passage, et parvint à la ruelle que sa cible avait emprunté à peine quelques instants plus tôt...
« Modifié: 01 janvier 1970, 01:00:00 par Guest »
«Personnellement je ne pense pas que le Commandant Beltran m'ait recruté en fonction de ma capacité à manier un rasoir.»
Kalaïd, 7e décade de printemps 1481

Aaron Greystoke

  • Hérauts
  • Messages: 417
    • Voir le profil
Re: [ Equipe 3 ] Hardorn et vous
« Réponse #8 le: 04 septembre 2011, 18:26:32 »
Tout comme Galadriel, Aaron savait bien ce que signifiaient les flèches brisées. Mais il fallait qu'ils en sachent plus, plus que simplement "ils ont tué Mernia", même si apparemment, ça avait été fait de manière suffisamment atroce pour que le Héraut en revienne brisé. Un frisson lui parcourut l'échine comme il imaginait, sans doute mal, mais avec un peu trop de force malgré tout, ce qu'avait dû subir son confrère à voir sa comparse torturée. Tout comme lui-même, à en voir son état. Le Héraut du Sénéchal lança un regard vers la Guérisseuse, cherchant à savoir ce qu'elle pourrait faire pour le pauvre homme, tout en écoutant la réponse de Galadriel.

Les Hérauts et leurs Compagnons n'étaient plus, ou presque. Et ils étaient venus pour une raison importante, impliquant les politiques et le clegé de Hardorn, il s'en souvenait maintenant. Et le glas lugubre qui retentit ne fut pas pour le rassurer, même s'il ne l'entendit pas tout à fait distinctement. Que s'était-il donc passé ? Assurément, il fallait découvrir le fond de cette affaire.

Essayer d'en savoir plus, lui demandait le chef de leur équipée, et il hocha sobrement la tête, laissant l'autre Héraut et le Mercenaire partir voir les badauds. La Mage délaissa le Héraut blessé pour le leur confier, à Thalyana et lui. Et les dires de la Guérisseuse ne firent que confirmer les pires pronostics quant à sa survie à lui. Le regard de la jeune femme était à fendre le coeur. Pour elle dont la vocation était de sauver les autres, l'impuissance face au mal qui rongeait le Héraut devait être insoutenable. Il posa une main qui se voulait apaisante sur son épaule.

- Faites ce que vous pouvez, Thalyana, mais laissez-moi simplement le temps de lui poser quelques questions.

Il n'aimait pas ce rôle. Devoir demander à un mourant ce qui était arrivé à sa moitié, lui faire revivre en pensée la douleur et la perte de son Compagnon, c'était abominable. Mais il fallait qu'il sache, pourtant. Il hocha simplement la tête quand la Guérisseuse sortit son flacon d'argonel. Il ne reconnut pas exactement son contenu, mais compris son but lorsqu'elle reprit la parole.

Quant à l'eau, il pouvait en effet aller en chercher. La façon dont elle lui indiqua qu'il y était préposé ne lui arracha même pas un sourire. En d'autres circonstances, oui, sans doute, mais là, il n'avait absolument pas le coeur à rire, et, à la recherche d'un point d'eau, seau en main, il s'éloigna. Lorsqu'il fut parvenu à une petite fontaine et en eut rempli son récipient, il tenta de revenir par un moyen plus rapide, cherchant à utiliser son don pour se téléporter à l'endroit qu'il venait de quitter.
« Modifié: 28 juin 2016, 14:18:13 par Thalyana »
UC

Héraut Arthon

  • Hérauts
  • Roi des Violettes
  • Messages: 1317
    • Voir le profil
  • Fiche: Charte royale
  • Compagnon ou Familier: Ryis
  • Âge: 40 ans
Re: [ Equipe 3 ] Hardorn et vous
« Réponse #9 le: 10 septembre 2011, 13:23:39 »
[ HJ: Manuchan, tu rattraperas au prochain tour de post. Je dois vraiment avancer maintenant. ]

