Histoire

Retour vers Valdemar

La Fondation

Extrait du prologue de la chute de la Flèche de Mercedes Lackey

"À une époque si ancienne que le souvenir s’en perd dans la nuit des temps, le monde de Velgarth se trouva plongé dans l’horreur des guerres de sorciers. Grignoté par des forêts pleines de créatures magiques engendrées pour livrer la guerre, le pays retourna à l’état sauvage. Les survivants se réfugièrent sur les côtes orientales et entreprirent de reconstruire leurs existences. Bientôt, la population s’accrut et des colons commencèrent à repartir vers l’ouest. Ils fondèrent de nouveaux royaumes, arrachés de haute lutte aux terres hostiles.

Valdemar fut l’un de ces nouveaux États. Créé par le baron Valdemar, décidé à échapper à la tyrannie d’un roitelet égoïste et cruel, il s’étendait le long de la frontière nord-ouest du monde civilisé. Valdemar étant ouvert aux fugitifs et aux exilés, sa culture devint au fil des ans un incroyable assemblage ethnique. Une des règles d’or des monarques de Valdemar était d’ailleurs qu’« il n’existe pas de règle universelle ».

Gouverner des sujets aussi dissemblables aurait été fort délicat sans l’appui des Hérauts de Valdemar.

Surveillants administratifs, défenseurs des lois et de la justice, agents de renseignements, conseillers militaires quand le besoin s’en faisait sentir, les Hérauts étaient tout cela. Ils ne rendaient des comptes qu’au monarque et à leurs pairs – un système qui semblait laisser la porte ouverte à toutes sortes d’abus. Heureusement, il y avait les Compagnons.

Pour un œil non averti, les Compagnons étaient des chevaux blancs particulièrement racés. En réalité, ils étaient bien plus que de simples animaux. Ces êtres, les envoyés d’une puissance inconnue, étaient apparus à la prière de Valdemar, le père fondateur en personne. Les Hérauts étaient choisis par les Compagnons, qui forgeaient avec leur Élu un lien mental que seule la mort pouvait rompre. Personne n’était sûr du niveau réel de leur intellect, mais chacun s’accordait à les croire au moins aussi intelligents que leurs partenaires humains. Le choix des Compagnons s’effectuait indépendamment de l’âge et du sexe, mais on remarquait qu’il y avait généralement plus de garçons que de filles ; l’âge moyen des Élus correspondait souvent au début de l’adolescence. Les seuls points communs entre les Élus étaient une personnalité altruiste, patiente et capable de se consacrer entièrement au devoir, ainsi qu’une certaine quantité de pouvoirs psychiques. Le contact avec le Compagnon stimulait la croissance des capacités paranormales de l’Élu. Peu à peu, des méthodes de formation furent mises au point pour développer au maximum le Don particulier de chaque Élu. Ces pouvoirs en vinrent à remplacer la notion de « magie véritable », qui avait autrefois droit de cité à Valdemar et dont personne ne connaissait plus les arcanes.

Ainsi, le monarque, aidé du Conseil, édictait les lois. Les Hérauts se chargeaient de les faire respecter et rendaient la justice. Par nature, les Élus étaient incapables de succomber à la corruption ou d’abuser de leurs pouvoirs temporels. Ils étaient prêts à sacrifier leur vie à leur mission ; plus d’un Héraut avait ainsi péri en accomplissant son devoir, mais ils étaient humains, jeunes, et vivaient dangereusement. Il semblait donc inévitable que leur vie privée soit tournée vers l’hédonisme et que la chasteté ne soit pas leur point fort. Les Hérauts tissaient rarement des liens profonds avec un autre humain. Ils se contentaient des plaisirs du moment et du lien fraternel qu’ils partageaient avec leurs pairs. À vrai dire, le lien affectif profond existant entre le Héraut et son Compagnon laissait peu de place pour un autre attachement permanent.

Peu de gens reprochaient cet état de fait aux Élus, car ils savaient que le Héraut, dès qu’il revêtait son uniforme immaculé, endossait une autre personnalité. Un Héraut en blanc était en mission ; il ne songeait qu’à son devoir et n’avait plus une pensée pour les frivolités.

Pourtant, certains personnages, parfois haut placés, avaient une autre opinion des Hérauts…

Le premier roi avait instauré la règle suivante : le monarque devait être un Héraut, ce qui garantissait l’intégrité morale du dirigeant de Valdemar.

Juste après le monarque, venait le Héraut appelé « le Héraut du roi (ou de la reine) ». Cet Élu était choisi par un Compagnon spécial, qui ne vieillissait pas, même s’il était possible de le tuer. Il s’agissait toujours d’un étalon. Le Héraut royal jouait le rôle de confident, d’ami fidèle et de conseiller du dirigeant. Le monarque – et donc le gouvernement – y gagnait en stabilité et en confiance en soi.

Pendant des générations, il sembla que le système mis en place par Valdemar était à toute épreuve. Pourtant, le hasard fait parfois mal les choses…"

Règne d'Elspeth la Pacifique

Jusque dans les années 750 après la fondation, les Hérauts Mages ne sont pas rares dans le royaume. Ces Hérauts dotés du pouvoir de Magie Véritable étaient si bien considérés qu'ils supplantaient l'autorité des Hérauts "classiques". Avec l'histoire de Vanyel Askevron, nous découvrons une société plutôt bien huilée mais où les guerres entre familles nobles se perpétuent. C'est une aire très féodale qui nous est décrite. Lorsque Vanyel bannit la Magie Véritable et détourne le rôle des Vrondis, les choses sont en passe de changer.

Règne de Selenay

C'est de loin le règne le plus décrit : l'âge de raison de Valdemar. La Magie Véritable n'est même plus un souvenir du moins jusqu'à sa redécouverte dans la trilogie des Vents. Ce n'est pas seulement la redécouverte des pouvoirs mais l'époque des alliances et de l'ouverture d'esprit. Valdemar s'enrichit des connaissances apportés par leurs ennemis de toujours les Karsites et par les peuples des Pelagirs humains ou non. C'est le règne des découvertes scientifiques et magiques, le règne de l'unité.

Retour vers Valdemar

Valdemar.fr est un site personnel sur l'univers des Hérauts de Valdemar à but non commercial. Nous n'avons aucun lien avec Mercedes Lackey. Les textes ne sont pas libres de droit. Merci de prendre contact avec l'administrateur du site pour toute utilisation. Valdemar, une création de Mercedes Lackey. www.mercedeslackey.com