Au côté de Kalaid, Galadriel surveillait aussi les environs. Il avait appris à respecter et surtout à faire confiance au mercenaire. Certes, les paroles de l'apparition dans le feu restaient toujours à la lisière de son esprit, et il priait pour que ce ne soit pas dans les personnes proches de lui que le traître se cachait, mais une fois lancé dans une mission, son tempérament lui disait qu'il pouvait faire confiance à son compagnon de route. Son Compagnon était d'accord sur ce point, ce qui contribuait à renforcer le sentiment de confiance qu'il avait pu avoir envers le mercenaire. Quand ils reviendraient, s'ils revenaient vivants bien sûr, Galadriel le recommanderait lui-même pour la Garde si Kalaïd le désirait. De mercenaire, il passerait sûrement à lieutenant... malheureusement, la guerre des Marches avait permis à de tels rangs de se faire convoiter...
Bref, Galadriel regardait d'un côté, et laissait l'autre à Kalaid. Ce dernier avait eu un dernier regard en arrière, et le Héraut soupçonnait que rester à Haven ne lui serait pas si désagréable que ça au final. Sans s'apitoyer plus que nécessaire sur le sort de son collègue - il commençait déjà son deuil et la mission passait avant tout - Galadriel continua à avancer. Kalaid ordonna discrètement aux soldats sous ses ordres de se placer de manière à protéger le petit groupe bien que de manière relativement peu visible.
C'était cependant difficile de ne pas penser à la loque humaine qui avait été autrefois un Héraut. Oui, terriblement difficile, au point que Galadriel manqua ce que son compagnon remarqua immédiatement. Pris au dépourvu, il eut un temps de retard quand Kalaid réagit. Il eut cependant le temps de voir le jeune homme s'enfuir, et sa bouche s'ouvrit horrifiée. Ses pieds réagirent avant qu'il n'ait le temps de hurler un nom, et il talonna Kalaïd de près. La foule s'ouvrit devant eux, peu désireuse de rencontrer la lame du mercenaire, et la hargne du soldat en blanc.

Une fois à la ruelle, Galadriel avait à son tour dégainé. Cependant à part un bruit de pas précipité, difficile de savoir entre quelles maisons s'était rué leur suspect. Mais derrière une petite masure en mauvais état avancé, une ombre grandit. Dans un langage assez horrible, ressemblant à du vieux karsite mais avec un accent hardonien épouvantable, la voix d'un jeune homme psalmodiait, accompagnant le grossissement de l'ombre. Elle avait des relents de Mal évidents, et prenait lentement forme. Des cornes apparaissaient, ainsi que plusieurs paires de bras visiblement terminés par des griffes.

"Il faut tuer l'invocateur avant que le démon n'entre totalement dans ce monde. " souffla Galadriel, citant une ballade de Barde à propos des horreurs dans d'autres lieux. "Vite! Il faut se dépêcher."

Il venait de comprendre comment plusieurs Hérauts et Compagnons avaient succombé.

" C'était un apprenti hardonien du temple du Soleil de Haven. Il a eu le droit de partir parce que c'était son pays... Sale traître... Si je dois mourir, fuyez avec la délégation, et prévenez la Cour d'Hardorn et de Haven. Je vous donne le commandement."

Et le Héraut fonça, précédé par son envie de vengeance. Derrière eux, le son d'argent des sabots de son Compagnon retentit. Le leshyae arriva et dépassa Kalaïd pour se battre aux côtés de son Lié. Kalaïd avait donc deux choix: tenter d'aider son compagnon et le Compagnon, quitte à partir si ça tournait trop mal (face à un démon personne ne lui en voudrait) ou revenir vers les autres chercher des secours qui arriveraient potentiellement juste à temps pour se faire réduire en miette par un démon.

***

Thalyana venait de saisir d'un coup le poids de son Don et de ses devoirs. Elle savait bien sûr qu'elle n'avait pas le choix, mais c'était si noir, si vide, si désespéré et douloureux dans le coeur du Héraut que c'en était à peine supportable. Les premiers gestes de découpage des vêtements firent frissonner de douleur le survivant. Il entendait ce que disait la jeune femme, mais à part le mot Compagnon qui le fit avoir un haut le coeur désespéré, rien n'arrivait à atteindre sa compréhension. Il bredouillait d'horreur et de peur. Il ne réagit plus pendant un moment, alors que Thalyana s'adressait à Aaron. Il avala docilement la dose d'Argonel qu'on lui donnait - presque avec soulagement. Les yeux fiévreux étaient légèrement apaisés, et la compréhension plus facile quand il regarda de nouveau Thalyana:

"Il y avait ... un traître. Passé du Soleil à la nuit. Un hardonien. Tout jeune. Insoupçonnable." commença-t-il d'une voix rauque, abîmée. " Un soir, les Compagnons ont alerté tout le monde. Nous étions avec un prêtre et son apprenti parce qu'il était de Hardorn et voulait passer ses voeux ici avant de revenir... Mais le prêtre était mort avant qu'on arrive... et y avait cette... Chose. Un démon. Un vrai démon. Comme avant la guerre avec Karse. Il a joué avec nous, nous n'avons rien pu faire... et il a tué tout le monde. Et il a disparu avant de me tuer. Sais pas pourquoi. Je veux mourir. Laissez moi mourir." sanglota finalement l'homme d'une voix très faible.

Il refusait de regarder Aaron. A ses yeux, il était coupable de ne pas avoir alerté à temps Haven, d'avoir laissé mourir son Compagnon et ses amis, d'avoir échoué à sa mission. Il ne voulait pas de la pitié ou du ressentiment que pouvait avoir Aaron. Il voulait juste que la douleur s'arrête, et qu'il rejoigne Mernia.

Quand Aaron finit par s'éloigner pour ramener de l'eau, ces mots vibraient encore dans l'air. Démon. Karse. Dieu Soleil. Démon. Démon. Et traître. Les soldats les plus proches chuchotaient d'horreur, et chacun se regardait, priant pour que le seul traître soit loin.

[ Kalaid et Thalyana: votre dernier regard semble contenir une sorte de résonance, comme le son inaudible de quelque chose d'argentin. C'est ténu, et tellement "normal" à votre esprit que vous le remarquez à peine.

Thalyana: ton Don est mis à rude épreuve. Le pire dans tout ça, c'est que chaque mot extorqué au blessé résonne horriblement dans ton Empathie, et tu vis avec lui, malgré les barrières, les douleurs et angoisses. Même l'argonel qui apaise les douleurs physiques n'a pas pu apaiser celles du mental - et l'envie de mourir est tellement forte qu'il te faut un moment pour savoir qu'elle ne vient pas de toi.

Kalaid: tu peux croire ou non aux démons, mais plus l'ombre grandit plus ton instinct de survie se réveille. A toi de faire ton choix. En tout cas, ton sens de la terre est complètement éradiqué et tu comprends subitement que c'est ça le vide que tu ressens depuis un moment - si tu veux. Sinon ça peut rester un truc obscur pour toi, mais tu te sens totalement vide.

Aaron: en tentant de revenir, tu ressens une fois de plus le blocage. Une seconde, tu doutes d'arriver à te téléporter, car de plus ça peut être dangereux. Mais finalement tu réapparais au bon endroit. Il manque encore de l'eau.
Par contre, tu peux communiquer avec ton Compagnon. Il est complètement déprimé.
Et quand le Compagnon de Galadriel se précipite soudain vers l'endroit où ont disparu Kalaid et Galadriel, ton Compagnon hennit très fort, et dans ton esprit " DEMON - DANGER " les mots sont fort clairs. Vas-tu y aller ou tenter de protéger ce qu'il reste  de l'équipe?

Plus loin, une ombre grandit, et le village est comme plongé dans la lumière grisâtre d'un orage malgré le ciel relativement bleu.

Les Mages ressentent fortement les variations de l'énergie, et comprennent très rapidement ce qui se passe. Perle semble terrorisée. ]
« Modifié: 01 janvier 1970, 01:00:00 par Guest »

Thalyana

Re: [ Equipe 3 ] Hardorn et vous
« Réponse #10 le: 12 septembre 2011, 08:11:26 »
Quand Thalyana avait croisé le regard du mercenaire, elle avait ressenti comme un tintement lointain dans son esprit, très lointain, à peine audible. Mais l'horreur de la situation, la tristesse ambiante, le désespoir avait bien vite englouti cette rassurante sensation.

Le blessé, non, le mourant, avait parlé. L'argonel avait eu l'effet escompté. Thalyana peinait à saisir le sens réel de paroles du Héraut. Un démon... un tout jeune apprenti. Engluée dans la douleur, les mots restaient vides de sens pour la jeune femme. Son esprit refusait en bloc ce que ses oreilles percevaient. La souffrance était insupportable, la culpabilité infinie...
Thalyana tenta bravement de remonter ses barrières, mais son effort anéantit les derniers restes de sa résistance. Les larmes commencèrent à couler sur ses joues rougies par l'effort. Puis la tristesse fut trop grande même pour les larmes.
Elle voulait mourir. La douleur était trop grande. Elle voulait ne plus avoir mal... rejoindre ceux qui étaient déjà partis... Mernia... les Hérauts... ceux morts pendant l'épidémie... son mentor...
Un désespoir profond ligotait l'esprit de la jeune femme. Elle ne parvenait plus à réfléchir. Elle était presque coupée du monde qui l'entourait.
Heureusement, un bruit venant de loin, très loin, la fit remonter à la surface.
*Mernia? Mais... c'est un Compagnon. Moi, je ne veux pas mourir... je suis triste... très triste de savoir que je ne sauverai pas cet homme mais... Je ne veux pas mourir! Je veux vivre... Je suis jeune... j'ai encore des tas de choses heureuses à vivre, des tas de choses tristes aussi...*

Thalyana cligna des yeux. Ce bruit qui lui avait paru si lointain était en fait Aaron qui revenait avec l'eau. Elle releva la tête, et le regarda droit dans les yeux, son visage humide de larmes éclairé par un timide sourire.

- Je crois que...(Elle allait le remercier de l'avoir sorti de sa transe, mais se ravisa.) Je crois que nous devrions... l'aider à rejoindre Mernia... et euh... merci pour l'eau.

Elle regarda son patient. Elle n'avait jamais donné la mort. N'avait jamais songé devoir le faire ainsi, loin de toute personne pouvant la conseiller. Elle serra presque douloureusement le flacon d'Argonel toujours dans ses mains.
Elle voulait soulager le Héraut, l'aider à partir. Mais, alors, il ne resterait plus d'Argonel pour soulager les blessés suivants. Si, au hasard, Kalaïd était terriblement blessé, et que par son choix actuel il souffrait terriblement, comment pourrait-elle se le pardonner?
Elle sentit les larmes embuer à nouveau ses yeux. Non, elle devait mettre fin aux tourments du Héraut. Peut-être pourrait-elle se procurer de l'Argonel à la cour de Handorn... Ou ailleurs sur le chemin. Il fallait qu'elle reprenne confiance en elle et qu'elle assume ses choix, même s'ils se révélaient mauvais.
Mais elle ne voulait plus pleurer, malgré la douleur toujours infinie qu'elle ressentait. Cette douleur n'était pas la sienne. Elle ne devait pas influencer son travail. Aussi, elle prit un chiffon relativement propre et le trempa dans l'eau. Après l'avoir essoré, elle l'utilisa pour nettoyer le visage du mourant. Elle tamponnait délicatement le front, les tempes, les joues du Héraut. Elle savait son geste inutile, mais s'il ne soignait pas son patient, la douceur qu'il contenait ne pouvait que le rassurer.
L'athmosphère était lourde, et la luminosité baissait. Thalyana regarda autour d'elle, cherchant les nuages annonciateurs d'orage, mais elle ne vit rien dans le ciel bleu.
« Modifié: 01 janvier 1970, 01:00:00 par Guest »

Kalaïd

  • Gardes et Mercenaires
  • Lieutenant et jeune père
  • Messages: 252
    • Voir le profil
  • Fiche: Livret de service
  • Compagnon ou Familier: Elazur
  • Âge: 30 ans
Re: [ Equipe 3 ] Hardorn et vous
« Réponse #11 le: 13 septembre 2011, 21:49:23 »
En plongeant ses yeux un si bref instant dans ceux de la belle guérisseuse, Kalaïd s'était senti légèrement différent. C'était fugace, il y avait eu ce son, sorti de nul part et si subtile... Si vite effacé... Si vite disparu, engloutit par les événements...

Les évènements... Cet homme... Cette ombre grandissante...

Kalaïd ne s'accorda qu'une demi-seconde de réflexion avant de se décider. Prendre un temps plus important signifiait dans ce genre de cas laisser la peur gagner du terrain.
Rapidement il changea son épée de main, et porta les doigts de sa main droite à ses lèvres. Il émit trois brefs sifflements forts en levant la tête vers le ciel, espérant que ce signal improvisé serait correctement répercuté par les parois des maisons environnantes, et qu'il gagnerait ses gardes postés un peu plus loin. Puis il tira la dague qui pendait à sa ceinture et la saisit par le bout de la lame. Estimant brièvement la distance qui devait le séparer de sa cible, il la lança avec le plus de puissance possible dans la direction où avait fuit l'homme, faisant attention de ne pas couper la trajectoire du Héraut et de son Compagnon. Puis il se précipita lui-même vers cette ruelle.
Il importait prioritairement d'atteindre l'invocateur, et non sa créature. Car s'ils échouaient dans cette première phase, ils la rencontreraient de tout façon tôt ou tard. Et Kalaïd n'était pas nécessairement pressé de combattre un démon...
Il ressentait déjà les effets de son pouvoir, il se sentait vidé, creusé de l'intérieur... Il n'en était pas vraiment sûr, mais il trouvait le parallèle avec les sensations qu'il avait ressenti pendant le voyage un peu trop frappant pour n'être qu'une coïncidence...
Autour de lui tout devenait plus sombre, à mesure que ses pas le rapprochaient de sa cible...
« Modifié: 22 septembre 2011, 20:08:01 par Kalaïd »
«Personnellement je ne pense pas que le Commandant Beltran m'ait recruté en fonction de ma capacité à manier un rasoir.»
Kalaïd, 7e décade de printemps 1481

Aaron Greystoke

  • Hérauts
  • Messages: 417
    • Voir le profil
Re: [ Equipe 3 ] Hardorn et vous
« Réponse #12 le: 22 septembre 2011, 13:11:20 »
¤ Je suis désolée, j'étais persuadée d'avoir déjà répondu u_u ¤
Thalyana avait découpé les vêtements du Héraut à l'agonie, et lui avait donné une dose d'argonel, ce qui avait permis d'obtenir quelques renseignements sur les circonstances, malgré la difficulté évidente que le Héraut éprouvait à parler, à ressasser ces sombres événements. Son ton implorant lorsqu'il demanda à mourir serra le coeur du Héraut du Sénéchal. Ils n'en obtiendraient sans doute pas plus à présent. Et Aaron voyait bien qu'il faisait tout pour éviter son regard, alors il était parti chercher l'eau demandée par la Guérisseuse.

Les mots prononcés par le Héraut trottaient dans sa tête, inlassablement. Et réveillaient un feu étrange en son coeur. Evoquer Karse lui faisait décidément toujours penser à Enju, mais il n'était clairement pas l'heure de songer à sa peine de coeur. Il entendit les gardes chuchoter. Faire face à un démon n'était pas une option heureuse, loin de là.

Et pour sa part, il avait de nouveau quelques problèmes avec sa téléportation. Un moment, il douta de parvenir à revenir à son point de départ. Le danger inhérent à une mauvaise gestion de son Don l'oppressa un instant. Il ne pouvait pas rester dans les limbes comme ça, il fallait qu'il y arrive. Ca lui demanda un effort de concentration supplémentaire, mais finalement, il parvint à destination. Et une nouvelle fois, l'eau de son seau n'était plus au même niveau qu'à son départ. C'en était perturbant, et dangereux de surcroît, si bien qu'il décida de ne plus utiliser son Don pour le moment.

De retour auprès de la Guérisseuse et du Héraut, il ressentit l'état de son Compagnon et réprima un haut-le-coeur.  Quel mal le rongeait ainsi ? Thalyana aussi, avait l'air mal en point et suggéra d'abréger les souffrances du Héraut. Aaron hocha tristement la tête. Avaient-ils le droit de prendre ainsi une vie ? Au fond, c'était peut-être même un devoir qu'ils devaient accomplir, mais tout de même... Donner la mort était un acte bien trop grave pour être pris à la légère. Il n'eut pas le temps de se poser davantage la question, le Compagnon de Galadriel se ruait vers l'endroit où le Héraut et le Mercenaire avaient disparu et Raïna réagissait violemment. Démon. Danger. Se pouvait-il qu'ils aient de nouveau affaire au même mal ? Sans doute. Et il ne prit guère le temps de réfléchir davantage : au loin, une ombre grandissait et l'impression d'un ciel d'orage plongeait le village dans les ténèbres malgré le ciel bleu.

- Faites ce que vous devez faire, Thalyana. Le mal doit être soulagé... Enfin je crois...

Délaissant le blessé et la jeune femme, il rejoignit son compagnon, sauta en croupe aussi rapidement qu'il le put et se dirigea au galop vers l'ombre grandissante. Il entendit au passage les coups de sifflet, sans savoir ce qu'ils signifiaient, mais dès qu'il parvint en vue de Galadriel et Kalaïd, descendit de sa monture et sortit l'épée de son fourreau.
« Modifié: 28 juin 2016, 14:21:24 par Thalyana »
UC

Héraut Arthon

  • Hérauts
  • Roi des Violettes
  • Messages: 1317
    • Voir le profil
  • Fiche: Charte royale
  • Compagnon ou Familier: Ryis
  • Âge: 40 ans
Re: [ Equipe 3 ] Hardorn et vous
« Réponse #13 le: 30 septembre 2011, 13:14:44 »
Du côté de Thalyana tout n’était pas rose. Le poids des responsabilités d’une Guérisseuse venait de s’abattre sur ses épaules. Devait-elle soulager le mourant ou préserver l’argonel pour ceux qui risquaient de mourir bientôt ? Vaste question, que la morale et le sens du devoir n’aidaient pas à résoudre – au contraire.  Finalement, elle réussit à se décider et lui donna le précieux liquide, ce qui permit d’avoir des explications qui, si elles n’étaient pas vraiment totalement claires, donnaient un nouvel éclairage à ce qui se passait là.

La douleur était trop dure à supporter au début, mais les barrières de la jeune femme finirent par réussir à fonctionner et éloigner le désespoir de son esprit, pour qu’elle puisse de nouveau réfléchir correctement. Les yeux pleins de larme accueillirent Aaron qui revenait difficilement.

De nouveau, la question morale de laisser de l’argonel ou de le donner se posa. Mais ils étaient deux pour y répondre ; et la pitié l’emporta sur le reste. Aaron conseilla de  faire le nécessaire avant de suivre les Compagnons qui se préparaient au combat. Aaron sur son Compagnon allèrent rejoindre Galadriel et Kalaid, laissant la Guérisseuse officier.
Mais outre le problème de l’homme qui allait mourir et son Empathie mise à mal, Thalyana avait un autre problème. A la frontière de son esprit, perceptible essentiellement parce qu’elle était Empathe, elle sentait, en se concentrant, des émotions contrastées… Et sentait comment réagissait la personne qu’elle touchait ainsi. En pensant à Kalaïd, parce qu’il était en danger, ces émotions devinrent plus claires, et son cœur vibra, autant d’inquiétude que d’un sentiment fort et étrange.

De l’autre côté des maisons, Kalaïd ne sentait pas les émotions de la jeune femme, mais son cœur vibra de même, et l’image de Thalyana l’attendant lui donna comme un regain d’énergie supplémentaire.
Suivant Galadriel l’épée au poing, ayant tout de même prévenu utilement les soldats et leurs alliés, le soldat – car ce n’était décidément plus un mercenaire – lança aussi une dague. Celle-ci tournoya une seconde, comme filant vers sa cible. Cependant, entrant dans une zone d’ombre, l’arme sembla s’engluer dans l’obscurité et tomba à terre, au ralenti, comme si elle était dans de la mélasse.

Galadriel continua à courir, mais son regard s’était teinté de peur malgré lui. Son Compagnon à ses côtés sembla ébranlé aussi – si une si belle créature savait montrer ça.

Ils tournèrent enfin tous, rejoins par Aaron et son âme-sœur. A eux tous, avaient-ils une chance ? Dans la ruelle, l’apprenti démoniste semblait en transe. Il était protégé par la créature qui prenait de plus en plus de consistance. Il fallait agir vite…
Le Compagnon d’Aaron le prévint… et s’élança directement contre le démon en construction. Traverser la créature était impossible… sauf que le Don d’Aaron se réveilla fort à propos, renforcé par le contact avec sa monture… Et ils se retrouvèrent derrière la créature… vidés de leurs forces. Que faire ?

Kalaid put alors remarquer que la matérialisation de la Chose s’était ralentie brusquement quand Aaron était passé. Frapper cette chose aurait peut-être un effet ? Ou fallait-il aider Aaron en mauvais état ? Galadriel se décida pour foncer sur la créature et lui assener des coups d’épées qui enlevaient de larges bandes de brumes obscures se reformant immédiatement. Cependant le grossissement avait disparu. Kalaid avait donc le choix. Et Aaron devait bouger s’il ne voulait pas se vider complètement du reste de son énergie.

[Thalyana, tu sens le tumulte de sensations provenant de Kalaid – et tu vois les soldats vous entourer pour vous protéger, et une dizaine filer aider leurs chefs].
« Modifié: 01 janvier 1970, 01:00:00 par Guest »

Thalyana

Re: [ Equipe 3 ] Hardorn et vous
« Réponse #14 le: 30 septembre 2011, 14:10:30 »
Thalyana se retrouva seule face au mourant. Elle savait ce qu'elle devait faire, elle avait prit sa décision. En mélangeant l'Argonel avec la tisane sucrée de la gourde, elle espérait le rendre plus agréable au goût, car le liquide était terriblement amer. Si elle devait mettre fin à la vie de cette homme, elle voulait au moins lui rendre ses derniers instants plus doux. Elle compta le nombre de gouttes nécessaires à soulager définitivement le héraut, les laissant tomber dans un gobelet de fer blanc. Vu son état, elle n'aurait pas besoin de l'entier du flacon. Il ne resterait que quelques gouttes, pas plus de trois, mais cela pourrait toujours servir plus tard. Elle rajouta ensuite la tisane.

" Mernia vous attend... je vais vous aider à la rejoindre..."

Elle lui leva délicatement la tête et versa lentement le contenu du gobelet dans le bouche du héraut, veillant à ce que celui-ci avale chaque goutte du mélange. Il avalait avec peine, mes ses yeux s'étaient brièvement éclairés quand il avait compris qu'elle l'aidait à mourir.
Voilà... il avait bu l'entier du mélange. Thalyana espérait qu'elle avait correctement dosé l'argonel, qu'il n'allait pas simplement sombrer dans un coma profond.
Elle lui prit la main avec douceur et chantonna une chanson de son village, qui parlait du vent dans les arbres, et de l'eau du ruisseau qui jamais ne revient en arrière.
Son esprit était maintenant complètement ouvert aux perceptions extérieurs. Elle sentait les douleurs du héraut diminuer lentement, son esprit errer dans un brouillard cotonneux. Mais en arrière plan, elle ressentait quelque chose qui n'avait pas sa place ici. Un esprit en alerte... Des yeux, elle chercha Kalaid, qu'elle ne vit nulle part. Mais plus elle pensait à lui, plus elle percevait le doute, l'inquiétude, la tension, et elle savait au plus profond d'elle-même que c'était ses sentiments à lui qu'elle percevait.
Autour d'elle et de ceux restés derrière s'étaient rassemblés des soldats. Certains s'élancèrent au pas de course, prenant le même chemin qu'Aaron. Elle se sentit encore plus inquiète, mais se força à rester calme. Elle devait faire son devoir, accompagner le héraut jusqu'à la mort, préparer un emplacement pour accueillir les futurs blessés, réquisitionner de l'aide.
Elle se recentra sur le mourant. Un sourire éclairait son visage torturé et ses douleurs s'étaient envolées. Il n'était pas encore loin, mais ce n'était plus qu'une question de secondes. Elle lui fit son plus beau sourire, puisant dans ses plus beaux souvenirs pour qu'il soit crédible. Soudain, ce fut le vide totale... il était mort.
Elle desserra les doigts du héraut crispés sur sa main. Elle lui recouvrit le visage d'un mouchoir.
Voilà... elle avait donné la mort pour la première fois de sa vie... Elle ne pleura pas. Ses pensées étaient déjà tournées entièrement vers la moitié de son âme qui se battait au loin.
« Modifié: 01 janvier 1970, 01:00:00 par Guest »